3 questions à… Thomas Bys, infirmier-urgentiste et “nurbexeur”

 

© Thomas Bys

Pouvez-vous définir ce qu’est le “nurbex” ?

Le nurbex est l’alliance entre l’urbex et la photographie de nu artistique. Lorsque j’ai créé le groupe Facebook “Nurbex – Nude in Urban Exploration Urbex” il y a deux ans, aucun autre ne portait ce terme sur la plateforme. Cependant, le terme existait déjà sur le web, mais n’était pas très répandu. C’est le monde francophone qui utilise le plus cette appellation.

Quelle relation entretenez-vous avec les autres explorateurs ?

Nous croisons de plus en plus d’urbexeurs car la discipline se popularise fortement. Mais cela se passe généralement toujours bien sur le terrain, parce que les gens que nous croisons sont souvent les plus gênés face au modèle contrairement à ce que l’on pourrait croire. En revanche, nous sommes complètement décriés sur la toile car beaucoup ne nous considèrent pas comme des urbexeurs “puristes”. Une minorité estime que l’on manque de respect vis-à-vis des lieux. Pourtant, nous avons les mêmes règles morales qu’eux : on ne casse rien, on ne vole rien, on ne bouge rien.

Comme l’urbex, le nurbex connaît-il des dérives ?

Je le vois sur le groupe Facebook que j’administre, le nu artistique fait toujours face au problème de la vulgarité. Il y a en effet des photographes qui utilisent le prétexte du lieu abandonné pour réaliser ce type de photo. Les soucis les plus récurrents sont soit un modèle qui ne domine pas la photo, soit il n’y a pas l’esthétisme nécessaire pour faire de l’érotisme. On se retrouve finalement avec de la photo brute, et parfois limite porno, ce qui est à des milliards de kilomètres de notre démarche.

Cliquez ici pour voir le travail de Thomas Bys !

Sébastien Rouet

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *