Transports, économie, éducation… ce que l’on sait à la veille de l’annonce du plan de déconfinement

Après plusieurs semaines de concertation, le gouvernement s’apprête à présenter son plan de déconfinement mardi devant les députés.  L’occasion de revenir sur les mesures déjà annoncées par l’exécutif sur le sujet.

Frontispice de l’Assemblée nationale à Paris(MomentaryShutter/Flickr)

Le lundi 13 avril, le président de la République avait promis qu’un plan de déconfinement serait présenté à l’Assemblée nationale « d’ici quinze jours ». Deux semaines jour pour jour après cette déclaration, Édouard Philippe et Jean Castex, le « M. Déconfinement » du gouvernement, vont présenter la « stratégie nationale » qui devrait permettre aux Français de sortir progressivement de chez eux à partir du 11 mai et de lutter contre l’épidémie de coronavirus. Les mesures serviront à uniformiser les annonces faites ces dernières semaines par les membres du gouvernement. Petit bilan pour s’y retrouver.

  • Transports 

C’est un casse-tête que doit résoudre Élisabeth Borne : comment faire respecter la distanciation sociale dans les transports en commun ? Le déconfinement devrait passer par une augmentation du trafic, fortement réduit depuis la mise en place du confinement pour lutter contre l’épidémie de coronavirus. « On est entre 10 % et 30 % de l’offre normale de transports en Île-de-France et en région », affirme la ministre de la Transition écologique. En ajoutant « qu’il faut remonter au maximum » tout en s’assurant « qu’il n’y ait pas trop d’affluence dans les transports ». Pour essayer de résoudre ce dilemme, la ministre propose de maintenir le télétravail quand cela est possible et de privilégier le vélo. L’objectif est d’éviter la surcharge de passagers aux heures de pointe.

Élisabeth Borne est aussi revenue sur l’aide de 7 milliards d’euros accordée par l’État à Air France. « Ce n’est pas un chèque en blanc », a t-elle prévenu. La ministre souhaite que la compagnie aérienne réduise « les émissions de CO2 par passager, de 50% les émissions de CO2 sur les vols domestiques d’ici 2024, via l’utilisation de biocarburant ». Six semaines après le début du confinement, 95% du trafic de l’entreprise est à l’arrêt laissant craindre des plans de départs chez les salariés.

  • Économie

En plus d’un prêt à Air France, le gouvernement à débloqué 5 milliards d’euros pour soutenir le constructeur automobile Renault. Le prêt sera « garanti par l’État » a confirmé Bruno Le Maire. Le ministre de l’Économie a aussi déclaré que qu’une décision concernant les bars et les restaurants ne serait pas prise avant « fin mai« . L’accès au fonds de soutien mis en place par le gouvernement sera élargi aux entreprises employant jusqu’à 20 salariés et réalisant jusqu’à deux millions d’euros de chiffre d’affaires dans l’hôtellerie et la restauration, fermées en raison du Covid-19, a annoncé également Bruno Le Maire. En outre le montant de l’aide sera doublé à 10 000 euros pour « l’ensemble de ces entreprises ». Le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, a aussi annoncé la suspension des charges pour ces secteurs entre mars et juin. « C’est une annonce importante pour un secteur qui souffre«  a ajouté le ministre.

Les députés et le sénateurs ont par ailleurs adopté un nouveau plan de soutien à l’économie pour surmonter la crise. Jeudi 23 avril, le Parlement a définitivement adopté le deuxième projet de loi de finances rectificative (PLFR) présenté par l’exécutif en un mois. Le texte a plus que doublé l’enveloppe du plan de soutien à l’économie, à 110 milliards d’euros – dont plus de 40 milliards de dépenses publiques, le reste consistant en des reports de charges et garanties de prêts. Le gouvernement n’exclut pas un troisième plan en fonction de l’évolution de la crise.

  • Éducation

La réouverture des écoles le 11 mai s’accompagne d’une certaine cacophonie. Jean-Michel Blanquer avait déclaré que « tout le monde ne rentrera pas au même moment », anticipant une rentrée en décalée selon les classes. Le ministre de l’Education nationale a également indiqué que les classes devraient se faire à partir du 11 mai par petit groupe de 15 élèves au maximum. L’Élysée a précisé dans la foulée que la rentrée se ferait sur la base du volontariat, un véritable casse-tête pour les élus locaux.

Les épreuves du brevet et du baccalauréat ne pourront avoir lieu. Pour le brevet, la moyenne des notes obtenues pendant les trois trimestres sera retenue, à l’exception des notes obtenues pendant la période de confinement. Concernant le bac toutes les épreuves sont suspendues au profit du contrôle continu à l’exception des oraux de français pour les élèves de première.  Les candidats libres et les élèves du privé hors contrat, eux, pourront se présenter à la session de septembre. Il y aura un rattrapage courant juillet pour les élèves entre 8 et 10 de moyenne.

Etienne Bianchi

Privatisation de la Française des jeux : un « gain financier immédiat » mais…

L’entrée en bourse de l’opérateur de jeux pourrait avoir lieu d’ici la fin du mois de novembre. Deux économistes nous expliquent les enjeux de la cession.
La Française des jeux pourrait être privatisée d’ici fin novembre. Photo : Eric Cabanis / AFP.

L’introduction en bourse de la Française des jeux pourrait avoir lieu « d’ici à la fin de l’année, sans doute avant la fin du mois de novembre », déclarait le 1er septembre dernier le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire lors du Grand rendez-vous d’Europe 1, CNEWS et Les Echos. L’Etat, aujourd’hui détenteur de 72% du capital de la FDJ, s’apprête à se défaire de 50% de ses parts, une opération qui concrétiserait la privatisation de l’entreprise.

LIRE AUSSIA deux mois de la privatisation, FDJ affiche des revenus en forte hausse

Interrogée ce mardi sur BFM Business, la PDG de la Française des jeux Stéphane Pallez a indiqué que le gouvernement souhaitait tirer « plus d’un milliard d’euros » de la privatisation, et a mis en avant la perspective d’un « placement durable » pour les particuliers qui pourraient investir « courant novembre » en achetant des titres boursiers. Et contrairement aux Aéroports de Paris, l’annonce de la privatisation à venir de la Française des jeux ne semble pas faire polémique. Le Celsalab a contacté deux économistes afin de mieux comprendre les enjeux de l’opération.

LIRE AUSSI > Privatisation d’Aéroports de Paris : « Un concert d’hystérie collective »

 

Étienne Fize

Docteur en économie à Sciences Po Paris


 

  • Êtes-vous pour ou contre la privatisation de la Française des Jeux ?
    Plutôt contre. C’est un enjeu de santé publique, il y a des externalités négatives telles que l’addiction aux jeux. Il y a également un enjeu de redistribution : ce sont souvent les moins aisés qui dépensent le plus en jeux et paris sportifs. Privatiser la FDJ fait perdre une partie du contrôle à l’État. Et si l’État n’est plus propriétaire et seulement régulateur, il perd des outils et de la visibilité pour jouer sur les prix, les régulations, les types de produits vendus. De plus la FDJ est profitable.
  • Quelles sont selon vous les raisons qui poussent l’État à privatiser la Française des Jeux ?
    C’est un gain financier immédiat. Mais cela permet de réduire facialement la dette, sans prendre en compte la soutenabilité de la dette. Car vendre maintenant baisse le déficit cette année, mais ne rapporte pas d’argent tous les ans pour baisser la dette. C’est la différence entre un stock d’argent maintenant ou un flux continu. Il s’agit également pour l’État de régulariser une situation asymétrique dans laquelle l’État se trouvait être à la fois acteur et régulateur.
  • Quelles seront les conséquences de la cession sur le long terme ?
    Politiquement, l’ouverture risque de se poursuivre avec l’arrivée de nouveaux concurrents sur le marché. Dans le futur il va sûrement y avoir une alternance politique, des créations et destructions d’administration, des changements de lois, de règles… Le contrôle par l’État risque d’être plus difficile qu’actuellement. Et pour prendre le cas de TF1 ou des autoroutes [Ndlr :TF1 a été privatisé sous le gouvernement Chirac en 1986 ; pour ce qui est des autoroutes, leur gestion est confiée à des sociétés privées sous le gouvernement De Villepin en 2006] , la surveillance et le contrôle des engagements ne s’est pas toujours bien fait. Sur le sujet des autoroutes, je vous recommande l’article d’avril du Monde.

 

Jacques Sapir

Directeur d’étude à l’EHESS


 

  • Êtes-vous pour ou contre la privatisation de la Française des Jeux ?
    Je suis contre. La raison principale est que les « jeux » pouvant être un vecteur du blanchiment d’argent, il est important que cela soit étroitement contrôlé par la puissance publique, et la propriété est la forme ultime et incontestable du contrôle. Des raisons secondaires militent aussi contre cette privatisation. La FDJ représente une grosse source de rentrées fiscales, le contrôle sur ces rentrées est largement lié à la propriété.
  • Quelles sont selon vous les raisons qui poussent l’État à privatiser la Française des Jeux ?
    Ce sont des raisons financières (l’entreprise est « rentable » et donc bien privatisable) mais aussi des raisons idéologiques. L’idée que l’État ne devrait s’occuper QUE des tâches régaliennes repose sur une vision idéologique que la propriété d’État conduit nécessairement à la mauvaise gestion. Or, les cas de mauvaises gestions privées sont bien aussi nombreux.
  • Cette vague de privatisation rappelle les cessions sous les gouvernements Chirac et Jospin puis plus tard les accords de concession des autoroutes, assez critiqués. Avec le recul que l’on peut aujourd’hui prendre sur ces opérations, estimez-vous qu’elles aient été bénéfiques à l’économie française ?
    Les privatisations des banques, ou celles des autoroutes ont été néfastes pour la conduite de la politique économique et pour les Français. La privatisation de TF1 n’était pas nécessaire. Il vaut mieux laisser une entreprise se créer librement, quitte à contrôler son actionnariat. La concentration du contrôle d’une grande partie de la presse française dans les mains de quelques « oligarques » pose aujourd’hui un véritable problème de démocratie.

 

Elsa Assalit

Quel avenir pour le parc nucléaire français ?

58 réacteurs répartis entre 19 centrales. Le nucléaire représente 70% de la production énergétique en France. Mais, à l’image du réacteur de Flamanville, dont le chantier vient une nouvelle fois d’être retardé, l’avenir du parc nucléaire français semble incertain. Décryptage.

EDF a annoncé ce mercredi un surcoût de 1,5 milliards d’euros pour son EPR de Flamanville, soit une facture totale s’élevant à 12,4 milliards d’euros. Une annonce qui remet à nouveau en cause l’avenir du parc nucléaire français.

Qu’est-ce que le parc nucléaire français ?

On désigne par « parc nucléaire français » l’ensemble des 58 réacteurs en fonctionnement de différents niveaux de puissance répartis entre 19 centrales dans le pays. Le nucléaire représente en France la première source de production et de consommation d’électricité, à hauteur de 70%.

Le parc nucléaire français est le deuxième plus important parc au monde en termes de puissance, derrière celui des Etats-Unis. 12 réacteurs sont arrêtés et 9 sont actuellement en cours de démantèlement.

 

 

 

Quelle durée de vie pour les réacteurs ?

La durée d’exploitation des réacteurs est l’un des enjeux économiques majeurs autour du parc nucléaire français. La loi française ne fixe pas de réglementation précise et de durée de vie maximale pour les réacteurs. Tous les 10 ans, un contrôle de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) doit être effectué pour délivrer ou non une autorisation d’exploitation.

Si les centrales ont été conçues pour une durée de 30 ans environ, EDF, qui exploite les centrales, envisage d’allonger la durée de fonctionnement jusqu’à 50 ou 60 ans. Actuellement, les plus anciens réacteurs en fonctionnement, Fessenheim 1 et 2, sont opérationnels depuis 1977, soit 42 ans. Ils devraient être arrêtés à la mise en service de l’EPR de Flamanville.

 

Quels sont les enjeux de l’allongement de la durée du parc nucléaire français ?

La grande majorité des 58 réacteurs, environ 80%, ont été mis en service en l’espace d’une dizaine d’années. Selon Daniel Heuer, professeur de physique subatomique et de cosmologie à l’université de Grenoble Alpes, l’extension de la durée des réacteurs peut facilement atteindre « les 60 ans si on modifie les pièces abîmées ». « Les réacteurs ne fonctionnement qu’à 70% de leur pleine puissance, donc la durée pourrait encore s’allonger », analyse-t-il.

Pour Yves Mérignac, directeur de l’agence WISE-Paris, service d’études et d’information sur l’énergie, le problème est plus complexe. « L’industrie nucléaire est enfermée dans un paradoxe. EDF est sur une stratégie d’extension de vie du parc existant, une stratégie extrêmement risquée ». Un risque qui vient du fait que la stratégie d’EDF se concentre uniquement sur l’allongement de la durée de vie des réacteurs : « EDF masque le caractère risqué de sa méthode en en faisant une évidence, en ne faisant rien d’autre. Aujourd’hui, le coût engagé par EDF est difficile à justifier par rapport aux alternatives », regrette Yves Mérignac.

 

 

 

 

Le fait qu’EDF va devoir mettre aux normes la plupart de ces réacteurs d’ici les prochaines années n’est pas « rentable » selon Yves Mérignac. « Les coûts vont être pharamineux, la Cour des comptes a parlé de 100 milliards d’euros et cela va entraîner la hausse des coûts de production des réacteurs qui va rendre les réacteurs de moins en moins compétitifs face aux nouvelles énergies », explique-t-il.

Quelles solutions sont envisageables l’avenir ?

Yves Mérignac évoque deux possibilités pour sortir de ce système : « un accident nucléaire ou financier qui va amener de façon extrêmement brutale à un correctif » ou « un sursaut politique qui assume de passer à autre chose ». L’idée de rallonger la durée de vie des réacteurs ne convainc pas non plus Daniel Heuer. « On n’imagine pas recommencer un tel chantier [en construisant de nouveaux réacteurs en une dizaine d’années], on ne sait pas ce qu’on veut faire », détaille-t-il.

« On est enfermé dans un statu quo nucléaire », regrette Yves Mérignac, « il y a une trop grande difficulté à affronter le changement ».

 

Fanny Rocher

Crise en Equateur : ce que l’on sait

Blocages de routes et de puits pétroliers, manifestations… Un mouvement social agite le pays depuis une semaine, en réaction à la forte augmentation du prix du pétrole.
Un manifestant enveloppé dans le drapeau équatorien lors d’affrontements avec la police devant le Parlement, à Quito le mardi 8 octobre 2019. Martin BERNETTI / AFP

La tension est encore montée d’un cran en Equateur. Le président Lenin Moreno a ordonné mardi 8 octobre un couvre-feu nocturne autour des lieux de pouvoir. La liberté de circulation a été restreinte entre 20h00 et 05h00 locales. Cette décision a fait suite à l’irruption de manifestants dans le Parlement à Quito.

Le pays est paralysé depuis six jours par un mouvement social inédit depuis 2007. Ecoles et lycées ont été fermés pendant quarante-huit heures. Les manifestations à Quito se sont soldées par des heurts avec la police et plus de 300 arrestations, dont celles du dirigeant de la fédération de taxis, Jorge Calderon, et du leader indigène Marlon Santi. Des barricades, faites de pneus et branchages ont été incendiées. Plusieurs routes dans différents Etats du pays ont été bloquées, ainsi que des puits de pétrole en Amazonie. Lundi, la baisse de production de pétrole était de 12%.

Les manifestants font face à la police pendant une grève des transports à Quito le vendredi 4 octobre 2019. RODRIGO BUENDIA / AFP

Les manifestations ont commencé jeudi 3 octobre, deux jours après que le gouvernement a annoncé qu’il cessait de subventionner les carburants les moins chers et les plus utilisés. En échange, le pays aura droit à une aide de 4,2 milliards de dollars dans le cadre d’un accord conclu avec le Fonds monétaire international (FMI). L’entrée en vigueur des nouveaux tarifs jeudi a engendré des hausses de prix des carburants allant jusqu’à 123%. Le galon (3,7 litres) de diesel est passé de 1,03 à 2,30 dollars, celui de super de 1,85 à 2,40 dollars.

Le gouvernement bousculé par la crise

Le jour même du début des manifestations, le président Moreno avait déclaré l’état d’urgence pendant 60 jours. Le couvre-feu à Quito aura la même durée. Il avait déjà fait déplacer lundi l’exécutif à Guayaquil, une petite ville portuaire au sud du pays.

 

L’ancien président Rafael Correa nie une tentative de coup d’Etat lors d’une conférence de presse à Bruxelles, mardi 8 octobre 2019. Kenzo TRIBOUILLARD / AFP

Mardi 8 octobre, l’ancien président Rafael Correa, installé en Belgique et demandé par la justice équatorienne, a réclamé la tenue d’une élection anticipée pour répondre à la crise à laquelle est confronté son successeur et ex-allié Lenin Moreno. Il n’exclut pas de se présenter comme vice-président. Ayant déjà effectué trois mandats, il ne peut pas se représenter à la présidence. Moreno a qualifié cette annonce de tentative de « putsch ».

Sept pays latino-américains dont l’Argentine, la Colombie ou le Brésil ont annoncé leur « ferme soutien » au président Moreno. L’Organisation des Etats américains (OEA), l’Union européenne, les Etats-Unis et l’Espagne condamnent les violences, appelant au dialogue.

La ministre de l’Intérieur, Maria Paula Romo, a annoncé que le gouvernement acceptait  la médiation proposée par les Nations unies et par l’Eglise catholique.

 

A lire aussi : En Equateur, le Parlement vote contre la dépénalisation de l’avortement

 

Francini Antonella