Anxiolytiques: drogue sur ordonnance ?

La France est le deuxième plus gros consommateur d’anxiolytiques en Europe. Reconnus pour leurs propriétés apaisantes et sédatives, la plupart peuvent causer des symptômes dangereux dont des risques importants d’addictions. Banalise-t-on la prescription de ces médicaments aux effets secondaires parfois brutaux ? Enquête. 

 

Ines a un « doudou ». Pas un nounours, ni un chiffon. Son doudou, c’est la Zopiclone, un anxiolytique et un puissant somnifère. « Plus qu’une relation de dépendance, c’est une vraie relation intime », que la jeune femme entretient avec le médicament. Un cachet trois fois par jour et parfois du Xanax le soir. 

Souffrant de dépression et d’anxiété depuis le collège, Ines entame un traitement d’anxiolytiques à l’âge de 14 ans ; de l’Atarax d’abord, jusqu’à ce que la molécule n’ait plus d’effet sur elle. On lui prescrit finalement un sédatif de la classe des hypnotiques, appelé « Zopiclone », également commercialisé sous le nom Imovane :  « la première fois j’étais juste trop bien, trop heureuse », raconte l’étudiante. Elle décrit un « état de flottement et d’euphorie », avant d’envoyer des messages d’amour à tous ses amis. Et le lendemain black-out. Ines n’a plus aucun souvenir de la veille. 

Comme elle, Marie et Elena ont commencé à prendre des anxiolytiques pendant l’adolescence. Marie souffrait d’une sclérose en plaque, Elena d’anorexie. On leur prescrit alors des benzodiazépines, classe principale des anxiolytiques. Classe la plus efficace aussi, avec des effets quasi immédiats pour certains médicaments comme le Xanax. Mais les différentes molécules des « benzo » font polémique pour leurs effets secondaires ; déficit de la l’attention ou amnésie, fatigue, perte d’équilibre. Des symptômes de désinhibition aussi. Et surtout, un risque de dépendance accru. 

 

Les médecins généralistes : premiers prescripteurs 

« J’avais rien demandé et j’ai tout de suite été collée sous médicaments », se souvient Marie. C’est son médecin traitant qui lui rédige sa première ordonnance de Xanax. Des centaines d’autres suivront. Quinze ans s’écoulent, dont plusieurs périodes où Marie avoisine les vingt comprimés par jour. Elle sillonne les médecins généralistes de sa région pour se faire prescrire des anxiolytiques de tout genre. Anne Batisse, pharmacienne au Centre d’Addictovigilance de Paris (CEIP) à l’hôpital Fernand-Widal dans le 10e arrondissement, parle de « nomadisme médical ».

Marie développe aussi une dépendance physique accompagnée de tremblements et de convulsions. Les doses sont de plus en plus fortes et la jeune femme provoque plusieurs accidents de voitures. « Jamais on ne m’a demandé pourquoi je n’allais pas bien », retrace-t-elle. Aujourd’hui Marie s’est « retrouvée » : elle habite en Allemagne, pays qui l’a aidée à arrêter. Là-bas, « dès le deuxième médecin, c’était grillé », on ne voulait plus lui prescrire d’anxiolytiques. « Les médecins allemands ont davantage recours aux plantes et au psychologues, estime la jeune femme, alors qu’en France, les médicaments sont plus à la mode et les médecins ne vont pas chercher le fond du problème ».

Avec 13,4% de la population ayant consommé au moins une fois une benzodiazépine en 2015, la France est le deuxième plus gros consommateur européen, derrière l’Espagne.Une proportion néanmoins en baisse de presque 10% depuis 2012 même si le recours aux anxiolytiques semble  encore trop répandu. Au cœur de ce phénomène : les médecins généralistes qui sont dans 82% des cas les prescripteurs de « benzo ». L’un d’eux est mis en cause pour avoir prescrit pendant deux ans, la Zopiclone à Nadine O., conductrice de l’autocar qui a provoqué un accident tuant six personnes, sur un passage à niveau de la commune de Millas dans les Pyrénées-Orientales.

 

Fortement déconseillé au volant, le traitement de Zopiclone ne doit pas dépasser quatre semaines, or Nadine O. le prenait déjà depuis sept ans. Ce somnifère, celui qu’Ines appelle son « doudou », fait partie des hypnotiques les plus couramment utilisés, avec le Zolpidem et le Zaleplon, tous les trois souvent qualifiés de « Z-Drugs ». Il y a deux ans, les conditions de prescription du Zolpidem ont été modifiées : il est à présent soumis à la réglementation des stupéfiants. Il est donc uniquement prescrit sur ordonnance sécurisée.

Les médecins généralistes ont-ils la main leste sur les anxiolytiques par manque de temps ? Sont-ils suffisamment formés à ce type de prescription ? La communication est-elle assez qualitative entre les différents corps de la médecine et entre patient et médecin traitant ? Marie compte sur les doigts d’une main ceux qui sont allés « plus loin dans la démarche ».

 

 

Les seniors davantage exposés aux effets secondaires

Bruno Journe, addictologue dans le 6ème arrondissement de Paris est le premier à décrier un usage des anxiolytiques trop débridé. Selon lui, ces médicaments « scotomisent », ils feraient disparaître les émotions : comme cette patiente sous Valium depuis des années, qui n’a ressenti aucune émotion, ni versé une larme au moment du décès de sa mère.

Un des effets secondaires dont les patients ne sont pas toujours informés. A l’image de Martine, 80 ans, traitée par Seresta pour ses insomnies. Lorsque cette retraité commence à oublier ce qu’elle a acheté le matin même, ses proches pensent d’abord à la maladie d’Alzheimer. Mais lors des examens, elle ne remplit pas les critères. Il a fallut plusieurs mois pour faire le lien avec son traitement de benzodiazépines. « L’amnésie est un des effets secondaires du traitement, mais son médecin qui la suit depuis des années, n’a pas tout de suite fait le rapprochement », explique sa fille Stéphanie. 

Les seniors sont d’ailleurs plus exposés à ces effets indésirables. Les benzodiazépines ajoutées aux modifications physiologiques liées à l’âge augmenteraient notamment le risque de chute, conclut un rapport de l’ANSM publié en 2017. Les interactions médicamenteuses sont également plus élevées, de part leurs nombreux traitements. Pourtant, 36% des patients traités avec des « benzos » sont des seniors, faisant d’eux les plus gros consommateurs en France. Parmi eux, beaucoup sont de femmes : 38% de plus de 80 ans sont sous traitement. Clara Melman est médecin généraliste dans le centre de Paris : « Passé 75 ans, je les laisse tranquille. Ça fait 25 ans qu’elles dorment avec un quart de Lexomil. Elles n’en prennent pas matin, midi et soir, mais seulement pour dormir ».

Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France évoque justement une vraie dépendance chez ces patients souvent sous anxiolytiques depuis une quinzaine, voire une vingtaine d’années : « Ils refusent catégoriquement de se sevrer. Ce n’est qu’une fois qu’ils ont été victime d’une chute qu’ils envisagent enfin de stopper le traitement ».

 

 

Des molécules plus ou moins addictives 

L’anxiolytique contient des molécules très actives qui soulagent rapidement. Psychiatre à Paris, le Dr Pairin parle d’un « effet récompense » qui expliquerait l’addiction.

« On se sent mal alors on prend son comprimé qui apaise très rapidement. Mais cette aide est ponctuelle, l’angoisse réapparait quelques heures après. Le patient en reprend et rentre petit à petit dans un cercle vicieux », Dr Pairin, psychiatre 

Un phénomène qui s’accentue davantage avec les molécules à durée de vie courte. C’est le cas du Xanax. S’il reste dix heures dans le sang, le patient n’en ressent les effets que les quatre heures suivant la prise. Contrairement au Valium, qui a une durée de vie plus longue, et différents dosages, parfois sous forme de gouttes, permettant de réduire la posologie progressivement. A ces particularités s’ajoutent des effets « d’accroche », soit une sensation de « shoot » qui varie d’une molécule à l’autre. «  Quand on prescrit un anxiolytique, il faut prendre en compte toutes ces spécificités et celles du patient pour apporter le médicament adéquat », explique Anne Batisse. 

Quand l’addiction est installée encore faut-il pouvoir l’assouvir. Lorsque Marie prenait jusqu’à vingt cachets par jours, la jeune femme avait créé un planning pour ne pas toujours se rendre aux mêmes pharmacies. Elle ne présentait d’ailleurs plus sa carte vitale par peur d’être convoquée par la Sécurité Sociale. Une situation dans laquelle elle s’est retrouvée à deux reprises en quinze ans. Des règles ont en effet été établies : « On doit prescrire douze semaines consécutives d’anxiolytiques maximum et quatre semaines pour les somnifères, et après il faut diminuer. Mais en pratique, les médecins prescrivent pendant quatre à six mois et parfois ça peut aller jusqu’à dix ans », révèle le Dr Pairin.

Le décrochage s’annonce parfois violent, et peut entraîner chez le patient un état encore plus anxieux qu’avant son traitement. On parle d’un « effet rebond ». Un ressenti dû au manque qui peut même aboutir à des convulsions. Selon Bruno Journe, « un sevrage ne doit pas se faire du jour au lendemain. Il faut prendre son temps pour éviter les effets indésirables et ne pas replonger dedans ».

Anne Batisse du CEIP constate pourtant que « l’anxiolytique n’est pas perçu comme une drogue ». A la demande des infirmières dans les écoles, le centre intervient régulièrement dans les lycées pour mettre en garde contre cette banalisation, parfois induite par les parents : « la pharmacie familiale reste ouverte avec énormément de médicaments, que ce soit des anxiolytiques, des opiacés, des codéinés. Les adolescents peuvent se servir et le risque d’addiction et de toxicité est réel. On essaye de remettre le médicament à sa place de toxique parce qu’un médicament peut tuer. Les benzodiazépines sont une drogue ». Certains jeunes vont parfois jusqu’à les détourner à des fins récréatives.

 

 

« Faire une parenthèse » 

Alors pourquoi prescrire un anxiolytique si ses effets sont si nocifs ? Déjà parce qu’ils représentent une solution pour les personnes victimes d’alcoolisme. «  Beaucoup de patients sont traités par des benzodiazépines pour décrocher et se sevrer », développe Bruno Journe. Ils permettent aussi de lutter contre les convulsions. Mais leur utilisation a principalement pour but d’apaiser l’état psychologique des patients lors de crises aigües. « Quand vous avez un niveau d’anxiété à couper au couteau, on est bien obligé d’y avoir recours », estime Jean-Paul Hamon. Oublier les problèmes, la solitude, les pensées parasites. Oublier le cancer du mari, la séropositivité du fils, le deuil de la mère.

« Dernièrement j’ai vu une femme qui venait d’apprendre que son mari était gravement malade. Elle n’aurait pas pu répondre à des plantes parce qu’elle avait besoin de tenir émotionnellement parlant auprès des enfants. Je lui ai proposé de quoi l’apaiser avec un anxiolytique qui reste dans l’arsenal thérapeutique du médecin généraliste afin de lui permettre de dormir, de mettre à distance ses émotions et d’aller consulter une psychologue que je lui ai conseillé », Dr Melman, médecin généraliste

Pour Adeline, sous anxiolytiques depuis huit ans après plusieurs tentatives de suicide, le Xanax lui permet de « faire une parenthèse, une pause d’une à deux heures », durant lesquelles l’étudiante ne se torture pas l’esprit. D’autres encore, sont rassurés de savoir qu’ils ont une plaquette de cachets dans leur sac à main ou au fond d’un placard de la salle de bain en cas de crise. « Ça ne me choque pas d’avoir des patients qui ont une boîte de Lexomil périmée depuis deux ans », approuve le Dr Melman.

Et pourquoi ne pas prescrire d’anti-dépresseurs ? Si souvent décriés, ils peuvent, en dehors de la dépression, soulager les états anxieux. Cependant, ils mettent deux à trois semaines à agir. Un traitement anxiolytique est souvent mis en place le temps qu’ils fassent effet. 

 

 

« Les gens ont peur des antidépresseurs, parce qu’il y a cette idée qu’ils ne pourront  jamais arrêter, ajoute le psychiatre Pairin, alors qu’un médicament une fois de temps en temps, quand on ne va pas très bien, ce n’est pas très grave ». Mais la fois de temps en temps se transforme dans bien des cas en une prise quotidienne. « C’est une très bonne béquille, estime Elena, mais il faut faire attention. L’erreur c’est d’en prendre de manière automatique tous les jours ». Une béquille le temps qu’elle soigne ses maux. En effet, pour le Dr Pairin, « les anxiolytiques traitent les symptômes mais pas la cause profonde. Ils sont prescrits lors d’événements de vie ponctuels mais parfois une prise en charge psychologique est nécessaire ».

Mais tous les psychiatres ne pratiquent pas la psychothérapie et les médecins généralistes « n’ont pas l’automatisme d’aller à la source ou d’orienter les patients vers un psychologue », poursuit-il. Difficulté supplémentaire : en dehors des psychiatres, les consultations chez d’autres professionnels de la psychologie, ne sont pas remboursées. Pas simple donc, d’entamer un suivi régulier avec des séances à cinquante euros en moyenne. Depuis un an, quatre départements testent le remboursement des consultations chez un psychologue, sur ordonnance du médecin généraliste de patient souffrant de dépression ou d’anxiété modérée.  Alors que l’expérimentation se poursuit jusqu’en 2020, les premiers résultats sont mitigés. Les patients se disent satisfaits mais les psychologues émettent plusieurs critiques. Le prix à laquelle leur revient la consultation pose problème entre 22 et 32 euros en moyenne soit la moitié de ce que leur revient une heure non remboursée. Ils regrettent également  la nécessité d’avoir une ordonnance pour consulter, et souhaitent tendre vers un « accès libre aux psychologues ».

Clara Gilles et Bertille van Elslande

 

 

 

 

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *