Législatives dans les Hauts-de Seine : une 5ème circonscription éclatée

Les 12 et 19 juin prochains, les habitants de la cinquième circonscription des Hauts-de-Seine (92) devront élire leur député à l’Assemblée nationale. Ces élections seront déterminantes compte tenu de la fragmentation sur plusieurs échelles des villes de Levallois-Perret et Clichy qui composent la circonscription.

La campagne électorale pour les législatives bat son plein, dans la cinquième circonscription des Hauts-de-Seine (92), divisée entre les villes de Clichy et Levallois-Perret que tout oppose depuis 35 ans. Dans le département, la configuration “ville de droite plus aisée et ville de gauche plus populaire” est assez répandue. Une sociologie électorale qui s’est confirmée lors du premier tour de la présidentielle en avril 2022. Clichy a plébiscité Jean-Luc Mélenchon à 42,15%, tandis que 41,96% des Levalloisiens ont préféré Emmanuel Macron. 

Pourtant, l’opposition historique tend à s’amenuiser depuis une dizaine d’années avec l’arrivée en 2015 de Rémi Muzeau (Les Républicains) à la mairie de Clichy, rompant avec l’héritage socialiste. Cet ami du couple Balkany, qui a régné sur Levallois-Perret de 2001 à 2020, encourage la rénovation de la ville clichoise sur le modèle de sa voisine, entraînant sa gentrification. “Levallois regarde vers Neuilly et Clichy regarde vers Levallois”, résume Sylvie, un chariot à la main dans le marché Henri-Barbusse de Levallois. Mais la récente élection présidentielle a sorti de terre l’électorat de gauche qui dépeint des différences profondes entre les deux villes.  “Les enjeux ici, il y en a guère parce qu’on n’est pas malheureux, l’enjeu pour moi c’est la terre, l’Europe, l’Ukraine, la guerre”, confesse Sylvie, jeune retraitée et Levalloise de longue date. Pourtant à Clichy, on s’inquiète du pouvoir d’achat : “Avant le coronavirus, on faisait des sorties avec les enfants, ça allait bien, le coronavirus a gâché ma vie, et je sais que je ne suis pas la seule”, déplore Katia, Clichoise de 30 ans, accompagnée de deux de ses trois enfants. 

Une pluralité de candidats, source de luttes intestines

La circonscription divisée doit aussi faire face à la multiplication des candidats. Au nombre de 14, ils témoignent de l’éclatement entre les deux villes, mais aussi des partis politiques. A l’exception de la Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale (NUPES), ils n’ont pas su se réunir sous les mêmes couleurs.  Quelques candidats de gauche sont présents face à la représentante de la NUPES, Léa Druet, à l’instar de Mireille Lambert pour Lutte Ouvrière, Zaya Gacem (Divers Extrême Gauche), Mina Khalil (NPA) et Cyril Crosnier-Leconte (Ecologistes). “Il y a toujours eu des micros candidatures, qui vont rafler 0,2, c’est toujours dommage mais avec le succès de LFI au premier tour, on a un vrai terreau commun« , précise Jean-Michel venu distribuer des tracts en faveur de la jeune candidate à l’entrée du marché de Clichy. 

Au marché de Clichy, les sympathisants LR, soutien du candidat Pierre Chassat, et l’équipe de la candidate Léa Druet (NUPES) vont simultanément à la rencontre des Clichois. (©Johanne Malin)

La fragmentation des candidats étonne et exaspère. “C’est ridicule! Ridicule! Quand vous avez un choix pareil, vous ne savez plus pour qui voter”, s’exclame Maïté, arrivée à Levallois-Perret, il y a 35 ans. A droite et au centre, ce sont 8 candidats qui se présentent, dont la plupart sont investis par des grands partis nationaux. Agnieszka Gebarska représente le RN tandis qu’Alexandre Rousset-Leblond, le mouvement Reconquête. Fabrice Garoyan, est candidat de Debout La France et Sonia Rabotoson, secrétaire nationale auprès des Républicains se présente sous l’étiquette “divers droites”.

C’est au cœur des Républicains que la bataille fait le plus rage. Les tensions entre les deux municipalités se sont exacerbées à l’aune de la campagne. “Notre candidat a été investi par LR alors que l’autre candidate, [Caroline Mercier] est investie par le maire de Clichy”, pointe de manière moqueuse Hamid, militant LR et retraité. 

Des candidatures à droite considérées comme “fantaisistes ou dissidentes qui rencontreront peu l’adhésion des électeurs” selon Pierre Chassat, qui rappelle « l’unanimité » de son investiture par le parti Les Républicains. Ce dernier, adjoint à la mairie de Levallois-Perret dispose d’un ancrage géographique, face à des candidats qu’il qualifie de “parachutés”. 

L’ancien directeur de campagne Les Républicains ne s’inquiète pas de ses casseroles : une condamnation de trois ans d’emprisonnement dont deux avec sursis et cinq ans d’inéligibilité dans le cadre de l’affaire Bygmalion. Celui qui a été condamné en première instance pour “abus de confiance, complicité d’escroquerie et financement illégal de campagne électorale” a fait appel de cette décision au motif des “nombreuses failles sur l’individualisation des peines ou de la rétroactivité de certaines lois”. Finalement “ce qui compte c’est l’homme et son travail sur la ville, pas les affaires”, avance Hamid. 

Un 3ème tour des élections présidentielles

Un panel des droites divisé et fragilisé, qui pourrait favoriser Céline Calvez, actuelle députée de la circonscription sous les couleurs de la majorité présidentielle (Renaissance, ex-LREM). Candidate sortante, elle reste plébiscitée dans la circonscription qu’elle dirige depuis 2017. « Je ne connais pas le nom des candidats, mais je vais voter pour la majorité présidentielle », argue Romain, ingénieur vivant à Levallois. “Emmanuel Macron me paraît être le plus éclairé et le plus à même de gouverner le pays. Je pense qu’il a besoin d’un soutien à l’Assemblée nationale”, poursuit-il.

A Levallois-Perret comme à Clichy, certains candidats n’ont toujours pas collés leurs affiches sur les panneaux électoraux, participant à leur invisibilisation auprès des électeurs à moins de deux semaines du scrutin. (©N’namou Sambu)

Faute d’une méconnaissance des candidats aux législatives et de leurs programmes, il semble que la lutte éclatée de la 5e circonscription des Hauts-de-Seine se joue principalement entre les grands partis. Celui du président Emmanuel Macron (Renaissance) veut se maintenir dans une circonscription et un département qu’il a largement conquis en 2017 (10 circonscriptions sur 13) alors que la menace des partis Les Républicains et La France Insoumise s’impose comme opposition principale. Ces élections législatives se présentent donc comme une sorte de 3ème tour de l’élection présidentielle.

Si une majorité des habitants rencontrés sur le marché Henri-Barbusse, près de la mairie de Levallois semblait séduit par le parti présidentiel, plus que par la candidate en elle-même dont ils ignorent souvent le nom, les habitants de Clichy ont d’autres sensibilités. Avec une telle disparité entre les villes qui constituent cette cinquième circonscription, Céline Calvez doit convaincre les Clichois davantage que les Levalloisiens. Ces derniers avaient soutenu, dès le premier tour, le candidat Emmanuel Macron à presque 42 %.

Des sympathisants LFI/NUPES, dont Jean-Michel, aux abords du marché de Clichy (92). (©N’namou Sambu)

C’est également sur cette disparité que le parti de La France Insoumise et plus précisément l’alliance NUPES peut s’appuyer. Vainqueur lors du premier tour de l’élection présidentielle avec 43 % des voix à Clichy, LFI peut tirer son épingle du jeu dans ce bastion historique de gauche (dont la mairie est passée à droite en 2015.)

« Je vais voter pour tout ce qui est avec le parti de Mélenchon. Je suis en harmonie avec ce qu’il dit. J’espère qu’il tiendra ses promesses car je suis en désaccord avec Macron. J’aimerais qu’il y ait une personne au pouvoir qui peut essayer de le contrôler », explique Katia. Elle a voté pour le candidat LFI lors du premier tour de la présidentielle et croit beaucoup en les chances du parti qui l’a poussé à se politiser. « Ma génération, celle née en 1990, n’a pas beaucoup voté lors de la présidentielle 2022 », poursuit la jeune femme. « Même moi, il y a cinq ans, je ne suis pas allée voter. J’étais tellement dépitée mais aujourd’hui, je parle beaucoup avec des jeunes sur Facebook. Nous avons fait un groupe pour essayer de motiver ceux de notre âge à aller voter », une nécessité aujourd’hui pour la Clichoise qui, comme beaucoup d’habitants habitués du marché du centre de Clichy, souhaite faire entendre sa voix lors de ces élections législatives.

Johanne Mâlin et N’namou Sambu

Législatives 2022 : quelle droite pour la 13 ème circonscription des Hauts-de-Seine ?

Du 12 au 19 juin 2022 auront lieu les élections législatives. Dans la 13ème circonscriptions des Hauts-de-Seine (Antony, Sceaux, Bourg-la-Reine, Châtenay-Malabry) le prochain scrutin porte surtout la question de l’identité et du poids de la droite dans la circonscription. Par Zino Tissier et Perla Msika.

« C’était un bon maire, il a permis de garder l’esprit village à Antony  » exprime Isabelle, 57 ans et antonienne depuis 24 ans, au sujet de Patrick Devedjian. Dans ce bastion de droite depuis 1988, c’est l’héritage de ce dernier (1944-2020) qui fait autorité. Maire d’Antony pendant près de 18 ans, il fut aussi député de la treizième circonscription des Hauts-de-Seine (92) de 1986 à 2017, d’abord sous l’étiquette du Rassemblement pour la République (RPR), puis sous les couleurs de l’Union du mouvement populaire (UMP), aujourd’hui Les Républicains ( LR )

En 2017, c’est l’une de ses héritières, Frédérique Dumas, qui récupère la 13ème circonscription des Hauts-de-Seine, mais sous l’étiquette de la majorité La République en Marche – aujourd’hui Ensemble. Un revirement pour la circonscription alors que la député sortante, ancienne des Républicains, a été adjointe au maire sous Devedjian.

Aujourd’hui sous le drapeau Libertés et territoires (LT), Frédérique Dumas fait pourtant, le choix de ne pas se représenter. Une décision, somme toute logique, pour Numa Isnard, candidat LR dans la circonscription : « Le but n’est pas de faire son procès, loin de là. Mais le fait qu’elle ne se représente pas montre bien, d’ailleurs, que c’est pas une fonction qui l’intéressait. Elle n’a pas montré d’intérêt très fort pour le terrain.» Plus qu’une question de compétences, la présente élection doit, non seulement couronner l’hériter de la droite, mais aussi définir l’identité de celle-ci dans la circonscription.

Une droite militante et en quête de renouvellement

Avec comme porte étendard, Numa Isnard, le parti Les Républicains souhaite de nouveau prendre la tête de cette 13ème circonscription. Au cœur de sa stratégie de campagne, la revendication d’une identité militante mêlée à la proximité d’un candidat issu de la société civile : « La politique ce n’est pas mon métier. Je suis avocat, mais également conseiller municipal à la mairie de Sceaux. Et à côté de cela il y a un engagement militant fort, je suis délégué jeune républicain pour la 13ème circonscription des Hauts-de-Seine, je travaille avec Véronique Bergerol qui est d’ailleurs ma suppléante. Ma candidature est dans cette logique là, c’est une candidature militante. »

https://twitter.com/numaisnard/status/1523634049696550912?cxt=HHwWgMDSvY_GhKUqAAAA

Au-delà du militantisme, le candidat LR doit faire face à une rupture de la droite dans cette circonscription. Numa Isnard devra notamment affronter le maire de Sceaux, Philippe Laurent (UDI). Un adversaire qu’il ne semble pas craindre : « Le candidat centriste – car je ne vois pas beaucoup la mention UDI sur ses tracts –  a commencé sa campagne avec la notion de  » majorité utile. »  Il a fait le choix de se rallier à des forces en présence et de la jouer stratégique. Je pense que c’est une façon de faire de la politique que les gens rejettent », faisant référence à la majorité présidentielle portée par Maud Bregeon (Ensemble.) 

Avec Maud Bregeon et Philippe Laurent, Numa Isnard est l’un des trois candidats qui peut potentiellement incarner l’héritage de droite républicaine au sein de la circonscription.  Mais le candidat de 35 ans, a conscience que l’histoire ne fait pas tout : « On ne peut pas arriver avec un héritage gaulliste et arriver en disant « nous sommes les seuls candidats légitimes«  ça serait effectivement un peu osé. Ça ne vaudrait pas grand-chose. La tradition gaulliste de la circonscription est un fait, mais on ne peut pas bâtir une reconquête de celle-ci simplement sur cela. » Surtout après l’échec des Républicains aux dernières élections présidentielles.

À Antony, plus grande ville de la circonscription, plusieurs habitants voient d’ailleurs les législatives comme le strict prolongement de leur vote à la présidentielle. «  Pour moi qui me sens  bien à Antony, les législatives incarnent plutôt le prolongement locale de l’élection présidentielle et nationale » confie Valérie Richard, 50 ans. Une position qui ne présage rien de bon pour LR, où la candidate Valérie Pécresse avait obtenu 8,55 % des voix contre 37,29 % pour Emmanuel Macron.

Maintenir la majorité dans la 13ème circonscription

Si Frédérique Dumas ne se représente pas, ses multiples aller-retours entre le parti de la majorité et ceux de la droite historique, font de la nouvelle candidate d’Ensemble, Maud Brégeon, la possible repreneuse, d’un héritage politique local aujourd’hui troublé. Le premier tour des législatives devrait, en effet, servir de curseur à l’identité politique de la circonscription. Pour plusieurs habitants, l’élection de Frédérique Dumas a témoigné d’une position politique moins ancrée à droite. C’est ce que juge  Janine, 72 ans et habitante d’Antony depuis près de 50 ans : « J’ai l’impression qu’on s’approche surtout du parti de la majorité. Ce n’est plus le fief de la droite républicaine d’autrefois » estime celle qui a voté « écolo » aux législatives de 2017.

Maud Brégeon, ingénieure dans le nucléaire et marcheuse de la première heure, s’est engagée depuis longtemps aux cotés du président Emmanuel Macron, elle a fait plusieurs apparitions lors des dernières élections notamment sur les listes des élections sénatoriales de 2017, mais également aux municipales face à Patrick Balkany à Levallois-Perret (92). Elle est, depuis les dernières présidentielles, porte parole de Renaissance, nouveau nom de la majorité. Un parti qui couve la candidate, avec de multiples soutiens  tels que ceux des ministres Bruno Le Maire, Gérald Darmanin ou encore Eric Dupont-Moretti. Quitte ou double, ces soutiens peuvent desservir Maud Bregeon, qui pour se faire une place dans l’identité politique de la circonscription, doit choisir qui sont ses principaux adversaires : la droite historique ou l’union de la gauche incarnée par la Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale (NUPES).

https://twitter.com/MaudBregeon/status/1522941167138136070?cxt=HHwWjICzkYa7yaIqAAAA

La gauche en position d’« outsider » autour de la NUPES

Portée par un projet de cohabitation, la NUPES compte, quant à elle, sur sa position « d’outsider » pour équilibrer la balance politique. Représentée dans la 13ème circonscription par Brice Gaillard, elle souhaite mettre en avant l’unité de la gauche. Issu du Parti socialiste (PS), il porte son projet fondé sur trois enjeux ; « l’urgence démocratique autour de la question de la VIème République et du renforcement des pouvoirs du Parlement, le vent social avec l’augmentation des salaires et la fixation des prix des produits de première nécessité et des logements et enfin l’urgence environnementale avec l’interdiction des pesticides » explique-t-il. Brice Gaillard compte sur le succès du parti La France Insoumise aux dernières présidentielles (21,95%) pour présager de la victoire dans la circonscription.

Si la forte présence de la droite peut déstabiliser cette alliance de la gauche, Brice Gaillard a d’ailleurs rappelé que  « le bloc de gauche réalise toujours de bons score lors des élections » faisant référence aux élections départementales à Bourg-la-Reine (55,83 % pour le binôme Union à gauche). Il suppose que « la balance peut pencher », car « beaucoup de gens viennent de quartiers populaires et sont en souffrance ». En 2019, seul 9,1 % de la population de la circonscription a un niveau de vie inférieur au seuil de pauvreté – contre 14,5 % en France métropolitaine ( source INSEE ) Pas sûr que la candidat de la NUPES trouve donc les voix sensibles à son programme.

 

 

Hauts-de-Seine : La gauche veut reprendre la 11e circonscription

L’ensemble des communes qui réunit Montrouge, Malakoff et Bagneux (Hauts-de-Seine) voyait la gauche remporter les élections législatives depuis 1988. En 2017, et pour la première fois, c’est La République En Marche qui l’a emporté. Cinq ans plus tard, EELV, PCF, PS et LFI présentent une candidature commune pour tenter de renverser la situation.

Onze jours avant le premier tour des élections législatives, en ce matin de juin, Aurélien Saintoul se trouve à l’entrée du métro « Mairie de Montrouge » avec quelques autres militants pour distribuer des tracts. Sur ces derniers, on y retrouve en première page un photo montage de lui, aux côtés de Jean-Luc Mélenchon. Investi par la NUPES, Aurélien Saintoul est en concurrence avec neuf autres candidatures pour prendre la tête de la 11e circonscription des Hauts-de-Seine. Dans ce bastion historiquement ancré à gauche, l’homme figure parmi les favoris. Pourtant, en 2017, c’est Laurianne Rossi de La République en Marche qui avait remporté la 11e circonscription, un changement radical, que le candidat de la Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale (NUPES) a bien l’intention de faire oublier : « il y a une parenthèse à fermer » déclare-t-il à propos de la députée sortante.

Aurélien Saintoul a choisi des points stratégiques pour tracter. Ici, à l’entrée de la station de métro Mairie de Montrouge, sur la ligne 4.

 

Une circonscription historiquement de gauche

Agrégé de lettres classiques, Aurélien Saintoul s’est engagé auprès de Jean-Luc Mélenchon en 2009. Militant La France Insoumise depuis la première heure, il a d’abord été professeur de lettres avant de devenir assistant parlementaire et membre de l’opposition à la mairie de Montrouge. Selon lui, la victoire est possible. « En 2017, les gens pouvaient avoir des illusions quant à Emmanuel Macron, estime Aurélien Saintoul. Aujourd’hui, ils ont compris que ça n’avait pas marché. » En 2017, sept à neuf candidatures pouvaient être identifiées comme des candidatures de gauche ou écologistes. Aujourd’hui, seules 5 candidatures peuvent être perçues comme telles, notamment grâce au rassemblement de certains partis sous l’étiquette de la NUPES, ce qui augmente les chances d’Aurélien Saintoul d’accéder à l’Assemblée nationale.


L’ancrage à gauche de la circonscription encourage également le candidat. Depuis le redécoupage géographique de la circonscription en 1986 et jusqu’en 2017, tous les députés ont été des candidats du Parti Communiste Français (PCF) ou du Parti Socialiste (PS). Cela s’explique notamment par l’attachement à gauche présent dans deux des trois villes composant la circonscription, à savoir Bagneux et Malakoff. Dans ces deux villes, toutes les élections municipales de l’après-guerre ont été remportées par le Parti Communiste Français. A Montrouge, la mairie est investie par l’UDI (anciennement CNIP et UDF) depuis 1958. Mais cela ne semblait pas faire basculer les résultats des élections législatives jusqu’en 2017. « Ce sont trois villes très différentes, explique Aurélien Saintoul. Elles n’ont pas toutes les mêmes préoccupations mais il y a des sujets qui peuvent les réunir comme l’urgence écologique. » À titre d’exemple, selon l’INSEE, le revenu moyen des habitants de Bagneux en 2019 était de 2456€ par personne, contre 3431€ pour les habitants de Montrouge. Pour le candidat de la NUPES, ces villes ne sont pas irréconciliables. « Même les personnes qui vivent dans des situations plus confortables peuvent penser à ceux moins favorisés, pour l’intérêt général » argumente l’agrégé de lettres classiques. Lors du premier tour de l’élection présidentielle, Emmanuel Macron était arrivé en tête à Montrouge avec 35,2% des voix, mais suivi par Jean-Luc Mélenchon avec 28,4% et Yannick Jadot avec 8,3%. Tout semble donc encore pouvoir se jouer pour le candidat de la NUPES dans la ville la plus incertaine des trois que comporte la circonscription.

En distribuant les tracts devant la bouche de métro, Aurélien Saintoul lance à la volée « Votez pour les législatives ! » sans mentionner son parti ou sa propre personne. « C’est assez délicat de dire aux gens « votez pour moi » directement, avoue le candidat. Mais c’est aussi parce qu’il y a un deuxième combat dans cette élection, c’est la lutte contre l’abstention. » Ces dernières années, l’abstention n’a fait qu’augmenter dans cette circonscription pour les élections législatives. En 2002, elle s’elevait à 35% au premier tour. Ce chiffre n’a cessé d’augmenter depuis, pour arriver à 47% en 2017. « Pour former une majorité, il faut convaincre les gens » estime Aurélien Saintoul. Parmi les habitants de Montrouge, Sabrina, par exemple, ne compte pas voter le week-end prochain. « J’ai voté pour Jean-Luc Mélenchon au premier tour de la présidentielle mais je ne vais pas voter aux législatives, je ne vote jamais pour ces élections » explique la commerçante de 40 ans.

« On est raisonnablement confiants »

Du côté de la député sortante, Laurianne Rossi, la bataille semble loin d’être perdue d’avance. Questeure à l’Assemblée Nationale et bien placée au sein de LREM, de nombreux habitants pensent accorder une nouvelle fois leur confiance à la candidate de la majorité. « Je trouve qu’elle a été une bonne députée, qu’elle a apporté quelque chose, qu’elle a participé activement à l’Assemblée nationale confie Sylvie, 59 ans. Je ne me vois pas du tout voter pour un autre candidat et notamment celui de La France Insoumise. »

D’autres candidats, eux, souhaitent surtout porter une voix dissidente dans ces élections. C’est le cas de Dominique Broussaudier, candidate du Parti animaliste. « Honnêtement, je sais qu’il y a très peu de chance que je sois élue, a-t-elle déclaré. J’ai quand même décidé de m’investir dans cette élection pour contester l’oubli de la cause animale en politique. Et puis il faut bien que ce parti commence quelque part même s’il ne gagne pas de suite. » Selon elle, sa candidature est nécessaire faute de quoi les autres candidats ne se sentiraient pas obligés de mettre dans leur programme des mesures à propos de la cause animale.Malgré la dizaine de candidatures enregistrées dans la 11e circonscription, le candidat de la NUPES se voit déjà reprendre le bastion. « On est raisonnablement confiants confie Aurélien Saintoul. On est devant dans certains sondages. On sait que rien n’est gagné d’avance mais on peut espérer. Quand je tracte, j’ai l’impression que les gens sont réceptifs, c’est agréable. » Plus tard dans la journée, dans le centre-ville de Montrouge toujours, les habitants peuvent croiser Jules, 23 ans, et Pascal, 34 ans, en train de coller des affiches à l’effigie d’Aurélien Saintoul. Pour Jules, militant de Génération.s à l’origine, c’était évident de s’investir pour la NUPES. « Cela faisait plusieurs années que je ne m’étais pas investi en politique mais la NUPES m’a redonné envie, explique l’étudiant. En plus, on est un bon groupe à Montrouge, il y a toujours quelqu’un pour faire quelque chose. » Si les militants cherchent encore à convaincre les habitants de la 11e circonscription, certains d’entre-eux sont, au contraire, déjà derrière Aurélien Saintoul. C’est le cas de Maria, 57 ans. « J’ai toujours voté à gauche, assure-t-elle. Pour la présidentielle, j’ai regretté que les candidats ne s’unissent pas. Je ne souscrit pas à toute la politique de la NUPES, notamment sur le plan international mais en plus de ça, je trouve que Monsieur Saintoul est super, j’avais voté pour lui aux dernières municipales. » Reste à voir dans un peu plus d’une semaine, si les actions du candidat lui auront permis de reprendre ce bastion historique de la gauche dans les Hauts-de-Seine.

Pascal, au premier plan, et Jules, militants NUPES se mobilisent à Montrouge.

Marine Allain et Dylan Berrached

Hauts-de-Seine : La droite rêve de reconquérir la 9e circonscription à une majorité embarrassée par l’ombre de Thierry Solère

A Boulogne-Billancourt en région parisienne, la neuvième circonscription des Hauts de Seine s’apprête à tourner la page Thierry Solère. Mis en examen pour treize chefs d’accusation, le député de la majorité a choisi de ne pas se présenter à sa propre succession aux législatives. Tandis que deux élus des Républicains espèrent affronter son remplaçant au second tour, la candidate écologiste tente d’imprimer des thèmes de gauche à une ville acquise à la droite durant 50 ans.

Boulogne, mercredi 1er juin. A quelques centaines de mètres de la place Marcel-Sembat, la rue du Vieux Pont de Sèvres est en effervescence. Sous les étals du marché couvert Billancourt, des visages inhabituels se mêlent aux habitués en train de faire leurs emplettes. Plusieurs candidats aux législatives ont en effet profité de ce rendez-vous hebdomadaire pour aller à la rencontre de leurs électeurs. Ils seront douze à briguer la succession de Thierry Solère, le député sortant macroniste : Lutte Ouvrière, le Nouveau Parti Anticapitaliste, l’Union des démocrates musulmans français, Europe Ecologie-Les Verts (EELV), la Fédération de la gauche républicaine, La République En Marche (LREM), le Parti Animaliste, le Mouvement pour la ruralité, Les Républicains (LR), le Rassemblement national, Reconquête ! ainsi qu’un élu divers droite. “Malheureusement, ils viennent le mercredi. C’est pas forcément le jour où on a le plus de temps. Ca serait bien qu’ils viennent un jour où les gens sont plus disponibles”, regrette Eric, fraîchement installé à Boulogne depuis 6 mois. Les principales têtes de liste sont pourtant toutes là, à onze jours du premier tour de l’élection.

Pascal Louap, investi par LR, entame la conversation avec plusieurs commerçants qu’il connaît bien. Cet éducateur de 49 ans, adjoint au maire de Boulogne depuis 2008, a fait de son ancrage dans la vie politique locale son cheval de bataille. Selon lui, “ l’enjeu pour Boulogne, est d’avoir un député présent. Ce n’est pas le cas de Thierry Solère qui brille par son absence. Il faut quelqu’un qui puisse représenter tous les Boulonnais, qui sera présent à l’hémicycle et sur le terrain. Ma première action de député sera d’ouvrir une permanence à Boulogne pour rester en lien avec la population”.

Pascal Louap, adjoint au maire et candidat LR dans ces législatives. 

Une absence présente dans tous les esprits

 Bien qu’il ne soit pas candidat, Thierry Solère est incontournable. Hormis dans son propre camp : “ce n’est pas vraiment un sujet. L’héritage dans le cadre d’une législative est moindre à celui d’une municipale par exemple. Il n’y a pas de débat autour de la question, Thierry Solère s’est retiré au profit d’Emmanuel Pellerin “, affirme un militant LREM. Le député, mis notamment en accusation pour fraude fiscale, emploi fictif et financement illicite de dépenses électorales, est pourtant le président du comité de soutien d’Emmanuel Pellerin, annoncé comme candidat à sa succession le 19 mai dernier. “Un timing assez court”, de l’aveu de son équipe de campagne pour cet avocat de 52 ans, jamais élu. Ses soutiens assurent que son profil plaît aux Boulonnais, malgré “un petit déficit de notoriété”. Ennuyeux lorsqu’on se présente à une circonscription où 46.6% des votants ont glissé un bulletin Emmanuel Macron au premier tour de l’élection présidentielle, le record du département. D’autant que bon nombre des habitants croisés sur le marché ne semblent pas encore avoir arrêté leur choix pour le 12 juin prochain. Christelle, par exemple, est très méfiante face à la classe politique et aux potentiels futurs élus Boulonnais.

Christelle, Boulonnaise depuis 10 ans, ne se sent pas concernée par les législatives

A côté des candidats portés par les grands partis, certains noms ressortent, toujours dans l’ombre du député sortant. C’est le cas d’Antoine de Jerphanion, candidat divers droite. S’il prend part à cette élection, c’est parce qu’il estime ne pas se reconnaître dans les choix de Pascal Louap, candidat des Républicains. “Aujourd’hui, quand vous êtes de droite, vous allez vers la majorité présidentielle pour aider le pays et Boulogne à avancer. Ou alors vous siéger dans l’opposition, ce que veut faire le candidat des Républicains alors que cela va complètement isoler Boulogne du reste du territoire.” Antoine de Jerphanion a par ailleurs reçu des propositions de Thierry Solère, qu’il a toujours refusé. Sa priorité : “les électeurs”. “J’organise une grande réunion publique le mercredi 8 juin. Je vois que les autres candidats ne le font pas mais je trouve que c’est important d’avoir un programme à présenter et à expliquer aux Boulonnais.”

La gauche en embuscade 

En parallèle de la droite, une candidate fait de plus en plus parler d’elle. Aussi parce que son passé médiatique la précède. Elle est celle qui brandissait une pancarte de Vladimir Poutine et Marine Le Pen lors d’une conférence de presse de cette dernière. Celle qui brandissait l’écrito « criminel climatique » à l’unique meeting d’Emmanuel Macron. Ou encore l’attaché de presse du sosie de Jean-Michel Blanquer. Elle, c’est Pauline Rapilly Ferniot. 

Pauline Rapilly Ferniot et son équipe sont plus détendus qu’Emmanuel Pellerin, en costume, en arrière-plan.

Aujourd’hui candidate pour NUPES, l’union de la gauche, elle se réjouit de sentir le soutien constant des locaux. Dans un style très décontracté, la candidate profite du marché pour débattre et discuter avec les Boulonnais. “Les autres candidats viennent nous voir en nous disant “on aimerait bien faire campagne comme vous mais on ne peut pas”. Notre campagne est une campagne sympa”. Tellement “sympa” que la candidate NUPES propose des activités d’échange originales. Comme un canapé de discussion posé partout dans Boulogne où passeront Noël Mamère et Eric Piolle, entre autres. “Ici, à Boulogne, beaucoup de gens ont envie de voter pour autre chose et ont intériorisé le fait qu’au second tour, ce sera la droite ou la droite. Ces gens-là, il suffit d’aller les voir pour leur dire qu’aujourd’hui il y a quelque chose d’autre qui est possible.” Seulement, dans les faits, peu croient à un sursaut réel de la gauche au sein de Boulogne. 

C’est le cas d’Elizabeth, qui, pourtant de gauche, a décidé de voter pour la majorité aux prochaines élections dans le but de “faire avancer les choses”. 

Elizabeth, Boulonnaise depuis cinq ans, a choisi le vote utile.

Et si, pour cette élection, le combat opposera sans nul doute la majorité présidentielle à la droite, c’est parce qu’aucun candidat jugé à gauche de l’échiquier politique n’a remporté cette circonscription depuis des décénnies. La droite tient la main mise sur Boulogne aux législatives depuis 1967. Même en 2017, Thierry Solère était techniquement affilié aux Républicains au moment de son élection. Mais Emmanuel Pellerin fera-t-il de la résistance? 

 

Thibault Azoulay et Antoine Bouchet