Quand la solidarité passe devant la justice

En France, l’accueil des migrants reste une question clivante : depuis plusieurs mois, les cas où la solidarité est considérée comme un délit se multiplient.

Depuis l’abrogation en 2012 du « délit de solidarité », la loi autorise à porter secours aux étrangers en détresse, mais pas de les aider à entrer ou circuler en France. Dès lors, ceux qui ont « facilité ou tenté de faciliter l’entrée, la circulation ou le séjour irrégulier d’un étranger en France » encourent cinq ans de prison et 30 000 euros d’amende. C’est ce que risque Laurent Caffier, un nettoyeur industriel, accusé d’avoir stocké chez lui des barques ayant permis de faire traverser des exilés entre Boulogne et l’Angleterre.

Même si la loi prévoit une « immunité humanitaire », qui exempte de poursuites ceux qui portent assistance à un étranger sans but lucratif, la justice lui reproche quand même son « aide au séjour irrégulier. » Laurent Caffier assume et revendique totalement la nécessité de ses actes, devenant ainsi l’une des figures emblématiques de la « délinquance solidaire ».

 À lire aussi : Ces bénévoles qui aident les migrants

Léa Duperrin, Julien Percheron

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *