10e circonscription des Hauts-de-Seine : le renouveau pour champ de bataille

Affiches des candidats à la législative 10e circonscription des Hauts de Seine. Crédit photo : Emilie Salabelle

Affiches des candidats à la législative 10e circonscription des Hauts de Seine. Crédit photo : Emilie Salabelle

A quinze jours du premier tour, la tranquille 10e circonscription des Hauts-de-Seine est bousculée par des candidats qui s’essayent au défi du renouveau. L’esprit de la campagne présidentielle a imprégné sa marque dans la course aux législatives.

A Issy-les-Moulineaux, Vanves, Meudon, et Boulognes-Billancourt Sud, le prochain scrutin est un saut dans l’inconnu. Il signera la fin du mandat de l’historique André Santini (Union des Démocrates et Indépendants (UDI)), maire d’Issy et député depuis 1988, qui renonce à se représenter, répondant ainsi à l’exigence de non-cumul des mandats.

Le siège vide n’a pas tardé à trouver de nouveaux aspirants. Pas moins de 17 candidats à la députation se présentent, soit cinq de plus qu’en 2012. Pour succéder au long règne de M. Santini, la carte du renouveau est toute trouvée. C’est d’abord par la refonte des partis politiques qu’elle se joue. Plusieurs candidats se présentent hors parti, notamment Bertrand Soubelet. L’ex numéro 3 de la gendarmerie, qui avait fait un court passage dans le parti d’Emmanuel Macron avant d’en claquer la porte, a décidé de se présenter sans étiquette.

Des candidats de tout bord, des favoris qui se détachent

Du côté des étiquettes justement, les Marcheurs et les Insoumis incarnent tout naturellement cet appel à un nouvel ordre politique, dont ils sont en grande partie à l’origine. Le parti de Jean-Luc Mélenchon est allé loin dans l’esprit de rupture  en investissant un surprenant candidat : Gérald Dahan, l’humoriste célèbre pour avoir piégé de nombreux politiques dans des canulars téléphoniques. La nouvelle a été accueillie diversement par les habitants.

« C’est étonnant. Je n’apprécie pas vraiment l’humoriste, avance, à Vanves, Jean-Michel, sympathisant de la France Insoumise (FI). Mais il peut très bien être un mauvais humoriste et avoir des points de vue intéressants sur le plan politique, même au niveau national » concède-t-il.  « Je suppose qu’il va suivre le programme du parti », imagine Vincent, lui aussi pro-Mélenchon. Malgré l’intérêt suscité par le leader du mouvement, la victoire de la FI dans une circonscription traditionnellement de droite paraît improbable. « Je pense que c’est pour ça qu’il a été positionné ici, ça permettait de faire un coup de com’ sur la personne sans qu’il n’ait aucune chance », analyse Jean-Michel.

Le centre droit (UDI-LR) challengé par l’arrivée de La République en marche

Le véritable enjeu de la campagne se situe probablement dans des eaux plus centristes. Le mois de juin signera-t-il la fin d’un fief UDI dans la 10e circonscription ? L’ancien maire adjoint de Vanves, Jérémy Coste (UDI-Les Républicains (LR)), le successeur d’André Santini qui reste suppléant, doit faire face à une nouvelle concurrence de taille : celle du candidat investi par La République en marche (REM), Gabriel Attal. Certes, le travail de son prédécesseur recueille une relative unanimité auprès des habitants, les Isséens saluant notamment un maire « compétent et à l’écoute ». Mais ces bonnes opinions ne garantissent pas la fidélité dans les urnes. « Je ne vote pas aux législatives pour un candidat, mais pour un parti et un programme. Je veux donner ma voix à Macron, pour qu’il puisse avoir une vraie majorité au Parlement, et que cela lui donne les moyens de redresser le pays », résume Caroline, habitante d’Issy-les-Moulineaux.


Comment vont voter les Isséens et les Venvéens ?

Les regards glissant rapidement sur les tracts n’aident certainement pas à distinguer les deux candidats. Car, à première vue, les profils concurrents ne sont pas sans points communs : dans les deux cas, des hommes aux sourires décidés et aux physiques altiers incarnent le dynamisme et la nouveauté de la jeunesse. Le renouvellement est affiché, mais il s’illustre plus dans la continuité que dans la rupture : forte attache au programme macronien pour l’un, héritage santinien pour l’autre. Deux visages neufs qui appellent à transcender les divergences partisanes pour incarner une force d’écoute et de collaboration.

Des leçons de la part des nouveaux centristes, je n’ai pas à en recevoir. Jeremy Coste

Mais la comparaison fait bondir Jeremy Coste : « Je suis centriste depuis l’âge de seize ans, donc des leçons de la part des nouveaux centristes, je n’ai pas à en recevoir. Le dialogue, on sait ce que ça veut dire. je n’en dirais pas autant de mon concurrent qui en réalité est socialiste… Il siège au parti socialiste de la mairie de Vanves et s’oppose à toutes les délibérations municipales de la majorité centriste de Bernard Gauducheau. Quand il prône le dialogue entre la droite et la gauche, ce n’est pas ce qu’il fait concrètement au quotidien. »

Face à un candidat de REM qu’il considère inféodé au programme du nouveau président, Jeremy Coste veut assumer un rôle actif. « Si les gens veulent donner une vraie majorité à Macron, il faut qu’ils votent pour des députés constructifs », assure-t-il avec conviction, lors d’un café-rencontre organisé à Meudon. L’avis est partagé par Hervé Marseille, vice-président du Sénat et maire de Meudon : « S’il y a une majorité uniforme, tous les députés seront interchangeable, il y aura un mot d’ordre, tout le monde votera dans le même sens. Il est important qu’il y ait des députés qui puissent exprimer les valeurs qui sont les nôtres, et qui aient la possibilité de voter ce qui est positif tout comme de s’exprimer sur les choses qui ne vont pas. »

Affiche de campagne de Jérémy Coste, candidat UDI-LR.

Affiche de campagne de Jérémy Coste, candidat UDI-LR.

Le pari de la jeunesse

Etre député à trente ans, est ce un atout ou une faiblesse ?  L’arme peut être à double tranchant. « On réclame souvent du sang neuf, et en même temps, il y a un climat de défiance face aux jeunes responsables. On se demande comment il ont pu en arriver là si rapidement. Ce sont des questions légitimes, mais assez contradictoire. Les jeunes ne sont pas plus aptes, mais il y a une notion d’inconscience et de spontanéité qui manque aujourd’hui aux plus matures » estime  Saïda Belaïd, conseillère municipale à Meudon, et soutien de Jeremy Coste.

L’intéressé assume avec auto-dérision cet atout ambivalent : « Le nouveau président a 39 ans. A priori dans la trentaine on est capables de faire des choses. Mais je fais plus jeune, ma mère est réunionnaise, et dans nos îles là-bas, souvent, on ne fait pas nos âges » sourit-il.

A ceux qui argueraient un manque d’expérience, Jeremy Coste a préparé sa réponse : « Je ne suis pas un nouveau en politique, et je l’assume. Justement la démarche que je défend en politique, c’est le fruit d’un parcours, de connaissances de terrain et de connexion avec les élus. Si demain on veut être efficaces très rapidement, il faut être en mesure de faire remonter les besoins identifiés sur le territoire au niveau national. » « Expérience et renouveau », le slogan de sa campagne résume l’idée. Entre équilibre et équilibrisme.

Emilie Salabelle

Les 17 candidats à la 10e circonscription des Hauts-de-Seine  (Boulogne-Billancourt-Sud (partie), Issy-les-Moulineaux,Vanves, Meudon (partie))
1 – Mme Laurence VIGUIÉ EXG
2 – M. Gérald DAHAN FI
3 – Mme Pauline COUVENT ECO
4 – M. Michel FOSSAERT ECO
5 – M. Stéphane CROS DIV
6 – M. Gabriel ATTAL REM
7 – M. Bertrand SOUBELET DIV
8 – M. Jeremy COSTE UDI
9 – M. Boris AMOROZ COM
10 – Mme Anne-Laure MALEYRE FN
11 – M. Thomas PUIJALON SOC
12 – M. Nicolas MOREAU DVG
13 – M. Messaoud ZAZOUN DIV
14 – Mme Philippine COUR DLF
15 – Mme Laurence LECOCQ DIV
16 – Mme Marie-Thérèse DRELON DIV
17 – Mme Anne-Violaine VIGNON DVD

Lire aussi : Le PS face à de nouveaux défis pris dans la vague du renouvellement : http://celsalab.fr/2017/05/30/le-ps-face-a-de-…u-renouvellement/

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *