Procès de Jonathann Daval: pour le père d’Alexia, le meurtre de sa fille était prémédité

 

C’était ce mercredi matin au tour de Jean-Pierre Fouillot,  père d’Alexia Daval, de faire sa déposition devant la cour d’Assises de Haute-Soâne où se tient depuis lundi le procès du meurtre de sa fille.

 

Notre futur, il est simple, nous avons pris perpétuité. » Tels sont les mots prononcés à la barre de la cour d’Assises de Haute-Soâne par Jean-Pierre Fouillot, 64 ans, père d’Alexia Daval. Il témoigne ce mercredi 18 novembre dans le cadre du troisième jour du procès de Jonathann Daval, accusé d’avoir tué Alexia, sa compagne, en 2017. Le père de la jeune femme réclame la peine maximale pour celui qui a avoué être le seul impliqué dans la mort d’Alexia. Devant le tribunal, Jean-Pierre Fouillot fait part de son désarroi face à cet homme avec qui il a cru partager le même chagrin avant qu’il ne passe aux aveux concernant le meurtre de sa fille. Ses propos sont rapportés sur Twitter par la journaliste Corinne Audouin, qui couvre le procès pour France Inter.

« Jonathann nous a sali »

A la barre, Jean-Pierre Fouillot se remémore le moment où l’accusé a menti aux enquêteurs, en clamant que lui et la mère d’Alexia étaient également impliqués dans le meurtre. « Jonathan nous a sali« , lance-t-il. Pendant sa déposition, l’avocate de la défense, Me Spatafora, questionne le père de la victime sur les mots qu’il avait glissé à Jonathann Daval lors de la reconstitution du crime en 2019. Celui-ci répond qu’il lui avait alors confié ne pas pouvoir le prendre dans ses bras, par respect pour Alexia, tout en lui disant qu’il l’aime. Une déclaration qui illustre la proximité entre Jonathann et sa belle famille, qui malgré son acte irréparable lui témoignait, encore à l’époque, une certaine affection.

 

« Je vois ma fille, son corps frottant par terre dans les ronces »

Mais aujourd’hui, soit un an après cet épisode, la colère a pris le dessus. Jean-Pierre Fouillot fait part de son ressenti lors de cette reconstitution. « Quand je vois Jonathann prendre Alexia par les pieds, la traîner dans les escaliers, jusqu’a son véhicule imaginez vous la scène qu’on endure à ce moment là?« , dit-il en s’adressant aux jurés. « La tête qui tombe par terre. Je ne vois pas un mannequin, je vois ma fille, son corps frottant par terre dans les ronces« , ajoute-t-il, comme le rapporte la journaliste Catherine Fournier sur Twitter.

 

Pour le père de la victime, cela ne fait aucun doute: la meurtre de sa fille Alexia n’a rien d’accidentel et était prémédité. « C’est d’un assassinat, c’est d’un massacre dont on parle. »

 

Rachel Cotte

 

 

 

Convaincre les Français de se faire vacciner : le futur défi du gouvernement

Alors que les laboratoires américains Pfizer ont annoncé lundi 9 novembre être en bonne voie pour proposer un vaccin contre le Covid-19, un sondage publié quatre jours plus tôt montre que près de la moitié des Français refuserait de se faire vacciner. La France est l’un des pays les plus anti-vaccins au monde, et le fait que le vaccin contre le Covid-19 ait été créé dans l’urgence attise les complotismes.

Selon l’Ipsos, 46% des Français refuseraient de se faire vacciner contre le Covid-19. Illustration : Ludovic Marin / AFP

Près de la moitié des Français refuserait de se faire vacciner contre le Covid-19 à sa sortie. C’est le résultat publié par l’institut de sondages Ipsos jeudi 5 novembre. Parmi la quinzaine de pays sondés début octobre, la France est celui où l’intention de se faire vacciner est la plus faible, à 54%. C’est aussi le pays où les personnes sondées auront le plus tendance à attendre quelques temps avant de se faire vacciner. Un tiers des Français pense attendre au moins trois mois après la sortie du vaccin.

Avec l’annonce lundi 9 novembre par l’entreprise pharmaceutique Pfizer de la mise au point d’un vaccin efficace à 90%, mais aussi les revendications des laboratoires américains Moderna et de chercheurs russes, l’espoir de l’arrivée prochaine d’un vaccin contre le Covid-19 se concrétise enfin. Mais cette réticence française aux vaccins vient noircir le tableau. En effet, les épidémiologistes jugent que pour que toute la population soit protégée, il faudrait qu’au moins 60 ou 70% des Français soient vaccinés, ce chiffre variant beaucoup selon les estimations.

La confiance des Français envers les autorités sanitaires se dégrade depuis plus de dix ans

Ce rejet des vaccins plus répandu en France que dans les autres pays n’est pas une nouveauté. Françoise Salvadori et Laurent-Henri Vignaud ont co-écrit le livre Antivax, La résistance aux vaccins du XVIIIème siècle à nos jours, qui est paru en 2019. « Cette méfiance n’est pas propre à la situation actuelle, explique Françoise Salvadori au CelsaLab, qui est maîtresse de conférence en immunologie. On date cette augmentation de la méfiance vis-à-vis des vaccins à partir des années 2008 et 2009, au moment de la grippe A-H1N1. Il y a eu un gros bug de communication, avec un discours qui a pu paraître alarmiste. Les vaccins ont été mal présentés et mal distribués. »

Selon la chercheuse, il y a de nouveau un problème de communication entre l’État et les Français : « Il y a un manque de confiance général des Français envers leurs autorités politiques et sanitaires, et je pense que la gestion de la crise actuelle ne va pas augmenter cette confiance. Il faudra des années pour compenser ce manque ». Françoise Salvadori fait référence à la communication sur les masques et les tests, au sujet desquels le gouvernement est revenu sur ses propos.

Le scepticisme des Français face au futur vaccin contre le Covid-19 augmente en effet avec le temps, puisqu’un autre sondage de l’Ipsos, sorti au début du mois de septembre, montrait que 59% des Français seraient prêts à se faire vacciner, contre 54% aujourd’hui.

Crainte des effets secondaires ou rébellion face à l’autorité

Parmi les arguments avancés par les personnes sondées, les plus récurrents sont la crainte des effets secondaires et la peur que le vaccin ait été conçu à la va-vite. La méfiance pourrait aussi être accrue par le fait que le vaccin proposé par Pfizer ou par Moderna utilise une technologie encore peu répandue, qui consiste à injecter de l’ARN messager pour indiquer à nos cellules de créer des antigènes, au lieu d’injecter un échantillon du virus lui-même.

Laurent-Henri Vignaud, qui est historien des sciences, a étudié les types de populations qui sont sensibles aux arguments anti-vaccins : « C’est une opinion qui a prospéré dans les classes moyennes éduquées. Le premier profil courant est plutôt féminin, d’âge moyen et de classe moyenne, dans un cadre familial. Ce sont des familles refermées sur elles-mêmes, qui mettent leurs enfants dans des écoles hors contrat. Le second profil est plutôt masculin, d’âge plus avancé, célibataire et sans enfant ». Si le premier profil qu’il décrit considère que tout ce qui est extérieur à la famille est un danger, et notamment les vaccins, le deuxième refuse toute autorité de l’État sur les individus.

Dans le cas du Covid-19, Laurent-Henri Vignaud reconnaît que c’est ce second profil qui risque d’être le plus fréquent. En effet, des adultes seront amenés à se faire vacciner, alors que le reste du temps, les personnes anti-vaccins sont souvent des parents qui s’opposent aux vaccins obligatoires pour leurs enfants. « C’est précisément cette catégorie de personnes qui est particulièrement présente sur les réseaux sociaux, continue le chercheur. On pourrait être confronté à une forme de mouvement « gilets jaunes » sanitaire, comme c’est déjà le cas avec les anti-masques. »

En deux mois, la part des Français prêts à se faire vacciner contre le Covid-19 est passée de 59% à 54%. Illustration : Vincenzo Pinto / AFP

Les deux chercheurs considèrent que la communication du gouvernement sera cruciale dans l’acceptation ou le rejet de ce vaccin par les Français. La possibilité de le rendre obligatoire a déjà été évoquée, notamment par le député Européen Yannick Jadot. Mais selon Françoise Salvadori, cela paraît peu probable car le vaccin ne sera dans un premier temps pas disponible en quantités suffisantes, et parce qu’aujourd’hui, les seuls vaccins qui sont obligatoires sont ceux que l’on fait à un très jeune âge. « Il faudra un discours clair et honnête de la part de l’État, plutôt que des batailles politiques qui n’aident pas les gens à prendre leur décision », conclut la chercheuse.

Julie Bringer

Des entreprises de collecte de déchets médicaux à la limite de la saturation

Masques, blouses, gants… avec le retour de l’épidémie, les établissements de santé ont de nouveau produit plus de déchets médicaux. Face à cette augmentation, les entreprises de collecte de déchets médicaux doivent elles-aussi s’adapter.

Les bacs des déchets médicaux, appelés DASRI (déchets d’activités de soins à risque infectieux) sont conduits à une usine de traitement où leur contenu est incinéré. (Photo by JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

« On doit ramasser beaucoup plus de déchets que pendant le premier confinement. » Ces dernières semaines, Olivier Gillet, patron d’une petite entreprise de collecte de déchets médicaux dans l’Allier a été beaucoup plus sollicité qu’en temps normal. Relativement épargné lors du premier pic de la crise sanitaire au mois d’avril, ce département d’Auvergne-Rhône Alpes connaît depuis mi-octobre une augmentation du nombre de cas de Covid-19. Au 12 novembre, 75,2 hospitalisations ont été enregistrées pour 100 000 habitants. SI bien que la région est devenue l’épicentre de la pandémie en France. Les soins ont entraîné une surproduction de déchets qui oblige alors les entreprises de collecte à s’organiser. « En ce moment, on passe dans les établissements de santé deux fois par semaine alors qu’ordinairement, c’est une fois tous les quinze jours. »

« C’est assez différent de la première vague », constate à son tour Sébastien Rigal, directeur de l’unité de tri de Veolia dans le Puy-de-Dôme. Comme Olivier Gillet, lui et ses équipes ont dû s’adapter à une augmentation du nombre de déchets médicaux. « On remarque une augmentation de 5 à 10% par rapport au mois de mai », estime-t-il, « c’est lié au fait que le covid est arrivé plus brutalement ici et jusqu’à la semaine dernière, les hôpitaux n’avaient pas encore suspendu leurs opérations.» En effet, les opérations chirurgicales produisent des déchets médicaux plus lourds que les soins Covid. Au mois de mai, Sébastien Rigal avait même noté une baisse du tonnage de déchets médicaux traité par ses équipes du fait de la priorisation au Covid-19 des services hospitaliers.

Une pénurie de bacs de déchets médicaux

« Le problème n’est pas tant l’augmentation des déchets mais celle des bacs dans lesquels on les met », explique-t-il. « Les hôpitaux nous en demandent 10 à 12 à chaque fois, ce qui nous oblige à augmenter les rotations et les équipes au sein des usines de traitement pour maintenir un rythme plus important que d’habitude. » Face à cette hausse de la demande de bacs, l’entreprise de gestion et de tri a dû utiliser son stock mais craint bientôt de ne plus en avoir assez. « On en aurait bien demandé aux régions voisines mais il y a une pénurie au niveau national », assure le directeur.

Face à une forte demande des hôpitaux, la filière de traitement des déchets médicaux arrive à saturation. (Photo by JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

Les bacs, une fois récupérés à l’hôpital par des camions dédiés à ces déchets médicaux, sont emmenés dans des centres d’incinération spéciaux où ils sont brûlés. Les bacs sont ensuite nettoyés puis emmenés de nouveau dans des établissements de santé où ils seront remplis. Un système de rotation qui est donc arrivé à saturation face à cette augmentation du nombre de bacs. « Même en renforçant les équipes pour la collecte, on avait plus de bacs à fournir parce qu’on n’a pas pu vider tous les bacs qui étaient arrivés en traitement », déplore Sébastien Rigal.

Malgré le besoin, le recrutement a en plus été difficile, faute de personnes formées. «Le métier du déchet est de plus en plus spécialisé et on a beaucoup de mal à recruter des gens », regrette le directeur, « au mois de mai, on a surtout mis en valeur les collègues qui ramassent les ordures ménagères, sauf que le déchet, ce n’est pas que ça. Mais ça reste une filière où les gens n’ont pas envie d’aller.» En attendant, les entreprises de collecte espèrent que l’épidémie ne va pas s’intensifier. « Autrement, ça va vraiment être compliqué», lâche Olivier Gillet, amer.

Aurélie Loek

Infractions au confinement : « La peur était forte au début, maintenant c’est passé »

D’après une étude, 60% des Français ont déjà transgressé les règles du nouveau confinement, depuis le 30 octobre. Ces relâchement a un lien avec une accoutumance à la situation sanitaire, d’après le sociologue Albert Ogien.

60% des Français ont indiqué avoir déjà enfreint les règles du confinement. Ludovic Marin / AFP

Ils sont 60% à avoir transgressé les règles de ce deuxième confinement. Que ce soit en utilisant l’attestation à d’autres fins que les déplacements autorisés, pour rejoindre des amis ou de la famille, 6 Français sur 10 ont admis avoir enfreint le confinement au moins une fois depuis le 30 octobre, d’après une enquête* réalisée par l’institut de sondages Ifop. Une proportion qui a augmenté de 27 points depuis le premier confinement, au printemps.

Pour Fabio Galeotti, chercheur en économie comportementale au CNRS interrogé par l’AFP, un écart aussi important entre les deux périodes est d’abord lié à des conditions de confinement différentes: Le [premier] confinement était bien plus strict: les écoles étaient fermées, les gens allaient beaucoup moins travailler… Cela aussi fait que la perception du risque était différente de ce qu’elle est maintenant”

Une idée sur laquelle s’accorde Albert Ogien, sociologue spécialisé dans les questions de déviance contacté par le CelsaLab. Selon lui, cette différence de comportement est d’abord liée à une baisse de la crainte d’être contaminé au sein de la population : Au début, il y avait un état de sidération incroyable. La peur était très forte et six mois après, c’est un peu passé. On a intégré la peur, on a beaucoup appris sur le Covid-19, sur sa dangerosité et sa diffusion”.

« L’apprentissage de l’épidémie »

Si l’on peut parler d’une certaine lassitude face aux restrictions depuis le début de la crise sanitaire, Albert Ogien privilégie la notion, moins négative, d’accoutumance. “Pourquoi n’applaudit-on plus les médecins et les personnes qui viennent en aide aux patients atteints par le Covid? Ce sont des choses toutes bêtes, mais en tant que citoyen, on a fait l’apprentissage de ce qu’est l’épidémie”, soutient le sociologue.

Infographie : les chiffres relevés par l’Ifop / Elisa Fernandez

D’après lui, cette accoutumance à la situation sanitaire s’accompagne d’une prise de distance avec la réalité du virus. Si les derniers chiffres font état de 328 nouveaux décès au 11 novembre dans les hôpitaux français, Albert Ogien souligne l’existence, dans une partie de la population, d’une “certaine acceptation de la mort”: “Les choses nous semblent peut-être moins graves maintenant. Les gens semblent avoir mis ça au second plan, font un déni complet ou préfèrent oublier”.

Ce déni, Fabio Galeotti le définit comme la conséquence d’une perception réduite à sa propre expérience: “En général, lorsque vous prenez une décision qui implique un risque (ici, enfreindre les règles et/ou attraper le Covid) vous vous basez sur votre expérience. Vous ne regardez pas les statistiques: vous vous fiez à ce que vous avez vécu”.

Des infractions prévisibles

Pour autant, pour Albert Ogien, ces écarts face aux règles du confinement ne sont pas des signes de désobéissance assumée : “Pour désobéir, il faut refuser d’appliquer cette obligation de manière publique, ouverte, en défiant le pouvoir qui l’a édictée. Toute chose faite de façon clandestine ou cachée, sans s’affirmer publiquement, n’est pas de la désobéissance”

Selon le sociologue, les personnes qui transgressent les règles du confinement tentent simplement de préserver une part de leur liberté. “Ce n’est pas parce qu’on a besoin d’une attestation pour sortir qu’on ne peut pas en faire cinquante dans la même journée. Ce n’est pas étonnant de voir des gens ne pas respecter le cadre normatif”, détaille le sociologue.

D’après une information révélée par Europe 1 le 10 novembre dernier, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a récemment demandé aux préfets de renforcer les contrôles de police. Mais selon Albert Ogien, certains Français pourraient chercher à contourner ce nouveau tour de vis : “Si on met des policiers partout, il y aura forcément un pourcentage plus élevé de personnes qui auront peur de se faire contrôler. Mais les gens feront plus attention et se cacheront davantage”.

Elisa Fernandez

*Enquête réalisée en ligne auprès d’un échantillon représentatif de 2 030 Français âgés de 18 ans et plus (dont un sous-échantillon de 1 094 salariés).