A Stalingrad, les réfugiés contents de plier bagage

Un dispositif exceptionnel a été mis en place à 5h ce vendredi matin autour des presque 4000 réfugiés du camp de Stalingrad-Jaurès. Les forces de polices ont bouclé l’ensemble de la zone afin de procéder au démantèlement et à l’évacuation qui s’est déroulée dans le calme.

Les réfugiés attendent de monter dans les cars. Destination inconnue… Victor Bergeon

« Sit down… sit Down! » hurle un agent de police au mégaphone devant plusieurs centaines de migrants amassés sur l’Avenue de Flandres dans le nord-est de Paris. Les forces de l’ordre forment un cordon compacte et laissent passer les réfugiés au compte goutte vers les quelque quatre-vingts autocars qui ont défilé vendredi matin aux abords du camp.

Les 3 800 migrants de Stalingrad viennent de Syrie, d’Érythrée, d’Afghanistan et du Soudan. A l’aube ils ont été délogés de leur campement de fortune en vue d’une intégration dans des centres d’accueils de la région parisienne. Principalement des hommes adultes, un certain nombre de familles ont aussi été évacuées. Malgré la pluie et l’attente, ils sont nombreux à monter dans les cars avec le sourire. « J’ai passé trois semaines ici, je suis vraiment content de partir » explique un jeune afghan de 28 ans. Dans l’urgence, ils laissent parfois derrière eux vêtements et effets personnels.

Victor Bergeon

Un migrant est extirpé de la foule. il va rejoindre son bus qui l’emmènera dans un centre d’accueil de la région parisienne. Victor Bergeon

Près de 600 policiers étaient présents sur place depuis 5h du matin. L’évacuation du camp s’est globalement déroulée dans le calme. Le boulevard de Flandres et les abords des stations Jaurès et Stalingrad ont été fermées jusqu’en début d’après midi.
Des associations étaient aussi sur place pour replier les tentes après le départ des migrants : « Tout ce qui reste sur la voie sera détruit par les équipes de nettoyage. On récupère le maximum pour les prochains arrivants » explique une bénévole.

Le démantèlement de ce camp a été tenté à plusieurs reprises au cours de ces derniers mois, mais jamais l’évacuation n’a été réalisée dans une telle ampleur. Une fois les réfugiés partis, les équipes de nettoyage s’appliquent à nettoyer les zones évacuées.

Les commerçants du quartier se disent satisfait du démantèlement du camp même si certains admettent s’inquiéter de nouvelles arrivées: « Le camp a été évacué à plusieurs reprises, mais les migrants reviennent » explique Lounès gérant du café Côté Canal. « Qu’il parte de ce camp c’est une bonne chose » explique Eric, un riverain, « mais il faut espérer qu’il soit encadrés dans de bonnes structures, pérennes, avec des gens compétents pour les accompagner ». Difficile aujourd’hui de savoir avec certitude quel sera l’avenir de ces réfugiés.

 

Pour plus de photos: http://celsalab.fr/2016/11/04/le-camp-de-stalingrad-demantele/

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *