Secrétariat d’État à l’Aide aux victimes: un guichet unique en ligne de mire

L’Élysée a annoncé jeudi un remaniement. Grande nouveauté de ce gouvernement, le secrétariat d’État à l’Aide aux victimes. Pourquoi a-t-il été créé ? A quoi sert-il ? Le CelsaLab fait le point.

Juliette Médeal, ancienne porte-parole du PS, a été nommée Secrétaire d'Etat à l'aide aux victimes. JEAN-PIERRE MULLER / AFP

Juliette Médeal, ancienne porte-parole du PS, a été nommée Secrétaire d’Etat à l’aide aux victimes. JEAN-PIERRE MULLER / AFP

« Ça faisait partie de nos demandes depuis longtemps », se félicite la fédération nationale d’aide aux victimes et de médiation après l’annonce, jeudi, par l’Élysée de la création d’un secrétariat d’État à l’Aide aux victimes. Rattaché directement à Matignon, il est placé sous l’autorité de Juliette Méadel, ancienne porte-parole du PS. « Ça montre que la question est importante », rajoute l’association. « Ça va permettre une coordination du dispositif d’aide aux victimes, l’idée étant d’avoir un fonctionnement transversal au plus haut niveau de l’État. »

Un secrétariat pour toutes les victimes

Consciente que les attentats de Charlie Hebdo et du 13 novembre ont été le catalyseur de cette initiative, elle rappelle que les victimes des attentats représentent une partie infime des personnes concernées. « Les attentats ont sans doute été un épiphénomène qui a permis de cristalliser les besoins d’une articulation de l’aide aux victimes. Mais il faut bien se rendre compte qu’il y a beaucoup plus de personnes victimes au quotidien qui vont bénéficier de ce secrétariat. »

Si Matignon reconnait, dans un article de l’AFP, qu’il marque la « volonté du gouvernement, face à des évènements graves faisant un grand nombre de victimes, d’assurer une coordination encore plus étroite de services relevant de différents ministères« , il souligne que le secrétariat est créé pour bénéficier à toutes les victimes.

Jusqu’ici, les associations signaient des conventions avec l’ensemble des ministères, ce qui avait pour effet de multiplier les interlocuteurs. Un dispositif dont les associations dénonçaient la complexité. Désormais, la coordination sera prise en charge par ce nouveau secrétariat d’État. Une simplification saluée. « Sur le principe, c’est un très bon signe. Mais on ne criera victoire que si cela fonctionne sur le long terme. Il faut que ce secrétariat perdure, qu’il ne soit pas éphémère« , met en garde l’association françaises des victimes de terrorisme.

Un précédent en 2004

Un tel secrétariat avait déjà vu le jour en mars 2004. Suite à la canicule qui avait fait plus 15 000 morts en France, la droite, alors au pouvoir, avait décidé de sa création avant de le faire disparaitre un an plus tard.

À l’époque, Nicole Guedj, qui était à sa tête, était chargée « de veiller à l’adaptation des dispositions permettant d’assurer le respect des droits des personnes victimes […]. Elle conçoit et met en œuvre les actions d’information et de soutien aux victimes et assure l’animation et la coordination des relations avec les associations de victimes, les associations d’aide aux victimes et toute autorité ou organisme œuvrant en ce domaine, en particulier le Conseil national de l’aide aux victimes », selon le Journal Officiel du 30 avril 2004.

Elle avait notamment permis la simplification de l’indemnisation des victimes d’infractions pénales, une meilleure information des victimes et une coopération internationale en matière d’aides.

 

Victoire Haffreingue-Moulart

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *