5 questions à Aminata Niakaté, candidate écologiste dans la 9e circonscription des Hauts-de-Seine

Cette jeune avocate est la candidate d’Europe Ecologie Les Verts (EELV) dans la 9e circonscription des Hauts-de-Seine. Si son nom ne vous disait rien avant les législatives, c’est normal, Aminata Niakaté vient de Vitry-sur-Seine. Rencontre pour comprendre ce qui l’a poussée à se présenter.

Aminata Niakaté (à droite) est la candidate EELV sur la 9e circonscription des Hauts-de-Seine avec pour suppléant David Gau (à gauche). Crédit: Chloé Tixier

Aminata Niakaté (à droite) est la candidate EELV sur la 9e circonscription des Hauts-de-Seine avec pour suppléant David Gau (à gauche). Crédit: Chloé Tixier

D’où vient votre engagement écologique ?

Etant originaire du Mali je me sens concernée par cette problématique. Là-bas il y a la pollution des plastiques, j’ai vu des fermiers faire faillite parce que de gros industriels du secteur agroalimentaire sont venus s’y installer, ce qui les a ruinés. Je suis donc très sensible à ce genre de sujet. Et de manière générale, les questions de santé publique, le non-gaspillage et le commerce équitable sont des thèmes qui me touchent particulièrement.

Pourquoi Europe Ecologie Les Verts ?

J’ai toujours voulu m’engager en politique pour pouvoir participer aux décisions qui vont régir ma vie, je ne voulais pas seulement être spectatrice. J’ai décidé de m’engager en 2009, juste après les européennes, car je me suis rendue compte que les écologistes ce n’est pas que l’environnement, c’est aussi les questions d’égalité, auxquelles je suis sensible, et l’idée de faire de la politique autrement. Ce sont ces principes là qui m’ont fait franchir le pas et m’engager politiquement chez EELV.

Pourquoi être candidate à Boulogne-Billancourt alors que vous venez de Vitry-sur-Seine ?

C’est vrai que ce n’est pas du tout mon territoire mais les militants avaient besoin d’une candidate, ils m’ont sollicitée et j’ai accepté d’y être la porte-parole des écologistes. De toute façon, je n’avais pas vocation à l’être sur mon territoire puisque qu’EELV a décidé de soutenir le candidat socialiste. Et comme l’enjeu est national, peu importe que je sois d’ici ou d’ailleurs, le programme porté est le même pour tous les candidats écologistes. On pourrait croire que ça dérangerait les gens mais au final, quand on va leur parler, on a plutôt un bon accueil.

Pensez-vous que vous avez une chance dans cette circonscription ancrée à droite ?

Ah c’est sûr qu’en venant ici je savais que c’était une terre de mission. Mais en même temps, le contexte est aussi compliqué pour la droite, puisqu’il y a deux candidats LR-UDI. En plus il n’y a pas de candidat En Marche. Quant au PS il soutient l’Union des Démocrates et des Ecologistes (UDE) mais de loin, donc on a une chance. Après, moi je suis une optimiste incorrigible. Ce qui ne veut pas dire que j’ai peur de l’échec. Car même si on ne remporte pas les élections, on sait qu’on progresse dans le débat d’idées, que la société devient de plus en plus sensible aux questions écologiques. Et si je suis venue faire campagne ici c’est aussi pour faire avancer ce débat là.

Comment vous imaginez-vous la vie en tant que députée ?

Alors je me suis toujours dit « si t’y vas, il faut que t’aie ton gagne pain à côté». Pourquoi ? Eh bien tout simplement parce que j’ai vu des gens changer au fur est à mesure des années parce que c’était devenu un enjeu financier et alimentaire de garder son mandat. Or, à partir de ce moment là, l’engagement passe au second plan. Donc je tiens à rester avocate malgré tout.

Sarafina SPAUTZ

A lire aussi:

A Boulogne-Billancourt, retour de la guerre Solère-Baguet

Législatives dans la 9e circonscription: Bruno Ricard, chantre de la cause animale

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *