Le Théâtre d’Aubervilliers : « nous n’allons pas pouvoir garder les migrants ici »

Le Théâtre de la Commune héberge entre vingt et quarante migrants sans-papiers depuis leur expulsion de leur squat, fin octobre. Mais la situation est provisoire. La directrice appelle les autres théâtres et les autorités à se mobiliser.

Les migrants sont une petite vingtaine à être regroupés derrière la directrice, dans le hall du Théâtre de la Commune à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis. Il est 11h30 en ce vendredi 4 novembre et la conférence de presse donnée pour faire le point sur leur situation commence juste.

Expulsés de leur squat le 26 octobre dernier, au 81 de l’avenue Victor Hugo, ils sont aujourd’hui entre 20 et 40 à dormir au Théâtre. Parmi eux, 21 sont dans l’attente de leurs papiers. « Pour l’instant, nous les hébergeons dans une petite salle, explique Marie-José Malis, la directrice du Théâtre. Cette situation est provisoire, mais nous avons senti qu’il était de notre devoir de les soutenir. Car nous les connaissons. Nous avons monté une pièce de théâtre avec eux l’année dernière. »

En mai 2015, le metteur en scène Olivier Coulon-Jablonka monte une pièce intitulée « 81 avenue Victor Hugo », en référence à la situation des 89 migrants du squat, alors réunis en collectif. Huit d’entre eux y participent en tant qu’acteurs. La pièce est créée au Théâtre de la Commune, puis programmée au Festival d’Avignon 2015 et au Festival d’Automne 2016 à Sartrouville dans les Yvelines (8 et 9 novembre) et à Brétigny-sur-Orge dans l’Essonne (15 novembre). Six des huit acteurs sont provisoirement hébergés au Parc de la Villette depuis l’expulsion.

« Je suis venue ici pour vous faire part de mon impuissance, déclare Marie-José Malis. Nous n’allons pas pouvoir garder les migrants ici. Nous allons devoir lancer un appel aux autres théâtres pour les inciter à les accueillir à leur tour. »

L’obsession des papiers

Les migrants écoutent la directrice, emmitouflés dans leurs manteaux et leurs bonnets, prêts à sortir une fois que la conférence sera finie. « Tous les jours, nous protestons à la mairie, sans succès, se désole Razak Guir-Abdou, un Ivoirien de 35 ans. Nous voulons nos papiers et un logement. »

Avant d’être remplacé en janvier 2016, le Préfet avait assuré que leur situation serait régularisée. Mais depuis l’arrivée de son successeur, elle s’est « dégradée ». La plupart des migrants, comme Ahmed Bouzouaelle, ont déposé leur dossier il y a treize mois. Ils sont depuis sans nouvelles. « On continue à travailler au noir pour notre liberté et notre dignité, explique Traoré Modibo, un Malien arrivé en France en 2009. Mais on n’a plus de force. »

La seule femme du groupe, enceinte de quatre mois, vient d’être transférée à l’hôpital, fatiguée de passer ses journées dans le froid, devant la mairie. Pour ces sans-papiers, obtenir un titre de séjour est une obsession.

« La nuit, personne n’arrive à dormir, confie Traoré Lamine, un autre Ivoirien, en France depuis 2013. Tout le monde pense aux papiers. On pense aussi à nos familles, restées au pays. J’ai une femme et un garçon en Afrique. Je reçois des nouvelles de temps en temps. »

Le Théâtre de la Commune sert d’interface entre les migrants et la préfecture. Il se veut un « point d’exemplarité », selon sa directrice. « Les autorités ont été émues par notre geste envers les clandestins. C’est grâce à cela que le ministère de la Culture a permis aux six acteurs d’être relogés. »

Les 21 dossiers déposés sont actuellement réexaminés à la préfecture. Parmi les migrants, certains ont reçu des promesses d’embauche, notamment de la part d’associations locales, d’entreprises locales et du Théâtre de la Commune. Tous espèrent être rapidement régularisés afin de pouvoir travailler de manière légale.

Charlotte Landru-Chandès

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *