Roland-Garros : les favoris au rendez-vous, bilan mitigé pour les Français

Ce mardi 1er juin avait lieu la fin du premier tour Porte d’Auteuil. Le « maître des lieux » Rafael Nadal a réussi son entrée en lice, tout comme la numéro une mondiale Ashleigh Barty. Quatre Français ont réussi à valider leur ticket pour le prochain tour, portant le total à sept.

Ce mardi 1er juin ont eu lieu les dernières rencontres du premier tour de Roland-Garros. © Pixabay

Soleil de plomb, ciel bleu, 28 degrés en plein après-midi… Le beau temps était au rendez-vous pour la fin du premier tour, mardi 1er juin. Dès 11 heures, la numéro une française Fiona Ferro entrait sur le court Suzanne Lenglen face à la qualifiée En-Shuo Liang, 297e mondiale. Si, sur le papier, la rencontre semblait déséquilibrée, la Niçoise a dû batailler avant de s’imposer difficilement en trois sets, 6-1 1-6 6-4. La 51e mondiale affrontera Jennifer Brady, tête de série 13, au deuxième tour. Kristina Mladenovic a elle aussi battu une joueuse issue des qualifications, Anna Karolina Schmiedlova, 6-4 6-0 après un premier set d’une heure. Avec les victoires de Caroline Garcia et Harmony Tan les jours précédents, il y aura donc quatre Françaises au deuxième tour du Grand Chelem parisien.

Des défaites logiques, d’autres frustrantes

Chloé Paquet et Océane Babel, respectivement 251e et 1047e mondiales et toutes deux invitées, se sont, elles, logiquement inclinées. La première a été dominée par Magda Linette (6-4 6-4) tandis que la seconde n’a pas démérité et a même servi pour le deuxième set face à la tête de série n°5 du tournoi Elina Svitolina (6-2 7-5).

« C’est juste une expérience incroyable de pouvoir jouer sur le central contre Elina Svitolina, qui est une grande joueuse. Je n’en garde que des très bons souvenirs. J’ai pu profiter du public qu’il y avait, de l’ambiance, et du match. » – Océane Babel après son match.

Ugo Humbert, lui, peut avoir des regrets. Le Lorrain, tête de série n°29, n’a toujours pas remporté de match à Roland-Garros et a été éliminé d’entrée par Ricardas Berankis, 93e mondial. Après un dernier jeu dans lequel il a sauvé plusieurs balles de match et eu l’opportunité de revenir à cinq jeux partout, il a finalement cédé, 6-4 6-4 2-6 6-4. La rencontre avait débuté avec plus d’une demi-heure de retard suite à la présence d’un véhicule suspect aux abords du stade.

Même sort pour Adrian Mannarino, pourtant favori de son match, qui a rendu les armes après 3h29 de match contre Aljaz Bedene (7-5 3-6 7-5 6-2). De leur côté, Benjamin Bonzi, bénéficiaire d’une invitation, et Lucas Pouille, en manque de repères ces derniers mois, se sont logiquement inclinés en trois sets, respectivement face à Facundo Bagnis et Pablo Cuevas.

Monfils dans la douleur, Gasquet remporte le duel franco-français

Deux Français ont tout de même rejoint Enzo Couacaud, déjà qualifié, au deuxième tour. Gaël Monfils, demi-finaliste en 2008, affrontait Albert Ramos-Vinolas, spécialiste de la terre battue. Fantomatique au premier set, perdu 1-6, le 15e mondial a dû sauver une balle de deux sets à zéro avant de revenir à une manche partout au tie-break. Dans une ambiance de folie, il s’adjugeait ensuite les deux sets suivants pour l’emporter 1-6 7-6(6) 6-4 6-4.

Le match suivant opposait deux Français dans un duel de générations : d’un côté Richard Gasquet, 34 ans, de l’autre, Hugo Gaston, 20 ans, révélation du dernier Roland-Garros et bénéficiaire d’une wild-card. Et c’est le plus expérimenté des deux qui s’est facilement imposé, 6-1 6-4 6-2. Le Biterrois défiera Rafael Nadal au deuxième tour.

Nadal et Barty réussissent leur entrée, Rublev éliminé

Rafael Nadal, justement, a débuté son tournoi dans l’après-midi face à l’Australien Alexei Popyrin, qui s’était révélé à l’Open d’Australie en 2019 en battant Dominic Thiem. S’il a dû sauver deux balles de troisième set, l’Espagnol a livré un match plutôt solide et l’a emporté 6-3 6-2 7-6(3).

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Roland-Garros (@rolandgarros)

La numéro une mondiale Ashleigh Barty, vainqueure du tournoi en 2019, s’est fait une petite frayeur en perdant le deuxième set mais a ensuite imposé son rythme pour se défaire de Bernarda Pera, 6-4 3-6 6-2. C’est également passé pour Karolina Pliskova (tête de série n°9) et Maria Sakkari (tête de série n°17).

Chez les hommes, les principales têtes de série ont aussi tenu leur rang, dans l’ensemble. Matteo Berrettini (n°9), récent finaliste à Madrid, s’est imposé en quatre sets contre le Japonais Taro Daniel tandis que Diego Schwartzman (n°10) n’a pas fait de détail face au Taïwanais Yen-Hsun Lu. Seule surprise de la journée, la défaite d’Andrey Rublev, tête de série n°7 face à Jan-Lennard Struff, toujours dangereux.

 

À 21 heures, le numéro 1 mondial Novak Djokovic disputera son premier match du tournoi sur le court central contre Tennys Sandgren. Demain, place au début du deuxième tour avec notamment Serena Williams, Victoria Azarenka, Daniil Medvedev, Stefanos Tsitsipas et Alexander Zverev. Du côté des français, on retrouvera Caroline Garcia, Harmony Tan et Enzo Couacaud.

Laura Pottier

Une adolescente malaisienne expose la culture du viol grâce à TikTok

Une adolescente est devenue l’emblème de la lutte contre le harcèlement à l’école en Malaisie. Suite à une vidéo publiée sur TikTok à propos d’un commentaire déplacé d’un professeur sur le viol, des milliers d’étudiants ont témoigné d’agressions verbales et physiques dans le milieu scolaire.

Rue étudiants Malaisie
Sur les 31 millions de malaisiens, l’âge médian est de 28 ans. © igorovsyannykov

« On ne peut pas laisser ce cycle de l’abus continuer dans nos écoles ». À 17 ans, Ain Husniza Saiful Nizam est à l’origine d’un déferlement de témoignages d’étudiants malaisiens sur les violences et le harcèlement qu’ils subissent. Publiée en avril, sa vidéo a déjà été vue 1,8 millions de fois sur TikTok, un réseau social prisé par les jeunes.

Filmée devant son miroir, elle raconte la mauvaise blague d’un professeur. En parlant des lois protégeant les mineurs des abus sexuels, il aurait conseillé aux jeunes garçons de choisir des femmes de plus de 18 ans, s’ils désiraient commettre un viol.

Ain Husniza Saiful Nizam TikTok
Capture d’écran de la vidéo virale d’Ain.

L’adolescente a initié depuis une campagne digitale intitulée #MakeSchoolASaferPlace sur TikTok, suite à l’essor du nombre de témoignages, dans le sillage du sien.

Menacée de viol à cause de sa vidéo

Le succès de sa vidéo sur les réseaux sociaux n’a pourtant pas été facile. Depuis, Ain subit de nombreuses attaques, dont des menaces de viol et un risque d’expulsion de son école.

Pourtant, la jeune femme souhaite « juste faire des écoles des lieux sûrs ». Si sa vidéo a été autant partagée, c’est parce qu’elle révèle selon elle les failles du système scolaire malaisien dans son ensemble.

Ain Husniza Saiful Nizam demande aujourd’hui une réforme urgente de l’éducation dans son pays, pour « aborder la culture toxique du harcèlement sexuel à l’école ».

 

Jean Cittone

 

Organisation de la Copa America : les pays sud-américains se renvoient la balle

La Colombie et l’Argentine qui devaient organiser la compétition de football se sont désistées. C’est le Brésil qui a maintenant été désigné par les organisateurs du tournoi, alors qu’il est le pays où le Covid tue le plus sur le continent.

Le stade Arena das Dunas à Natal, Brésil. ©Pedro Menezes/Pixabay

Elle avait déjà été reportée l’année dernière. Le sera-t-elle une nouvelle fois ? La Copa America qui réunit les équipes des pays d’Amérique du Sud est censée débuter le 13 juin mais les coorganisateurs colombiens et argentins se sont retiré, l’un dû aux troubles sociaux et l’autre à la situation sanitaire du Covid. Malgré la situation sanitaire, c’est finalement le Brésil qui devrait accueillir l’événement.

La Colombie a annoncé ne pas pouvoir participer à l’organisation de la plus grande compétition sud-américaine. Les mouvements populaires anti-gouvernement qui animent le pays ne permettent pas d’accueillir sereinement le tournoi. Dix jours après, ce lundi 31 mai, l’Argentine décide également de se retirer de l’organisation : la crise sanitaire a pris trop d’ampleur dans le pays.

Après ces désistements, la Confédération sud-américaine de football (CONMEBOL) explique avoir choisi un nouvel hôte dans un communiqué : le Brésil. Le président de l’organisation sportive assume ce choix sur Twitter : « Aujourd’hui, nous avons reçu le ferme soutien des membres du Conseil de la CONMEBOL, qui ont approuvé à l’unanimité la proposition d’accueillir la Copa America 2021 au Brésil. »

Le Brésil hésite

Seulement, le pays ne semble pas prêt pour accueillir la coupe au vu de la situation sanitaire dramatique. Le Brésil est durement touché par la crise sanitaire qui a fait près de 500 000 victimes depuis son apparition. Devant les vives critiques de la population, le gouvernement a réagi : « Il n’y a rien d’arrêté pour le moment, je tiens à le préciser très clairement », a déclaré le secrétaire du gouvernement Luiz Eduardo Ramos.

La circulation du virus est assez similaire dans son intensité dans les deux pays bien qu’en Argentine, les nouveaux cas soient beaucoup plus nombreux selon les chiffres récents : 670 000 par jour dans le pays de Lionel Messi contre moins de 300 000 pour la patrie de Neymar.

Au niveau des nouveaux décès, le Brésil subit un plus lourd tribut, avec 12 000 décès contre 3000 en Argentine la dernière semaine de mai. Ce qui fait dire au député d’opposition brésilien Marcelo Freixo que le gouvernement brésilien ne privilégie pas le bien-être de ses citoyens : «  Un tournoi international comme celui-ci représente un risque énorme n’importe où et ne devrait même pas avoir lieu. La différence, c’est que le gouvernement argentin valorise la vie de ses citoyens. » Il répondait au vice-président du pays Hamilton Mourão qui a avancé que le Brésil possédait les infrastructures nécessaires pour répartir les matchs et limiter les risques.

Le tournoi doit commencer dans une dizaine de jours et l’hôte de la compétition n’est toujours pas arrêté. Le Brésil devrait donner sa réponse définitive dans les prochains jours.

Lucile Trihan Coignard

En Birmanie, élèves et enseignants en grève contre la junte

Des centaines de milliers d’élèves et d’enseignants font grève ce mardi 1er juin contre la réouverture des écoles en Birmanie, pour protester contre la répression sanglante de la junte, au pouvoir depuis le putsch militaire du 1er février.

Université de Yangon
Université de Yangon, Mandalay Hall, en 2015. © CC judithbluepool

« Pas un seul de mes amis ne va en cours », relève à l’AFP un jeune Birman inscrit en anglais à Mawlamyine, ville du sud du pays théâtre d’une répression brutale des forces de sécurité en février. Comme lui, des centaines de milliers d’élèves et d’enseignants birmans ont boycotté ce mardi 1er juin la réouverture des écoles, défiant la junte.

Après un an de fermeture suite à la pandémie et quatre mois après le coup d’État qui a renversé le gouvernement d’Aung San Suu Kyi, l’école de Shwe Nadi (le prénom a été changé) peut enfin rouvrir ses portes à Rangoun, mais les classes sont vides et Shwe Nadi a été licenciée.

150 000 professeurs suspendus

Shwe Nadi a en effet refusé d’aller « enseigner de la propagande aux élèves ». L’institutrice a rejoint la vaste campagne de désobéissance civile contre le nouveau régime militaire, qui a pris le pouvoir par la force, mettant fin à dix ans d’expérience démocratique.

Comme elle, quelque 150 000 professeurs, soit près d’un tiers des effectifs, ont été suspendus par la junte. Certains ont été inculpés en vertu d’une loi qui interdit d’encourager la mutinerie.

Jean Cittone