« Rencontrer des ‘profils’, c’est l’antithèse de la rencontre »

Trois questions à… François Charvin, psychothérapeute

Les applications de rencontre influent-elles sur la personnalité de l’individu et sur sa relation avec autrui ?

Les applications de type « immédiates », où l’on visualise un profil et où l’on décide, ou non, de contacter la personne, tendent à développer l’autosatisfaction. Le plaisir immédiat de la rencontre peut amener à ce que l’on recherche la satisfaction auto-érotique. Nous assistons à une marchandisation de l’amour, à l’ère du numérique. Aussi, la liberté c’est de pouvoir changer, renaître, avoir une marge de manoeuvre, faire quelque chose de nouveau. En d’autres termes, c’est la capacité de chacun à la métamorphose. Or, les applications de rencontre sont contraires à la liberté. La « micro-jouissance » du clic est omniprésente, et ce type de plateforme peut amener, très souvent, à un phénomène d’addiction.

 Les applications de rencontre permettent-elles de rencontrer « l’autre » ?

Rencontrer des « profils », c’est l’antithèse de la rencontre. On recherche un idéal de l’autre à son image. Nous pourrions dire que ces individus entrent dans une démarche fantasmatique en se peignant eux-mêmes et en dépeignant l’autre. La rencontre, c’est ce qui n’est pas commun, contrairement aux algorithmes des applications. D’ailleurs, ces plateformes ne permettent pas la rencontre de l’autre, mais plutôt la rencontre de soi-même. Il s’agit moins, pour deux individus, de se rencontrer dans les différences qu’ils ont que dans les fantasmes qu’ils partagent.

Les applications n’amènent-elles pas à former un couple avec une personne socialement semblable ?

Souvent, dans l’autre, on cherche l’idéal que l’on se fait de soi-même. On se retrouve à essayer de trouver en l’autre son propre fantasme. La démarche est narcissique, puisque l’on recherche quelqu’un qui nous ressemble. Plus on diffère la rencontre, et plus on cultive ce fantasme de part et d’autre. Il faut quelqu’un qui « colle » à nos fantasmes, ce qui engendre une position d’autoritarisme et un rapport aliénant de soi et de l’autre.

 

Marie Lecoq

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *