« Enfers et Fantômes d’Asie », une immersion dans le monde des esprits et de l’épouvante

Le spiritisme asiatique s’invite au musée du quai Branly – Jacques Chirac à travers une exposition qui débute ce mardi jusqu’au 15 juillet prochain.

Enfers et fantômes d'Asie 2

Crédits: Musée du Quai Branly-Jacques Chirac

Qui osera croiser le regard d’une femme-chat vengeresse ou faire face à des revenants affamés ? Aujourd’hui débute l’exposition “Enfers et Fantômes d’Asie“ au musée du quai Branly – Jacques Chirac. Une présentation vaste et détaillée d’histoires d’épouvantes et de mythes surnaturels de l’Asie du XVIe siècle à nos jours. De nombreux supports comme le cinéma, l’art religieux, le théâtre traditionnel, le manga et les jeux vidéo nous permettent d’évoluer tout au long du parcours dans l’imaginaire asiatique. Des estampes du maître Hokusai au célèbre jeu Pac-man, en passant par l’extravagant cinéma d’horreur japonais (J-Horror), l’exposition se concentre essentiellement sur le folklore chinois, thaïlandais et japonais où l’engouement populaire pour l’occulte à considérablement influencé les productions culturelles.

De la religion à l’art populaire

À l’origine c’est le bouddhisme, religion majoritaire de ces trois pays qui a contribué à la construction de ces fabulations collectives. Toutefois, c’est en marge de cette dernière et dans l’art populaire que la représentation des spectres s’est développée. De célèbres histoires comme celles d’Hannya (une femme sous l’emprise de la jalousie qui peut se changer en démon) au Japon ou de Nang Nag en Thaïlande proviennent d’abord de la transmission orale et écrite avant d’être adaptées au théâtre traditionnel (kabuki), et au cinéma. Au détour d’un couloir, une pièce est remplie de créatures fantastiques. Connus dans la religion shintoïste sous le nom de « yôkaï », ces esprits déchus de la nature peuvent être à l’origine de phénomènes étranges et incarner la peur de certains lieux. Encore aujourd’hui, les manga et les films d’animation continuent à faire appel à eux, preuve que les fantômes ne meurent vraiment jamais.

Des masques traditionnelles japonais aux premiers manga d'épouvante, les supports sont variés. Crédits : N.Q

Des reproductions de masques traditionnels japonais aux premiers manga d’épouvante, les supports sont divers et variés. Crédits : N.Q

L’art contemporain asiatique à l’honneur

L’exposition accorde enfin une place de choix à la création contemporaine. Des installations vidéoludiques reproduisant les enfers ou des décors créés par un studio d’effets spéciaux thaïlandais viennent agrémenter le parcours et nous plonge un peu plus dans l’univers dérangeant de l’horreur “Made in Asia“. Attention tout de même aux apparitions fantomatiques en hologramme d’une femme pendue qui plongera son regard dans le vôtre : Certains ne s’en sont toujours pas remis…

Des sculptures de démons géants et des reliques religieuses sont visibles tout au long de l'exposition. Crédits : N.Q

Des sculptures de démons géants et des reliques religieuses sont visibles tout au long du parcours de l’exposition. Crédits : N.Q

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
INFOS PRATIQUES
▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Retrouvez « Enfers et fantômes d’Asie » sur Twitter : #EnfersEtFantomesDAsie 

Horaires : lundi, mardi, mercredi, dimanche 11h00 – 19h00 / jeudi, vendredi, samedi 11h00 – 21h00

Exposition temporaire de la galerie jardin, tous publics
Plein tarif : 10,00 €
Tarif réduit : 7,00 €
  • Adresse : 37 Quai Branly, 75007 Paris
  • Accès : métro Alma-Marceau (ligne 9) ou Gare du Pont de l’Alma (RER C)
  • Plus d’infos sur : www.quaibranly.fr

Nicolas Quenard

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *