Grippe : les séniors boudent le vaccin

Une étude publiée ce mardi dévoile que les séniors sont de plus en plus méfiants vis-à-vis du vaccin de la grippe et doutent de son efficacité. Un scepticisme qui peut avoir des conséquences dangereuses selon les médecins. 

« Je ne vois aucun intérêt à me vacciner contre la grippe ! Je trouve que c’est une manière stupide de dépenser l’argent alors qu’il y a tant de choses à faire dans le domaine de la santé ! »  En sortant de sa pharmacie de quartier à Levallois-Perret, Alix Rio, 64 ans, est très remontée. Comme elle, de nombreux séniors sont de plus en plus réticents à se faire vacciner contre la grippe. Une étude publiée ce mardi dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l’agence Santé Publique France dévoile que 35,7% des 65-75 ans doutent de l’efficacité du vaccin et que 46,9% craignent ses effets secondaires. A l’hiver 2015-2016, moins de la moitié des séniors s’étaient fait vacciner contre la grippe.

Ces effets secondaires que redoutent les séniors , Régine Chiche dit les avoir elle-même subit. A 80 ans, elle se fait vacciner tous les ans, mais cela ne lui réussit pas toujours. « L’année dernière, aussitôt après m’être fait vacciner, j’ai eu une forte fièvre. Et ça ne m’a pas empêché d’attraper la grippe ! » explique-t-elle

Mais alors, ces craintes sont elles justifiées ? Non, selon Jacques Battisoni, vice-président du syndicat des médecins généralistes. « En général, les patients associent tout ce qui leur arrive dans les semaines après le vaccin à des effets secondaires, raconte-t-il. Alors que le vaccin est extrêmement bien toléré. Surtout si l’on compare à la tolérance des séniors face au virus de la grippe. » Avec l’âge, la vulnérabilité face au virus augmente. Quant au vaccin antigrippal, l’Organisation Mondiale de la Santé le considère « sans danger« .

Se protéger pour protéger ses proches

Alix Rio, elle, est convaincue de l’inefficacité du vaccin depuis qu’elle a vu des amis attraper la grippe malgré leur vaccination. Mais Jacques Battisoni le réaffirme : individuellement, le vaccin n’est efficace qu’à 70%. L’enjeu est de faire vacciner le plus de monde possible. « Lorsque l’on se protège, on protège les autres autour de soi, explique-t-il. Plus les gens se vaccinent, moins le virus circule. Nous sommes vraiment dans un enjeux de santé publique. »

Une étude publiée en 2015 estime que sur la période de 2000 à 2009, plus de 2 000 décès par an ont été évités grâce à la vaccination. Selon la même étude, 3 000 décès supplémentaires pourraient être évités si la couverture vaccinale de la population était portée à 75%.

Pour Jacques Battisoni, il est important de mener des campagnes de sensibilisation qui expliquent qu’il est de la responsabilité de chacun de protéger ceux autour de soi. « Il faut arriver à une culture de prendre soin des autres, affirme-t-il. Les mentalités doivent changer, passer d’une vision individuelle à une logique de protection collective. »

 

Clara Charles

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *