Alexis, le sport et le deal (4/4)

Alexis passe le plus clair de son temps chez lui.

Alexis passe le plus clair de son temps chez lui.

Se sentant délaissés, certains jeunes tombent dans l’exercice d’une activité illégale, comme Alexis, 21 ans, originaire de la banlieue parisienne. 

Alexis T. sort de la salle de sport devant laquelle il a fixé le rendez-vous en plein milieu d’après-midi. Cette salle, il y va cinq à sept heures par semaine depuis plusieurs années. La musculation a transformé son corps, notamment ses bras, qui contrastent désormais avec sa petite taille. Ses cheveux blonds et ses yeux bleus clairs lui donnent un air juvénile. Seul le collier de barbe qu’il arbore permet de lui attribuer son âge ; 21 ans. S’il est disponible à cette période de la journée, c’est parce que Alexis T. est un NEET. Il est sorti du système scolaire, et n’a pas non plus d’emploi.

Sur le trajet pour retourner chez lui, il croise plusieurs connaissances. Entre deux poignées de main, il explique les raisons de son décrochage scolaire. « Quand j’étais au lycée, mon frère battait ma mère. Je le battais pour la défendre, et cela avait un impact énorme sur ma scolarité. Je suis allé dans onze lycées différents, de l’internat privé catholique au lycée de ZEP ». Il arrête finalement les cours en début de première, à l’âge de seize ans. Il est ensuite placé en foyer, avant de prendre son envol, et son premier logement, au lendemain de son dix-huitième anniversaire.

Aujourd’hui, il habite dans un appartement en proche banlieue parisienne. Le loyer est payé par sa mère. C’est d’ailleurs le seul élément qui le lie encore à elle. « Si je ne dépendais pas financièrement d’elle pour avoir un logement, je ne prendrais plus aucune nouvelle », lance-t-il.

Dans son appartement, les vestiges de soirées antérieures sont encore présents sur la table. Le lit est défait, la vaisselle sale s’entasse. L’appartement est pourtant moderne et bien entretenu, à l’exception d’un mur, qui semble avoir été roué de coups. « C’est ce qui arrive quand je vais pas à la salle », commente Alexis. Les événements survenus à l’adolescence le poursuivent encore aujourd’hui. Il souffre d’un léger état de stress post-traumatique, qui le pousse à rester de plus en plus chez lui.

Assis sur son canapé, une cigarette à la main, il explique comment il subvient à ses besoins financiers mensuels. Sa mère lui paye son loyer, certes, mais aucun frais annexe. Et cela ne le dérange pas. « Qu’est ce qu’on appelle vivre ? T’as besoin de manger, dormir, et de faire quelque chose qui te rend heureux. Moi c’est la salle de sport ». Au moment d’emménager seul, il a calculé que ces dépenses s’élevaient à 250 euros par mois. Une somme facile à avoir selon lui, en témoignent les sachets de drogue qui jonchent la table basse. « Moi j’ai jamais touché à ces merdes là. À l’inverse, j’aide les gens qui les cherchent. Je les rapproche les gens qui font des grosses ventes, et eux ça les dérange pas de me passer cent balles en échange ».

Comme d’autres NEET, Alexis T. a choisi le deal, parfois plus simple d’accès que le marché du travail qu’il ne veut pas intégrer, faute de valeurs morales selon lui. “Humainement, le travail c’est pas fait pour moi. J’ai vu des personnes se faire détruire à cause de conneries comme le racisme ou autre. Les inégalités seront toujours là, et on peut rien y changer”, précise-t-il. Travailler au sein d’une association, aider les autres, lui plairait, mais il calque le modèle associatif au monde du travail, et considère que son travail serait vain.

Une chose est pourtant certaine, Alexis T. veut quitter Paris sur le long terme, mais à part cela, il n’a “aucune perspective d’avenir” et ne se voit nulle part dans dix ans.

L’ensemble du dossier à retrouver ici :

Les NEET, une catégorie sociale qui inquiètent les pouvoirs publics (1/4)

À Bagneux, donner une seconde chance aux NEET (2/4)

Le risque pour les NEET : basculer dans la pauvreté et l’exclusion (3/4)

Aline BOTTIN

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *