Le quotidien à Saint-Denis : ni terreur permanente, ni harmonie parfaite

“Molenbeek sur Seine”, “prosélytisme”, “intégrisme”. Les mot utilisés par la reporter Nadjet Cherigui dans son enquête sur Saint-Denis (93) parue dans le Figaro Magazine ont choqué certains résidents de la ville. Des dizaines d’entre eux ont publié une tribune dans Libération, Médiapart et l’Humanité nommée “Notre fierté de vivre à Saint-Denis”. Artistes, journalistes, militants associatifs y décrivent une commune “où se croisent les mondes, où la vie culturelle foisonne”. Dans les rues de la ville, Blancs, Noirs, Arabes, étudiants, travailleurs ou retraités décrivent un quotidien plus nuancé.

Au marché de Saint-Denis, la plupart des passants n’ont pas entendu parler de l’article du Figaro Magazine. Quand on leur demande ce qui caractérise leur vie ici, les mots qui reviennent ne sont pas “islam” et “communautarisme”, mais plutôt “saleté”, “trafics”, “insécurité”. Ici, beaucoup de femmes sont voilées, mais elles sont loin d’être majoritaires. Des marchands de tapis côtoient des coiffeuses afro. Des hommes en chéchia (chapeau traditionnel musulman) et djellaba font la quête pour une mosquée et des femmes distribuent des tracts de l’Église évangélique.

Sous la halle du marché de Saint Denis
Sous la halle du marché de Saint Denis
Une boutique de beauté africaine rue de la République
Une boutique de beauté africaine rue de la République

Aucun des Dionysiens rencontrés dans les allées du marché ne cite la propagation de l’islam radical comme le premier problème qui impacte le quotidien. “Je n’ai pas d’ennuis, je blague avec les gens de toutes les couleurs quand je vais au marché”, raconte Gérard Potvin, un ambulancier à la retraite. “Mais ça m’embête que ça soit aussi sale, qu’il y ait toute cette contrebande, de cigarettes, de téléphones, de bijoux…”.

 

“Je ne fais pas l’amalgame, pas encore…”

Tous ne considèrent pas que les différentes communautés vivent en parfaite harmonie. “Les questions religieuses, je m’en fiche.”, précise d’abord une retraitée qui préfère rester anonyme. “Mais j’ai l’impression que les autorités locales nient la réalité. Il y a de l’insécurité. Je me suis faite agresser deux fois par des bandes, tabasser, voler mon sac. Des jeunes inconnus m’ont insultée parce que je suis Blanche. Je ne fais pas l’amalgame, pas encore, mais c’est dur.” 

Mounir Othman, comédien et membre d’un collectif de parents d’élèves du Nord de la ville, a quant à lui signé la tribune pour défendre l’image de Saint-Denis dans les médias. “C’est une ville-monde, et ça c’est une vraie richesse. Dire qu’il y a du communautarisme, c’est faux. Je suis de culture musulmane, mais ma famille est athée et il n’y a aucune pression sur nous. C’est même pas un sujet pour les habitants de mon quartier.” Là-bas, d’autres thèmes font débat : “Dans les écoles, les professeurs ne sont pas remplacés, la poste est surchargée, les bus ne passent jamais. Mais ça, c’est moins vendeur pour les journaux que le danger de l’islam.” Laura Belhadjer, une étudiante de 22 ans, décrit une ville “colorée”, et évoque sa bande d’amis “de cultures très différentes, reliés par les études, les problèmes quotidiens, et pas par une religion ou une origine”. Elle porte le voile, et se dit “dégoûtée” par la une du Figaro Magazine, qui “stigmatise”.

_MG_1528
La file d’attente à la charcuterie du marché de Saint-Denis

 

La diversité, un défi mais pas un problème

Le prêtre Jean Courtaudière, qui travaille à Saint-Denis depuis treize ans, a été cité dans l’article Figaro Magazine. Il juge l’article “plutôt équilibré” mais regrette le choix des photos et des titres : “c’est de la manipulation de l’opinion. Le photographe a dû se balader longtemps pour trouver les jeunes femmes portant un voile intégral. Il n’y en a nulle part ici”. Cet homme au ton chaleureux est responsable du dialogue entre la religion chrétienne et les autres religions dans le 93. “Oui, il y a beaucoup de musulmans ici, parce qu’il y a beaucoup de populations issues de l’immigration. Est-ce un mal ? Non ! Mais c’est vrai qu’il y a des courants salafistes qui essayent d’influencer les musulmans de Saint-Denis”. Selon lui, preuve en est le nombre croissant de femmes voilées dans les rues : “des  croyantes défendent le voile avant la conviction religieuse, cet affichage peut être vu comme un signe de radicalisation.” 

Pour lui, la diversité est un défi mais pas un problème. “Ce mélange, c’est extraordinaire, mais ça demande des efforts, il faut apprendre à accepter les différences de croyances, de culture.”  Si la religion musulmane se fait plus visible, qu’elle se développe dans l’espace public, ça n’est pas pour autant que les gens ne vivent pas ensemble : “à l’école, au travail, au sport, les gens se mélangent, sans se poser la question des origines, des religions.”

 

Célia Laborie

 

Assises : « Babu avait un cœur d’or »


En ce deuxième jour d’audience, Mohamed Fayed s’est exprimé et les différents experts qui ont travaillé sur l’enquête ont témoigné. Un point sur le procès « Babu », jeune homme qui avait été électrocuté dans le métro.

Six témoins absents. La seconde journée du procès « Babu » a encore eu du mal à démarrer. Le Président de la Cour a lu les dépositions des amis de Rajinder Singh, témoins directs de la scène. Tous concordent: Babu aurait bu deux bière à la débauche avant de prendre le métro avec ses amis. Il aurait repris Mohamed Fayed, qui importunait des jeunes femmes:  » Il parlait mal à une fille, je ne comprends pas le français mais on voyait sur sa bouche qu’il lui parlait mal et qu’elle n’aimait pas ça. »  La dispute aurait éclaté, l’accusé aurait invectivé Babu à descendre: « On voyait que l’arabe voulait en découdre » affirme le premier témoin en parlant de Mohamed Fayed. il se seraient poussés mutuellement avant que Babu ne tombe sur la voie. Ils se serait ensuite précipité pour le sortir de là alors que deux d’entre eux poursuivaient Mohamed Fayed qui avait pris la fuite:  » je savais que c’était dangereux mais il fallait que j’aide mon ami » a déclaré l’un d’entre eux. Tous sont d’accord: « C’était quelqu’un de sympa, ce n’était pas quelqu’un de violent« . Pourtant, aucun ne prétend avec certitude que Mohamed Fayed ait eu l’intention de tuer Babu.

« Je ne sais pas si c’était volontaire, j’ai juste vu que la dernière poussée était très violente »

Sur les jeunes femmes que Mohamed Fayed aurait ennuyé, aucune n’était présente mais le Président a également lu la déposition de l’une d’entre elle, avec qui l’accusé prétendais avoir eu des relations sexuelles:  » il a voulu m’enlacer et m’embrasser, je l’ai repoussé, nous les asiatiques n’aiment pas ce genre de gestes, il avait un comportement bizarre, il m’a offert des bonbons. Il dit n’importe quoi nous n’avons jamais eu de rapports sexuels » soutient-elle.

Enfin un témoin présent

Un vieil homme de 70 ans s’avance vers la barre. C’est le seul témoin direct de la scène présent au procès. Le 30 septembre 2011, il voit les médias prendre l’affaire Babu en main. « la version dite à la télévision n’était pas la vraie version, j’ai voulu dire la vérité« . Et le voilà devant nous, « je me rappelle très bien de la scène, dit-il,  c’était un groupe de quatre personnes, je ne comprenais pas ce qu’ils disait mais j’ai très vite compris que c’était une bagarre, les indiens étaient saouls, un faisait face à l’accusé, les autres étaient à l’écart« .

A la chute de Babu, le vieil homme se serait précipité vers l’alarme pour couper le courant. S’il ne peut pas être sûr des intention de Mohamed Fayed, il est persuadé d’une chose : «  Il a bien vu la chute, il a pris son sachet et il est parti en courant. Sur le visage de Fayed on ne voyait pas qu’il avait peur et puis quand on a peur on s’en va. Il a eu l’occasion de partir, je ne sais pas pourquoi il est resté« . Quand les avocats lui demanderons pourquoi Babu est tombé, il n’en démordra pas:

« C’est à cause de l’alcool« 

La parole aux experts

Le médecin légiste est d’abord intervenu pour faire son rapport : «  l’examen a permis de révéler que la victime était morte par électrocution. On a également constaté un fort taux d’alcool dans son sang. Il est évident que certaines capacités comme tenir debout peuvent être altérées » a-t-il précisé. Puis c’est au tour du psychiatre qui avait suivi Mohamed Fayed après son interpellation par la police. Selon lui, « M. Fayed ne présente aucun anomalie mentale ou psychique, il ne représente aucun danger pour la société s’il est relâché. Nous n’avons pas remarqué de comportement défiant ou agressif. Est-ce que sa version est vraie ou pas ? Nous n’avons pas le pouvoir du répondre. » L’examen scène par scène de la vidéo par l’expert audiovisuel conclu quant à lui:  « Babu pousse une dizaine de fois l’accusé à quelques secondes d’intervalles, par contre une seule poussée à suffit à Mohamed Fayed pour faire chuter Babu sur la voie. Il l’a poussé énergiquement, la victime a été déséquilibrée ». Il faut tout de même préciser que l’expertise de la vidéo est difficile car la scène se déroule en arrière-plan.

« Je voulais parler de sa mémoire »

Le témoignage le plus bouleversant de ce second jour de procès est sans doute celui de Jean-Louis Necemte, première partie civile. Lorsqu’on lui demande pourquoi il est venu il répond, un sanglot dans la voix, au bord des larmes: « je voulais parler de Babu car c’était mon ami, sa disparition me touche encore beaucoup. Je voulais parler de sa mémoire. C’était quelqu’un de très gentil, de très calme, jamais je ne l’ai vu hausser le ton, il aimait rendre service. » Babu connaissait Jean-Louis depuis 5 ans, il passait parfois les vacances chez lui avec sa compagne. Les larmes finissent par couler lorsqu’il raconte:  » la première fois qu’il est venu, quand on l’a raccompagné à la gare, il m’a embrassé et il m’a dit j’ai été reçu comme un frère. Ça m’a touché parce qu’on avait rien fait d’exceptionnel, il avait du cœur, je pense que si il s’est passé quelque chose c’est qu’il a été agressé verbalement. Je perds quelqu’un de très important et j’ai encore du mal à penser qu’il n’est plus là. »

« Je leur ai dit que je ne cherchais pas les problèmes »

Mohamed Fayed a enfin pu s’exprimer et décrire les faits selon sa propre version. Les choses étaient compliquées par sa mauvaise pratique du français, même son interprète avait du mal à comprendre: « c’est parce que je suis stressé que je n’arrive pas à bien m’exprimer. » Il en est ressorti que Babu l’aurait agressé, et qu’il n’aurait fait que se défendre. « C’est lui qui m’a abordé en me demandant pourquoi je jouais avec mes clé. Il m’a insulté, je n’ai pas répondu à ses insultes, j’ai continué mon chemin.  Finalement j’ai remarqué qu’ils étaient accompagnées d’autres personnes, le métro était bondé, beaucoup de monde voulait descendre en même temps, on était bousculés, je me suis retrouvé sur le quai. Ils étaient plusieurs à m’entourer, au début je leur ai parlé de façon très correcte. »

« Ils sentaient tous l’alcool, j’avais peur mais je ne voulais par leur montrer« 

Au moment où les choses dégénèrent, l’accusé dit n’avoir pas répondu aux coups de Babu, être tombé puis l’avoir poussé en se redressant pour se protéger. « Je leur ai dit que j’étais égyptien que je ne cherchais pas les problèmes. » Quant à son comportement avec les femmes, il se défend : « J’ai l’habitude de parler beaucoup avec des femmes, je leur ai proposé des bonbons, je ne les ai pas embêtées. Je n’ai pas importuné de femmes à l’intérieur de la rame, j’étais au téléphone » et de conclure: « Je ne voulais pas le tuer, je suis désolé ».

Ce sera aux jurés de décider quelle version est la vraie. Mohamed Fayed risque jusqu’à 15 ans de prison. Le verdict sera rendu demain.

Alexis Perché

Roland-Garros J3 : ce qu’il faut retenir à 17h

À 17h, 11 des 18 Français en lice lors de la 3e journée du tournoi de Roland-Garros avaient joué leur match. Entre le défilé des tenues zébrées et les coups de génie de Rafael Nadal, les spectateurs ont assisté à une journée haute en couleur.

Les Français du jour

6 victoires, 5 défaites pour les 10 Français engagés jusqu’à 17h. On a presque envie de faire les difficiles en comparant ce bilan du jour au sans-faute réalisé la veille par les Tricolores.

A l’inverse, les têtes d’affiches féminines Alizé Cornet (6/1, 6/0 contre Flipkens) et Kristina Mladenovic (6/2, 6/4 contre Schiavone) ont séduit par la qualité de leur jeu, ce qui laisse espérer de belles choses pour la suite de la compétition. Virginie Razzano y est elle aussi allée de sa victoire (4/6, 6/1, 6/0 contre Soylu). Quant à la toute jeune bombardière Océane Dodin, elle a réussi à prendre un set à l’ancienne vainqueur du tournoi Ana Ivanovic (6/0, 5/7, 6/2). De belles promesses pour l’avenir. Cornet, Mladenovic et Razzano rejoignent Caroline Garcia et Myrtille Georges au deuxième tour. Et si c’était l’année des Françaises ?

Chez les messieurs, Lucas Pouille a fini par prendre la mesure de Julien Benneteau (6/3, 4/6, 6/4, 7/6), après l’interruption de leur match la veille. Le jeune Nordiste a véritablement explosé cette année et capitalise sur son excellent parcours au Masters 1000 de Rome (demi-finaliste). On continue à penser que la surprise française cette année à Roland Garros, ce sera lui. Autre espoir, autre victoire. Quentin Halys, 19 ans (encore plus jeune que Pouille), a écrasé Hyeon Chung (6/1, 6/4, 6/4) et tentera de poursuivre son bonhomme de chemin au deuxième tour. A noter enfin la victoire de Nicolas Mahut, facile contre Berankis (7/6, 6/2, 6/1).

Les favoris du jour

Les favoris du jour, eh bien ils n’ont pas traîné. 3 jeux à Groth, 5 à Lu. C’est ce qu’ont respectivement laissé Rafael Nadal (6/1, 6/1, 6/1) et Novak Djokovic (6/4, 6/1, 6/0) à leur adversaire. Et en plus, Nadal nous a gratifié de quelques coups spectaculaires, comme ce magnifique tweener!

Difficile d’évaluer leur état de forme contre ces joueurs de seconde zone, mais, une chose est sûre, le « Taureau de Majorque » et le « Djoker » sont prêts. Pas Andy Murray. Le Britannique, qui arrivait pourtant en pleine confiance après son titre à Rome contre Novak Djokovic, est passé à deux doigts de l’élimination. Le n°3 mondial a connu un sérieux retard à l’allumage face à l’imprévisible Radek Stepanek, avant de finalement s’imposer (3/6, 3/6, 6/0, 6/3, 7/5). Pour juger de sa capacité à remporter le tournoi, on attend de voir sa réaction lors des prochains tours.

La tendance du jour

Ou plutôt de cette édition 2016, est sponsorisée par l’équipementier Adidas. La marque aux trois bandes a revêtu ses athlètes d’une tenue zébrée intégrale (de la casquette aux chaussures en passant par la robe ou le polo). Une touche stylée qui électrise!

Capture d’écran 2016-05-24 à 15.04.42
La Serbe Ana Ivanovic, tombeuse d’Océane Dodin, parée de la tenue zébrée de son sponsor Adidas

Le chiffre du jour

0. Comme le nombre de jeux inscrites par l’adolescente française Tessah Andrianjafitramo, contre la Chinoise Zhuang. A 17 ans, la jeune espoir repart de Roland en vélo (un 6/0, 6/0 s’intitule « double roue de bicyclette » dans le jargon), pour sa première apparition dans le tableau principal. Cruel. On espère que vous serez là l’année prochaine pour l’applaudir quand elle inscrira son premier jeu à Paris.

La surprise du jour (qui n’en est peut-être pas une)

La tête de série n°3 à la trappe ! Angélique Kerber, vainqueur de l’US Open et au jeu parfaitement adapté à la terre battue, disparaît dès le premier tour à Paris. L’Allemande était blessée à l’épaule. Son bourreau ? La Néerlandaise Kiki Bertens, classée au-delà de la 50ème place mondiale, mais en pleine bourre actuellement. On se rappelle notamment les parpaings qu’elle enfilait à la pelle au service lors de la demi-finale de Fed Cup contre la France. Demandez donc à Caroline Garcia et Kristina Mladenovic.

 

Douglas de Graaf et Winny Claret

Visite surprise du fisc français chez Google, à Paris : pourquoi ?

Le fisc français est descendu dans les locaux parisiens de Google aujourd'hui.

« Doublette irlandaise » et « sandwich hollandais ». Ce ne sont pas des spécialités culinaires, mais le nom des différents systèmes d’optimisation fiscale pour lesquels, sans doute, le fisc français a fait une descente aujourd’hui dans les locaux parisiens de Google.

Selon les informations du Parisien, une perquisition serait en cours au siège de Google à Paris, dans le cadre d’une enquête pour fraude fiscale. Une centaine de fonctionnaires du fisc et de la brigade nationale de répression de la délinquance fiscale (BNRDF) ont pénétré dans les locaux, avec le renfort de cinq magistrats du parquet national financier.

Pour tout comprendre au système d’optimisation fiscale de Google (et de nombreuses autres grandes compagnies), laissez-vous guider par cette cartographie interactive en cliquant sur la première flèche à droite.

Pierre Laurent