Grève des fonctionnaires : les professeurs au bout du rouleau

 

Un enseignant sur deux a répondu à la l'appel à la grève du mardi 10 octobre. Crédit : D. Goth

Un enseignant sur deux a répondu à la l’appel à la grève du mardi 10 octobre.
Crédit : D. Goth

Mardi 10 octobre, les professeurs du primaire et du secondaire ont majoritairement répondu à l’appel à la grève des neufs organisations syndicales. Dans le cortège parisien, peu nombreux, ils sont venus crier leur raz-le-bol.

« Tous unis ! ». C’est derrière ce cri de ralliement que les professeurs du primaire et du secondaire se sont mobilisés ce mardi 10 octobre. L’appel à la grève, pourtant suivi par près d’un enseignant sur deux, a eu du mal à se concrétiser dans la rue à Paris. Dans les rangs clairsemés, Marie C., professeure de français et d’histoire dans un lycée professionnel en banlieue parisienne, se désole du manque de mobilisation. « Les collègues ont fait majoritairement grève aujourd’hui, mais je suis la seule à être venue. Plus personne ne descend dans la rue », regrette-t-elle.

Raz-le-bol

Pourtant, si on l’écoute, le raz-le-bol est généralisé dans le corps enseignant. « Certains collègues, même en début de carrière, parlent de démissionner. Ils sont à bout. C’est pas ce qu’ils avaient imaginé en devenant prof », explique la jeune professeure. Dans son lycée situé dans en banlieue parisienne, la majorité des élèves viennent de quartiers dits « sensibles ». « Comme le lycée n’est pas situé dans une zone sensible, on n’a pas le statut de REP. Pourtant, on aurait besoin d’autant de moyens ! ». Quelques mètres plus loin, on peut voir un enseignant brandir une pancarte « Touche pas à ma REP ! »

Agressions verbales ou physiques, baisse du niveau, autant d’éléments qui inquiètent Marie. C. « On a seulement trois surveillants pour 500 élèves. C’est sûrement suffisant dans un lycée qui n’a pas de problème mais chez nous, ça n’est clairement pas suffisant », assure-t-elle. La semaine dernière, selon ses dires, l’agression physique d’un professeur a pu être évité de peu dans son établissement.

« Les murs du lycée tombent en ruine »

Marie C. pointe également du doigt le décalage entre les théories et la pratique. « On nous parle de nouvelles techniques pédagogiques basées sur le numérique. Mais comment on fait quand il n’y a pas d’ordinateurs en classe et que les murs du lycée tombent en ruine ? », poursuit-elle. Pour elle, les élèves sont les premiers à pâtir de leurs conditions de travail. « Toute leur vie ces élèves ont senti qu’ils étaient laissés à l’abandon. Ils sentent que le gouvernement ne se bat pas pour leur donner de meilleures conditions d’enseignement, du coup, ils n’ont plus envie de se battre pour s’en sortir», affirme-t-elle avant de reprendre en cœur les slogans scandés par les manifestants.

Face à ses conditions de travail, Marie C. s’inquiète des réformes prévues par le gouvernement. Alors que le pouvoir d’achat des professeurs a baissé de 9 % depuis 2010, ce dernier a annoncé un nouveau gel du point d’indice des salaires. « On nous demande de faire plus avec moins et en étant moins payés », s’emporte-elle. Durant la campagne, Emmanuel Macron avait pourtant promis « d’augmenter [leur] pouvoir d’achat comme celui des salariés des entreprises ».

Dorine Goth

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *