Des ménageries royales aux programmes de conservation

 

Creative Commons

Creative Commons

Les zoos ont presque toujours existé. Dans l’Antiquité déjà, les Romains et les Égyptiens capturaient des animaux pour proposer des spectacles de cirque ou des combats. La capture des animaux sauvages s’accélère au Moyen-Âge avec l’arrivée des ménageries royales. Signes de la puissance du monarque et de sa supériorité sur la nature, ces ménageries, comme celle du Château de Versailles, se préoccupaient peu du bien-être animal. Enfermés dans des cages exiguës, les animaux des ménageries étaient déjà des survivants car pour un animal arrivé en Europe, quelque quarante autres mouraient durant la capture ou le voyage. C’est la Révolution française qui a permis la réduction des ménageries aristocrates, non pas pour le bien-être de l’animal, mais parce qu’elles symbolisaient le despotisme. En 1794, de nombreuses ménageries ambulantes sont saisies, et celle de la cour de Versailles est transférée au Jardin des Plantes à Paris, qui existe encore aujourd’hui. Pour autant, ce n’est pas la fin des ménageries qui seront encore pour le siècle à venir la vitrine des puissances colonialistes. C’est d’ailleurs pendant l’exposition colonialiste de 1931 que le zoo de Vincennes est né. Seulement à partir des années 1950, deux éthologues européens, Heini Hediger et Konrad Lorenz, se penchent sur la relation entre le comportement des animaux et leur environnement en captivité. Ils commencent à créer des enclos plus grands et mieux aménagés pour améliorer les conditions de vie des animaux en captivité et faciliter leur reproduction. C’est la naissances des zoos modernes, qui au fil des années, se sont investis d’une nouvelle mission de conservation des espèces en voie de disparition.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *