Le retour du redoublement à l’école

Le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, présente ce jeudi ses mesures pour l’école au Conseil supérieur de l’éducation. Le nouveau locataire de la rue de Grenelle compte rétablir le redoublement et réformer les rythmes scolaires.

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education Nationale, précise ses réformes pour l'école.

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education Nationale, précise ce jeudi ses réformes pour l’école.

Il entend bien s’attaquer au « diplodocus » éducatif avec, au menu, le retour du redoublement. C’est ce qu’a annoncé le ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer dans un entretien publié ce jeudi dans Le Parisien. Il souhaite redonner la possibilité de rester dans la même classe une année supplémentaire pour un élève en difficulté et, ce, dès la prochaine rentrée scolaire. « Il n’est pas normal d’interdire le redoublement », a-t-il déclaré.

Il marque ainsi sa différence avec sa prédécesseur, Najat Vallaud-Belkacem. En novembre 2014 elle avait pris un décret affirmant le « caractère exceptionnel du redoublement ». Il n’était possible que dans deux cas : pour des élèves absents pendant une longue durée pour des raisons personnelles ou à la demande des parents si leur enfant, après la troisième ou la seconde, ne pouvait pas intégrer la filière souhaitée. Des conditions strictes donc que le nouveau ministre souhaite supprimer. « Il y a quelque chose d’absurde à laisser passer de classe en classe des élèves accumulant les retards, assure-t-il. Le redoublement doit rester possible quand c’est dans l’intérêt de l’élève, et dans des cas qui doivent rester rares ». Rare, exceptionnel… Les ministres successifs jouent avec les mots sur un sujet qui reste sensible. En France, en 2015, 22% des élèves de 15 ans ont déjà redoublé, soit deux fois plus que la moyenne des pays de l’OCDE selon l’étude PISA.

Stages de remise à niveau et « devoirs faits » à l’école

Cette mesure phare s’inscrit dans la volonté d’« accompagnement » des élèves. Pour cela des « stages de remise à niveau » seront également mis en place dès cette année pour les élèves entrant en sixième. Gratuits et d’une durée d’une semaine, ils seront d’abord proposés dans les zones d’éducation prioritaire. Ces heures de soutien seront assurées par des « enseignants volontaires, rémunérés sur la base d’heures supplémentaires ». Rien d’obligatoire pour les élèves mais elles seront « conseillées » à ceux en difficulté. Plus inattendu, le désir du ministre de mettre en place une « rentrée en musique ». Il aimerait développer l’apprentissage de la musique à l’école qui occupe une « place insuffisante » selon lui en France. « Je compte notamment faire en sorte qu’il y ait des chorales dans toutes les écoles et collèges », a-t-il affirmé.

Jean-Michel Blanquer a également pris un autre engagement pour la rentrée : la fin des devoirs à la maison. C’était une promesse du candidat Emmanuel Macron qui souhaitait rétablir les « études dirigées » au collège. Ce dispositif, appelé « Devoirs faits », sera là encore « sur la base du volontariat et gratuit ». « Nous sortons de l’hypocrisie : oui, il faut des devoirs, y compris au primaire », martèle-t-il. Les élèves seront accompagnés de « professeurs volontaires et des assistants d’éducation ». Le ministre lance un appel « aux étudiants ou jeunes diplômés qui ont envie de s’investir » ainsi qu’aux jeunes du service civique pour aider les collégiens.

Le serpent de mer des rythmes scolaires

Le nouveau ministre va-t-il détricoter la réforme des rythmes scolaires ? C’est la question que se pose la communauté éducative. Il a seulement laissé entendre qu’il mettrait en place des « consensus locaux », accordant ainsi plus d’autonomie aux collectivités. Il ouvre ainsi la porte à l’abandon de la semaine de quatre jours et demi. « Des gens sont insatisfaits localement – j’espère que c’est une minorité –, ce que nous faisons c’est ouvrir la possibilité, surtout pour le rentrée 2018, d’ouvrir le choix entre différentes formules », a-t-il expliqué mardi 6 juin au micro d’Europe 1. Le maire (LR) de Nice, Christian Estrosi, a d’ores et déjà annoncé qu’il reviendrait à la semaine de quatre jours dès septembre. Jean-Michel Blanquer donne donc la possibilité aux établissements de s’adapter avec l’accord des conseils d’école et de l’inspecteur d’académie. Une réforme que ne conseille pas le groupe de travail du Sénat sur les rythmes scolaires. Celui-ci vient de rendre ses conclusions et il recommande de ne pas revenir à la semaine de quatre jours. Ce « serait un mauvais signe car on ferait prévaloir le monde des adultes sur celui des enfants », a estimé Jean-Claude Carle, sénateur (LR) de Haute-Savoie.

Si le gouvernement décide de revenir à la semaine de quatre jours, les sénateurs proposent 5h30 d’enseignement maximum par jour. Ce qui impliquerait une réduction des vacances scolaires et un retour au modèle de… 2007.

Chloé TIXIER

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *