7e circonscription des Hauts de Seine : la bataille fait rage sur le terrain

A deux semaines du premier tour des élections législatives, tous les candidats sont en ordre de marche. Dans la septième circonscription des Hauts de Seine la droite compte sur son ancrage politique pour résister à la vague des marcheurs.

Fichier_001

Les Républicains s’installent sur le marché de Rueil-Malmaison.

Comme toujours, c’est le marché qui fait office de champ de bataille. Ce mardi matin, c’est celui de la place Jean Jaurès à Rueil-Malmaison qui a été choisi. Dès dix heures, l’équipe de Jacques Marilossian, candidat de La République En Marche ! (LREM), est en position. Une dizaine de militants s’est placée aux quatre coins du marché pour distribuer un maximum de tracts aux passants. « On est très mobilisés, certains d’entre nous prennent sur leurs jours de congés pour être ici ce matin » affirme un militant LREM. Avec une investiture qui date de seulement deux semaines, les candidats du parti doivent être omniprésents sur le terrain pour tenter de convaincre les électeurs.  D’autres partis sont également sur place, Vincent Poizat d’Europe Ecologie Les Verts, qui s’est allié avec le Parti socialiste, ou encore Jérôme Lecart de l’UPR (Union populaire républicaine).

Un militant LR (à gauche) et LREM (à droite) distribuent des tracts sur le marché de Rueil-Malmaison.

Un militant LR (à gauche) et LREM (à droite) distribuent des tracts sur le marché de Rueil-Malmaison.

La droite en terrain conquis

Mais dès 10h30, c’est l’armada des Républicains (LR) qui arrive. Ils investissent l’espace en plaçant, juste à la sortie du marché, une grande affiche de campagne sur un panneau entouré de deux plots de chantiers. « Le contact avec les gens, il n’y a que ça de vrai » affirme Denis Gabriel, adjoint au Maire de Rueil-Malmaison, en distribuant ses tracts aux passants. Le suppléant d’Eric Berdoati pour Les Républicains dans la 7e circonscription des Hauts-de-Seine est proche de ses électeurs, et il veut le montrer. Une bise par-ci, un serrage de main par là, dans cette circonscription ancrée à droite depuis presque 30 ans, il est hors de question de perdre. « Ici les élus sont connus de tous, nous sommes très souvent sur le terrain et je pense que c’est ce qui nous a permis de l’emporter jusqu’ici » ajoute-t-il.

« J’ai voté Macron à la présidentielle, mais pour les législatives je voterai LR » affirme Jacqueline en déambulant dans les allées du marché. Selon elle, la proximité installée avec les élus depuis plusieurs années est très positive : « Je suis satisfaite du travail fait et je préfère avoir une continuité avec des gens qui travaillent bien chez moi ».

Il faut donc jouer des coudes pour tirer son épingle du jeu dans cette bataille. Une situation qui laisse place à des scènes assez originales. Par manque de place, deux militants, l’un d’En Marche, l’autre des Républicains, se retrouvent à tracter l’un à côté de l’autre sans se regarder une seule fois. Mais pour certains, toutes ces initiatives ne servent à rien. « J’ai pris les tracts mais je sais d’avance que je n’irai pas voter » affirme cette passante en se dirigeant vers la poubelle la plus proche. En 2012, le taux d’abstention aux élections législatives dans cette circonscription était de 40%.

A lire aussi: http://celsalab.fr/2017/05/30/rueil-malmaison-…orat-tres-eclate/

A lire aussi: http://celsalab.fr/2017/05/30/7eme-circonscrip…tage-a-la-droite/

Clément Dubrul

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *