Des seniors pour sauver la lecture chez les jeunes

Le gouvernement a lancé ce jeudi une campagne qui favoriserait la lecture en milieu scolaire. Des Français de plus de 50 ans sont appelés à partager bénévolement leur goût de la lecture auprès des plus jeunes. Une initiative qui laisse sceptique certains parents et élèves des écoles de Levallois-Perret. 

Le ministre de l’Education Nationale demande aux seniors de plus de 50 ans de partager leur goût de la lecture avec des enfants. Crédit : dassel

« Aujourd’hui, un enfant qui prend un livre c’est de l’héroïsme » déclare Bernard Pivot dans le Parisien de ce jeudi. L’écrivain-journaliste soutient la campagne « Ensemble pour un pays de lecteurs » lancé par Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education nationale, ce jeudi devant des académiciens, des écrivains et des élèves à l’Institut de France, à Paris. Cette campagne vise à lutter contre les problèmes de lecture rencontrés par les enfants. Pour cela, Michel Blanquer lance un appel à tous les Français de plus de 50 ans à venir bénévolement dans les écoles faire la lecture aux écoliers et les collégiens, en plein apprentissage.

Pour développer cette rencontre intergénérationnelle par la lecture, le gouvernement soutient l’association Lire et faire lire qui compte 18 000 bénévoles intervenant dans plus de 11 000 structures éducatives. Une à plusieurs fois par semaines, des seniors viennent faire la lecture aux élèves.

A la sortie de l’école Alfred de Musset à Levallois-Perret, Marie-Christine attend sa fille et son fils pour déjeuner à la maison. Elle insiste sur le fait que l’apprentissage de la lecture c’est un travail fait à l’école mais aussi à la maison. « Pour mon fils, la lecture c’était un peu plus difficile mais j’étais derrière lui pour l’aider. C’est aussi notre travail de parents d’aider nos enfants à surmonter leur difficulté. » Cette mère de famille préfère que ses enfants lisent seuls. « Ma fille, qui est en CM1, n’a aucun problème de lecture. Elle aime beaucoup lire. L’école lui permet même de pouvoir lire lorsqu’elle a terminé ses exercices en avance, en attendant que tout le monde ait terminé. » Elle trouve que ces ateliers de lecture avec des seniors remettent en cause le travail des enseignants. « C’est inquiétant que le gouvernement souhaite mettre cela en place. C’est quand même le travail de l’Education nationale. Cela voudrait dire que nos instituteurs ne sont pas efficaces… »

Une baisse de lecteurs en grandissant

Selon l’enquête « Les jeunes et la lecture » publié par le Centre national du livre en 2016, un écolier lit deux fois plus de livres qu’un collégien et trois fois plus qu’un lycéen. Les élèves du collège Danton à Levallois-Perret nous confirme l’enquête. Ils ont davantage lu à l’école primaire qu’au collège.

Quelle est donc la raison de cette baisse ? « Le portable et les jeux vidéos » affirme Amine, 14 ans, perché sur sa trottinette. Les collégiens acquièrent leur premier portable et passent des heures devant l’écran de leur console de jeu. « Je préfère jouer à FIFA que lire » assure Mehdi, 13 ans. En cours de français, les collégiens sont censés lire 6 à 8 livres. « Je ne les lis pas en entier car ça me gonfle » déclare Julianne, 14 ans. Pour sa copine Rose, c’est tout l’inverse. « J’adore lire des livres d’histoire, des témoignages sur la Shoah. Notre prof de français nous a donné à lire Une vie de Simone Veil. J’ai beaucoup aimé. » Rose est l’exception de cette bande de copains. Le taux de lecture pour le loisir baisse fortement à l’âge de l’entrée au collège selon l’enquête « Les jeunes et la lecture ».

L’objectif de cette campagne est de mobiliser 50 000 bénévoles pour toucher plus d’un million d’élèves. Elle pourrait également réduire les inégalités sociales entre les élèves.

Alice Pattyn

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *