Mirepoix-sur-Tarn : une enquête ouverte pour déterminer les causes de l’effondrement

Le pont métallique qui reliait Mirepoix-sur-Tarn à la commune de Bessières, en Haute-Garonne près de Touluse, s’est effondré lundi 18 novembre aux alentours de 8 heures. Le bilan du préfet s’élève pour le moment à un mort, une jeune fille de 15 ans, et plusieurs disparus.

Le pont de Mirepoix-sur-Tarn s’est effondré lundi 18 novembre. (©DR/Actu Toulouse)

 

Le gouvernement a saisi le Bureau d’enquêtes sur les accidents de transports terrestres (BEA-TT) afin de connaître les circonstances précises de l’accident. Les secrétaires d’État Laurent Nunez et Emmanuelle Wargon sont attendus sur place dans les heures à venir.

 

70 pompiers mobilisés

Le pont a entraîné dans sa chute plusieurs véhicules : une fourgonnette, un poids-lourd et un véhicule léger. Le chauffeur du camion fait partie des personnes disparues. Environ 70 pompiers sont actuellement à l’œuvre pour tenter de retrouver les corps des conducteurs. Le véhicule aurait été localisé dans le Tarn par les plongeurs, selon une source proche du dossier.

Aucune surveillance particulière

Selon le président du conseil départemental de Haute-Garonne contacté par France Bleu Occitanie, le pont ne faisait pas l’objet d’une surveillance particulière.

« Ce pont, oui, il est limité à 19 tonnes, il a été vérifié par les services de l’Etat en 2017 et il y a chaque année une révision par nos services, il y en a eu une fin 2018 et il y en aura une dans quelques semaines »

Construit en 1935, ce pont avait fait l’objet de travaux en 2003 et avait été inspecté pour la dernière fois en 2017, où aucune faille notable n’avait été trouvé.

 

Léo Lefrançois

Des femmes dans les stades en Iran: une première depuis plus de 40 ans

 

Des protestations apres la mort de Sahar Khodayari

A l’occasion du match de qualification de l’Iran pour le Mondial-2022 de football face au Cambodge, près de 3500 iraniennes ont pu acheter des billets pour la rencontre qui se déroulera a Teheran. Pour la première fois depuis plus de quarante ans, les supportrices pourront assister au match sur le stade.

C’est une délégation de la fédération internationale qui a fait pression sur le gouvernement lors d’une visite a Teheran en septembre. La mort tragique de Sahar Khodayari, une jeune femme qui s’est immolée pour avoir cru être condamnée a la prison ferme pour sa tentative d’entrer dans un stade. Beaucoup de pressions internationales ont été faites a l’Iran pour permettre aux femmes d’accéder aux matchs masculins. Beaucoup de militants avaient même pressé la Fifa de Bannir l’Iran des compétitions internationales.

La journaliste sportive Raha Pourbakhsh ne cache pas sa joie, « Je n’arrive toujours pas à croire que cela va arriver. Après toutes ces années […] à regarder tout à la télévision, je vais maintenant pouvoir vivre ça en personne« .

La présence des femmes dans le stade restera tout de même surveillée, elles seront placés dans des sièges spécifiques et surveillées par plus de 150 policières.

Les internautes de twitter trouvent cet avancée insuffisante et lancent le hashtag #wakeUpFifa, soit réveil toi Fifa surtout après la mise en place de barrières pour séparer les femmes des hommes.

Cet internaute écrit:  » Ceci est ridicule et humiliant et je n’arrive pas a y croire. Ils ne vendent pas de tickets aux femmes et maintenant ils installent des cages pour nous?« .

Amnesty International dénonce aussi la vente de ticket comme un coup de pub cynique; « Tout ce qui n’est pas un reversement complet de l’interdiction d’accés des femmes aux stades est un insulte à la mémoire de Saharr Khodayari et un affront aux droits de toutes les femmes d’Iran.« 

Blocage de l’aeroport de London city par Extinction Rebellion

Activistes d’Extinction Rebellion devant le ministere de l’interieur britannique

Les militants écologistes d’Extinction Rebellion prévoient de bloquer l’aéroport de London City à partir de demain et pendant trois jours. Leur mobilisation qui sera pacifique a pour but de lutter contre le support du gouvernement face à l’expansion du trafic aérien qui est l’un des plus pollueurs au monde. En 2018, 918 millions de tonnes de CO2 avaient été laissés dans le ciel. Cet aéroport est l’un des cinq de Londres, c’est le plus proche du Centre ville, il a vu passer 4,8 millions de passagers en 2018. Le projet d’extension de l’aéroport qui doit couter 2 milliards de livres sterling est pour eux en complète contradiction avec le projet zéro carbone en 2050 du parlement.  

Les militants qui ont lancé lundi des actions dans le monde entier prévoient de se rassembler prés de l’aéroport ce jeudi dés 7h30 (8h30 GMT)depuis les différents sites qu’ils occupent autour de Westminster.Ils entendent mener cette manifestation à la manière « hongkongaise », c’est à dire pacifiquement, ils comptent bloquer les terminaux en s’asseyant, se couchant ou encore en se collant devant les portes. Jusqu’a maintenant, plus d’une centaine de personnes devraient participer demain à la fermeture non violente de l’aéroport et sont prêtes à perdre leur liberté. Selon la police de Londres, plus de 55 personnes ont été arrêtées depuis le début du mouvement lundi.

Le groupe a déclaré que  » Les protestations seront faites contre le support du gouvernement a l’expansion du trafic aérien qui est bénéfique pour les riches et qui puni les pauvres au moment de cette urgence climatique et écologique. » Ils précisent  tout de même que s’ils n’arrivent pas à entrer dans l’aéroport ils le bloqueront de l’extérieur.

 

 

 

Fusillade à Halle : ce que l’on sait

Deux personnes au moins ont été tuées mercredi 9 octobre lors d’une attaque à l’arme à feu en pleine rue, à Halle (Saxe-Anhalt) dans l’est de l’Allemagne.

 

  • Deux morts et deux blessés graves : Le nombre total de blessés est pour l’instant inconnu. L’hôpital de Halle a signalé deux blessés graves en train d’être opérés, en plus des deux morts. L’un des corps a été aperçu couvert d’une bâche bleue sur le bitume, juste après l’attaque.

 

  • Une synagogue était visée : D’après Max Pivorozki, le président de la communauté juive de Halle, le tireur n’a pas pu pénétrer dans le bâtiment, protégé par une porte sécurisée. Près de 80 personnes y célébraient la fête religieuse de Yom Kippur. Après avoir tiré sur la synagogue, le ou les assaillants ont ensuite visé un restaurant turc avec une grenade. Des tirs ont également été entendus à Landsberg, à quinze kilomètres de Halle. Aucun lien n’a pour l’instant été établi entre les deux attaques. Sur une vidéo amateur reprise par de nombreux médias et montrant manifestement un extrait de l’assaut, un homme habillé en kaki et casqué, d’apparence calme, tire au fusil d’assaut en pleine rue.

 

  • Un des auteurs présumés interpelé : Après l’attaque, les auteurs présumés se sont enfuis à bord de leur véhicule. La police de Halle a déclaré avoir arrêté un homme mais elle conseille tout de même aux habitants de rester chez eux.

Des vidéos amateur ont été postées sur Tweeter. On y voit un homme d’apparence calme en tenue militaire kaki et casqué, tirer avec un fusil d’assaut. Il n’y a pas d’images d’un autre assaillant.

  • Le parquet terroriste saisi : Pour l’instant, nous ne savons pas si les auteurs se revendiquent d’une idéologie.  Cette attaque intervient quelques mois après le meurtre, en Hesse, de Walter Lübcke, un élu pro-migrants du parti conservateur de la chancelière Angela Merkel (CDU). Le principal suspect est un membre de la mouvance néonazie. L’affaire a réveillé la crainte d’un terrorisme d’extrême droite à l’image de celui du groupuscule néonazi NSU, responsable du meurtre d’une dizaine d’immigrés en Allemagne entre 2000 et 2007. Plus de 12.700 extrémistes de droite jugés dangereux sont recensés par ls autorités.

 

 

Antonella Francini