A l’école, le port du masque obligatoire crée le débat

Alors qu’une fronde anti-masque s’organise dans plusieurs écoles primaires, le gouvernement considère le phénomène comme « anécdotique ». Pourtant, l’adaptation paraît difficile pour les élèves comme pour leurs parents. En revanche, pour les professeurs, le port du masque est nécessaire.

Students with face masks line up on the schoolyard of the Petri primary school in Dortmund, western Germany, on August 12, 2020, amid the novel coronavirus COVID-19 pandemic. – Schools in the western federal state of North Rhine-Westphalia re-started under strict health guidelines after the summer holidays. (Photo by Ina FASSBENDER / AFP)

Depuis la rentrée scolaire du 2 novembre, les élèves de 6 ans et plus doivent porter un masque à l’école. La mise en place de cette règle a provoqué la colère d’une partie des parents d’élèves. Plusieurs pétitions demandant l’abrogation du port du masque ont été largement relayées, l’une d’elle avait atteint 194 000 signatures le 12 novembre. “Une contestation minoritaire” selon le ministère de l’Education nationale contacté par Franceinfo. Pourtant, les pages Facebook appelant à la grève et les pétitions qui circulent laissent à penser que le sujet est loin d’être anecdotique. Les parents d’élèves insistent notamment sur la faible infection des enfants au Covid-19 et leur rôle réduit dans la transmission du virus, attestés par plusieurs études scientifiques

Le refus du port du masque est « un problème vraiment très minoritaire au niveau national, mais très localisé aux endroits où des collectifs de parents assez virulents et procéduriers se forment« , estime Guislaine David, déléguée générale du Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire. Ces mouvements « mettent en difficulté les enseignants et les directeurs et directrices« , déplore-t-elle auprès de Franceinfo. 

“Le masque c’est pesant parce que ça crée des tensions entre les parents, les enseignants, les élèves”

En effet, pour Laurence Hoarau, directrice et professeure à l’école des Cahouettes (Neuilly Plaisance, 93) le port du masque est compliqué à faire appliquer compte-tenu de la réticence de certains parents d’élèves. “Le masque c’est pesant parce que ça crée des tensions entre les parents, les enseignants, les élèves” assure-t-elle à CelsaLab. Une pression supplémentaire qui vient s’ajouter à la longue liste des recommandations sanitaires pour les directeur.rice d’école. “On a mis le protocole en place mais on fait comme on peut. C’est sûr que ça demande beaucoup de travail pour vérifier si les adultes comme les enfants portent bien le masque tout au long de la journée” indique la directrice.

Bien que les élèves s’adaptent petit à petit, le port du masque est parfois difficile à faire appliquer. “Ils ont vraiment intégré les gestes barrières mais le plus dur c’est le masque” remarque Héloïse Fervet professeure en CM2 à l’école de la Gravière (St-Foy-lès-Lyon, 69). Après le lavage des mains, les distances à respecter, le matériel à individualiser, le masque est l’énième règle à laquelle les élèves doivent se plier.  Des gestes barrières qu’ils intègrent au fur et à mesure. “Les enfants comprennent ce qu’il se passe. Alors même si pour eux c’est difficile de garder le masque, ils font attention parce que quand ils l’enlèvent, ils savent très bien ce qu’ils font” insiste la professeure auprès de CelsaLab. 

Bien que compliqué, l’adaptation est nécessaire selon les professeurs 

Avant l’application de cette règle, le port du masque était obligatoire seulement pour les professeurs. Les distances entre les élèves devaient donc être dûment respectées pour éviter tout risque de contamination. Une distance qui peut biaiser l’apprentissage, poursuit la professeure. “Avant qu’ils ne portent le masque, on demandait aux élèves de rester loin du bureau quand ils étaient au tableau, on se mettait à un mètre de leur cahier pour expliquer quelque chose et les travaux de groupes n’étaient pas faisables. Ce n’était vraiment pas idéal.Le port du masque permet donc de retrouver des rapports « normaux » avec les élèves puisqu’il simplifie nettement le respect des gestes barrières.

“Le premier confinement a été difficile pour les élèves donc cette fois il fallait qu’ils puissent rester à l’école. Les gestes barrières, dont le port du masque, sont donc nécessaires » martelle Héloïse Fervet à CelsaLab. Dans un communique, le SNUipp-FSU, syndicat majoritaire des enseignants du premier degré, a estimé que bien qu’important, “le port du masque ne peut remplacer la distanciation et le non-brassage, il ne peut que simplement s’y ajouter”. 

Marjolaine Roget

Au Québec, un soutien virtuel face au Covid-19

« J’ai eu la COVID-19 » est un groupe Facebook visant à favoriser l’échange entre victimes directes ou indirectes du coronavirus. Sa créatrice Julie Breton envisage d’étendre l’édition québécoise à l’Hexagone.

Julie Breton a créé la page Facebook « J’ai eu la COVID-19. » pour rassembler des témoignages et informer la population. Photo Julie Breton

“Le” ou “La” Covid, la question fait débat. Et si l’Académie Française, tout comme l’Organisation Mondiale de la Santé, recommande bien de parler de “la” Covid, les Québécois, eux, ont déjà tranché sur la question depuis longtemps.

« J’ai eu la COVID-19” se destine à « être un lieu de témoignages de gens qui se sont rétablis. » Créé il y quelques semaines par Julie Breton, enseignante québécoise de 42 ans, il rassemble des posts de personnes testées positives au coronavirus ou de leurs proches. « L’objectif est d’avoir un endroit où se rassurer ; au Québec, on n’a pas tous les jours le nombre de morts, d’hospitalisations, de soins intensifs. À l’occasion on a un nombre de gens rétablis, mais c’est tout. Je voulais donner une voix à ces gens.»

Comptant 289 membres à l’heure actuelle, le groupe facebook est un moyen pour les patients remis de la maladie de partager leur expérience. Sélectionnés à l’entrée, les membres doivent obligatoirement avoir été testés positifs au Covid-19, ou connaître une personne ayant reçu un diagnostic médical. Écrire, raconter son vécu est alors une façon d’affronter psychologiquement cette crise sanitaire, et de créer un lien social : « Parmi les membres, certains ont écrit dans le groupe que cela leur avait fait du bien d’en parler. D’autres membres déjà rétablis reviennent donner des nouvelles, et les membres entre eux s’écrivent, se soutiennent » explique Julie Breton.

Pour l’instant, le groupe ne possède pas d’équivalent sur la toile française. Au Québec, selon les chiffres du 18 mai, on compte 42 920 cas confirmés de coronavirus, 3562 décès et 11 754 guérisons.

Colette Aubert

“Il y a des similitudes entre ce que l’on vit et ce que nos ancêtres ont vécu”

Isolation, mise en quarantaine, théories du complot… À différentes époques, on retrouve des similitudes autour de la gestion des épidémies et de la place des malades dans la société. Didier Foucault, docteur en histoire et maître de conférence à l’Université de Toulouse, détaille ces caractéristiques communes à de nombreux épisodes pandémiques.

 

La Peste d’Asdod, Nicolas Poussin, 1630. Musée du Louvre

 

Quelles peurs les épidémies ont-elles pu générer au fil des époques ?

Didier Foucault : On peut prendre comme modèle général celui de la Peste, une des plus grosses épidémies que l’on ait connues depuis la fin du Moyen-Âge. On observe d’abord une crainte parce qu’on apprend que des cas se sont déclarés dans une ville plus ou moins proche. Quand il y avait un danger, la première chose à faire, c’était fermer les portes de la ville. Très souvent, il y a aussi un premier réflexe de fuite, notamment chez les médecins et les responsables municipaux. Ils vont se réfugier à la campagne et s’isoler.

Ensuite, un certain nombre de rumeurs se propageaient. Lorsque la Peste noire s’est développée au 14e siècle, on a par exemple vu des accusations envers des Juifs qui auraient, par malveillance, enduit des poignées de porte avec de la graisse infectée par la Peste. Ces réflexes pouvaient se retourner aussi contre les vagabonds, les pauvres. On les mettait alors en dehors de la ville pour se débarrasser de la maladie.

Comment s’occupait-on des malades ?

D.F. : On les enfermait dans leur maison et on leur interdisait absolument de sortir, pour ne pas propager la maladie. Ensuite, on les extrayait de la maison pour les placer dans des lazarets, des terrains vagues à l’extérieur de la ville dans lesquels on faisait des enclos, des cabanes en bois où on entassait les malades. Le cimetière était très souvent une fosse commune dans laquelle on enterrait des centaines, voire des milliers de morts.

Comment circulait l’information en cas d’épidémie ? 

D.F. : Le cas de Venise est assez intéressant à ce titre. Venise avait des diplomates dans toutes les grandes villes de la Méditerranée. Donc dès qu’il y avait un risque de peste à l’étranger, ils avertissaient par bateaux du danger. Cela permettait aux Vénitiens de prendre des mesures de quarantaine. L’information circulait à la vitesse de l’épidémie. On est aujourd’hui dans un contexte et un univers historique différents, mais il y a quand même beaucoup de similitudes entre ce que l’on vit et ce que nos ancêtres ont pu vivre il y a quelques siècles. 

 

Propos recueillis par Elisa Fernandez

 

Illetrisme numérique : et à l’étranger alors ?

Depuis plusieurs années, l’Europe travaille à rendre Internet et les outils numériques accessibles au plus grand nombre. L’Estonie et le Royaume-Uni se distinguent pour leurs initiatives particulièrement efficaces.

Les Français se situent dans la moyenne, par rapport à leurs voisins européens. Unsplash.

Au sein de l’Union Européenne, la France se situe dans la moyenne. Mais même si depuis les années 2000 l’inclusion au numérique est rentrée dans l’agenda européen,  des différences importantes demeurent. En 2002, puis en 2005, la commission européenne a mis en place des plans baptisés « e-Europe », qui donnent des résultats très différents selon les pays. Parmi les bons élèves européens, on retrouve les pays scandinaves, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et l’Estonie.

Au Royaume-Uni, le pays a fait le choix de développer massivement un réseau d’« espaces numériques publics », qui permettent aux ménages à faibles revenus d’accéder gratuitement à Internet et de bénéficier de formations au numérique. Cette politique est accompagnée par une baisse du prix des abonnements Internet. Les populations défavorisées peuvent ainsi avoir des formations tournées vers un accès à l’ensemble des services publics en ligne. Ce sont près de 3 500 espaces numériques publics qui ont été mis en place au Royaume-Uni.

Quant à l’Estonie, elle a fait le choix du tout-numérique dans les années 1990. Le pays a une politique éducative forte en matière d’informatique. Les banques et les opérateurs de télécom ont aussi apporté leur pierre à la numérisation de la société estonienne. L’Estonie fait en sorte de rendre Internet accessible dans les mairies et les postes, même dans les coins les plus reculés du pays. Le vote numérique à distance ou encore la carte d’identité numérique sont rentrés dans les habitudes des Estoniens.

Parmi les pays les plus à la traîne, on retrouve le Portugal, la Pologne, la Grèce et surtout la Roumanie, où près de 36 pourcents de la population n’a pas de compétences numériques ou bien n’a pas accès à Internet. Dans ces pays, c’est surtout le décalage entre les zones urbaines et les zones rurales qui explique qu’une partie de la population peine encore à avoir accès à Internet et à le maîtriser.

Pauline Paillassa