Un psychologue qui agressait sexuellement ses patientes

Ce lundi, s’est ouvert le procès aux Assises de Maurice M., psychologue accusé d’agressions sexuelles sur trois de ses patientes. 

Le psychologue s’est avéré peu loquace ce lundi, premier jour de son procès. Maurice M. est accusé d’agressions sexuelles par ses patientes. Il est jugé jusqu’à jeudi par la cour d’Assises de Nanterre. Problème : l’accusé ne reconnaît pas le terme d’agression mais parle de « soins » prodigués à ses patientes. Les faits remontent à 2015. Lors de séances dites « de relaxation », l’homme âgé de 70 ans aurait touché à plusieurs reprises les seins de ses patientes et procédé à des pénétrations digitales. Selon Maurice M., ces techniques ont été apprises en formation et permettent « de sortir du traumatisme grâce à une approche corporelle ». « Je touche les gens aux méridiens énergétiques, ce sont des contacts inspirés du shiatsu », a-t-il déclaré à la cour. Face aux multiples relances de la présidente lui intimant de développer ses méthodes, l’homme n’en dira pas plus. « Vous êtes quelqu’un de cultivé, vous avez du vocabulaire mais vous n’êtes pas capable d’expliquer clairement vos pratiques ? », s’impatiente la présidente. La cour n’en saura rien.

« La psychanalyse française est très fermée »

Mutique face aux questions de la présidente, le détenu est plus prolixe quand il s’agit de faire le procès de la psychanalyse française. « Ce sont des pratiques reconnues dans d’autres pays mais en France, c’est vrai que ce sont des pratiques à risques. », se justifie-t-il, « La psychanalyse française est très fermée ». Pour appuyer ses propos, l’homme, droit dans son box, avance les cas de patientes satisfaites de son travail. Pourtant, face à lui, deux femmes, le visage fermé et les traits tirés ont vécu ces méthodes comme une agression. Chez le prévenu, la question du consentement n’est jamais évoquée.

Le prévenu est coutumier des faits. En 1996, 2009 et 2014, il avait déjà été condamné pour viols et agressions sexuelle dans l’exercice de sa fonction.

 

Dorine Goth

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *