Marineland, une pérennité en question

Creative Commons

Creative Commons

Le parc aquatique Marineland, situé à Antibes, fait l’objet de contestations et de batailles juridiques depuis plusieurs années. Étendu sur 26 hectares, c’est le plus grand parc marin d’Europe, mais aussi le plus décrié. A l’automne 2015, il ferme pendant six mois à la suite de violentes intempéries. 90% du parc est touché et une cinquantaine d’animaux sont retrouvés morts. L’ONG Sea Shepherd porte plainte suite à ces décès répétés, dénonçant un esclavage animal pour le seul profit économique. Mais la plainte est jugée irrecevable. Prétendant avoir pour vocation de conserver les espèces marines et leur environnement, le parc n’est, aux yeux des associations, qu’un « bassin-prison en béton » pour des « orques clown ». Car c’est aussi le seul parc marin français à détenir cette espèce, et il fait les frais de cette exclusivité. Des plaintes ont été déposées pour acte de cruauté et de maltraitance animale, notamment suite à la mort de l’orque  Valentin, 19 ans, décédé d’une torsion de l’intestin. En moyenne, les orques mâle vivent jusqu’à 30 ans à l’état sauvage. Il s’agissait du troisième orque décédé au sein du parc des suites d’une maladie. Dans le sillon du parc SeaWorld qui décide, dès 2017, de mettre fin à la reproduction et à l’élevage des orques en captivité, Ségolène Royal publie la même année un arrêté reprenant cette interdiction. Mais celui-ci a été annulé par le Conseil d’Etat. Récemment, le parc a reçu la certification « Humane Certified », attestation “du confort, du bien-être et du bon traitement des animaux ».  Une distinction déjà contestée par les associations de défense animale.

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *