Syrie : la tension monte entre les États-Unis et la Russie

Comme un parfum de guerre froide… Alors que les puissances occidentales renforcent leurs menaces sur une possible intervention en Syrie, c’est à coup de joutes verbales que la Russie et les États-Unis ont poursuivi leurs affrontements.

Sur les réseaux sociaux, Russie et États-Unis ne voilent pas leurs menaces (© Kremlin)

Sur les réseaux sociaux, Russie et États-Unis ne voilent pas leurs menaces (© Kremlin)

Comme à son habitude, c’est dans un tweet que Donald Trump a ouvert les hostilités, sans ambiguïté. Suite à l’attaque présumée chimique perpétrée par le régime de Damas, le président des États-Unis a accusé la Russie d’être « partenaire d’un animal qui tue son peuple avec des gaz« . Et le milliardaire d’ajouter, prémonitoire : « les missiles arrivent« .

Donald Trump s’est également vanté de posséder des missiles puissants pour contrer les Russes : « La Russie jure d’abattre n’importe quel missile tiré sur la Syrie. Que la Russie se tienne prête, car ils arrivent, beaux, nouveaux et intelligents!' », a-t-il indiqué dans un tweet. Moscou, qui avait en effet menacé de détruire les missiles qui pourraient être tirés sur la Syrie, a mis en garde contre tout acte pouvant « déstabiliser la situation déjà fragile dans la région » et qui aurait de « graves conséquences ».

Enfin, le président des États-Unis a déploré des relations « pires qu’elles n’ont jamais été » avec la Russie et a appelé au désarmement. Les relations des deux pays se sont en effet brutalement dégradées mardi 10 avril au soir, lors du vote à l’ONU sur une intervention en Syrie.

La Russie répond à Trump

Mais pour la diplomatie russe, qui interpelle Donald Trump par la voix de sa porte-parole, Maria Zakharova, les États-Unis devraient orienter leurs tirs vers « les terroristes » que seraient les rebelles, et non vers « le gouvernement légitime » de Bachar el-Assad. C’est ce qu’a annoncé Maria Zakharova, porte-parole de la diplomatie russe, dans un post Facebook.

La Russie a en outre insinué que les frappes américaines pourraient servir à « effacer les traces des provocations » que les Occidentaux dénoncent comme une attaque à l’arme chimique. « L’idée serait-elle d’effacer rapidement les traces de provocations par des frappes de missiles intelligents, pour que les inspecteurs n’aient plus rien à trouver en termes de preuves ? », interroge la diplomate.

De son côté, le régime de Damas a condamné une dangereuse escalade de la violence menée par les États-Unis. « Nous ne sommes pas étonnés par cette escalade dangereuse en provenance d’un régime comme celui des Etats-Unis qui a parrainé et parraine encore le terrorisme en Syrie », dit-on au ministère syrien des Affaires étrangères. Le Premier ministre turc Binali Yıldırım a quant à lui appelé à l’apaisement, et a prié Moscou et Washington à cesser leur « combat de rue ».

Colin Gruel

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *