Élections européennes : « Pas d’enthousiasme particulier » à Neuilly-sur-Seine

A Neuilly-sur-Seine, les taux de participation sont entre 5 et 10% au dessus de la moyenne nationale./ Thomas Coulom
À J-6  du dimanche de vote des élections européennes en France, comment le scrutin se prépare-t-il dans les mairies ? Nous avons posé trois questions à Anthony Berget, directeur de la citoyenneté et du service des élections de la ville de Neuilly-sur-Seine.

À l’approche des élections, comment s’organise-t-on dans les services de la mairie ?

On s’occupe à plein temps des élections car il y a donc un grand nombre de tâches à accomplir. En ce moment, on reçoit les bulletins de vote. Auparavant il a fallu organiser la gestion des bureaux de vote. Les présidents sont désignés principalement parmi les élus de la ville, mais il y a aussi les assesseurs à désigner ainsi que des agents municipaux, qui sont extérieurs au service des élections, mais qui viennent prêter main forte aux élus  pendant le dimanche des élections. Il y a également toute une logistique à assurer, prenez par exemple toutes les personnes qui passent la journée aux bureaux de vote, ils ont besoin de manger. Il y a toute la logistique d’affichage, de livraison de bulletins aussi.
Les panneaux sont mis en place dès le début de la campagne. L’affichage a été réalisé en partie mais comme on est sur une élection avec beaucoup de listes tous les candidats n’ont pas forcément les moyens d’imprimer suffisamment d’affiches ou n’ont pas nécessairement les militants disponibles pour le collage. C’est pour ça que vous verrez finalement assez peu d’affiches sur les panneaux. Aujourd’hui quasiment toute la logistique est lancée en fait. On attend maintenant le dimanche.

Les élections européennes intéressent-elles vos concitoyens ?

Personnellement je ne considère pas que ce soient les élections les plus importantes, le parlement européen a acquis de nouvelles compétences certes, mais on reste sur un organe qui n’a pas le même pouvoir législatif qu’une assemblée ou un parlement national.
Autour de moi je ressens plutôt une désaffection grandissante pour le projet européen. Même chez les plus jeunes chez qui on ressentait plus de ferveur auparavant.

Je ne ressens pas forcément d’enthousiasme particulier y compris au niveau municipal.

Finalement il n’y a pas beaucoup plus de listes que lors des élections européennes précédentes. On est toujours sur une trentaine. Par rapport à une élection présidentielle, ou législative, on sent qu’il y a moins d’enjeux. Ça galvanise moins qu’une élection locale aussi, faute d’enjeux de proximité. On sent que ça rassemble moins. On a enregistré moins de demandes de procurations par exemple. L’année prochaine, pour les municipales, on en aura beaucoup plus.

Finalement, les élections européennes mobilisent-elles beaucoup de moyens pour pas grand-chose ?

En effet, le nombre de listes qui se présentent aux élections complique la tâche des organisateurs. 34 listes c’est autant de bulletins de votes, d’affiches, de programmes et de complications dans les bureaux de vote. Ça demande beaucoup de moyens. Je pense que beaucoup de personnes sont assez éloignés des institutions de Bruxelles. Dans l’esprit des citoyens français on reste sur une machine assez largement technocratique, avec un fonctionnement assez difficile à distinguer. La répartition des rôles des institutions restent flous pour la plupart des citoyens. Cette difficulté que les citoyens ont à saisir les enjeux de l’élection fait qu’on observe une dissonance entre les moyens mis en place et les taux de participation. A Neuilly-sur-Seine, on a environ 40 bureaux de votes pour accueillir 1000 électeurs par bureaux. Pour les 60.000 habitants de Neuilly, c’est une grosse logistique à mettre en place en effet. 500 personnes interviennent d’une manière ou d’une autre sur l’organisation du dimanche des élections. 300 personnes rien que pour les bénévoles et environ 120 agents municipaux. C’est une machine importante, pour toutes les communes de France même si nos organisations diffèrent.

Thomas Coulom

Le projet de réforme de la Ligue des Champions divise en Europe

Mardi 14 mai, l’UEFA débat à nouveau de son projet de réforme de la Ligue des Champions lors d’une réunion organisée à son siège, à Nyon en Suisse. Présenté il y a une semaine, le projet de refonte de la plus grande compétition européenne suscite un fort mécontentement auprès de la majorité des clubs en Europe.

Les grandes soirées européennes pourraient connaître d’importants changements. / Crédit : Pixabay

Ils étaient près de 250 clubs à s’être rassemblés à Madrid mardi dernier pour protester contre la réforme de la Ligue des Champions souhaitée par l’UEFA. Mais que changerait exactement cette réforme pour la C1 ?

Selon les dernières informations, il serait question d’instaurer à partir de la saison 2024 quatre groupes composés de huit équipes (contre huit groupes de quatre équipes actuellement) ainsi qu’un système de promotion-relégation pour la phase de poules de la compétition. Dans cette nouvelle version de la Ligue des Champions, les cinq meilleures équipes de chaque groupe seraient directement qualifiées pour l’édition suivante, sans que leur classement en championnat n’entre en compte. La possibilité de faire jouer des matchs le week-end semble, quant à elle, avoir été écartée par l’UEFA, au grand soulagement des clubs européens qui craignaient que cette mesure ne menace davantage l’attractivité de leurs championnats respectifs.

Favorable aux plus grosses écuries européennes, ce projet de ligue « fermée » est notamment encouragée par l’Association européenne des clubs (ECA). « Aucune décision n’a été prise. Jusqu’ici, ce ne sont que des idées et des opinions », a néanmoins tempéré Aleksander Ceferin, le président de l’UEFA.

Désaccords entre les grands et petits clubs

En France, la Ligue de football professionnel (LFP) a « exprimé sa plus vive inquiétude sur ce projet qui menace l’équilibre compétitif et économique des championnats nationaux ». Elle souhaite également convoquer début mai « une assemblée générale exceptionnelle de la LFP pour établir une position officielle des clubs et des acteurs du football professionnel français sur ce projet de réforme ». De tous les clubs de Ligue 1, seul le PSG semble favorable à ce projet de réforme.

La Premier League anglaise a également exprimé son désaccord avec le projet de l’UEFA, qui pourrait aller à l’encontre de ses intérêts économiques. En Espagne, le clivage entre les grands clubs et les autres est plus marqué. Les deux institutions majeures que sont le FC Barcelone et le Real Madrid soutiennent la réforme, tandis que des clubs plus modestes mais susceptibles de participer à la Ligue des Champions comme Séville et Valence y sont opposés. Le président de la Liga espagnole, Javier Tebas, s’est également dressé contre le projet.

L’association des ligues de football professionnel européennes a elle défendu les « valeurs de base » du « modèle sportif européen » , citant le mérite sportif, la structure pyramidale et la « primauté » des championnats nationaux. Elle a par ailleurs rencontré les responsables de l’UEFA et de l’ECA le 8 mai pour faire le point sur l’évolution du football européen au-delà de 2024. « Nous voulons absolument protéger nos matchs du week-end consacrés aux matchs de championnat, car nous devons protéger la santé de nos ligues et donc de tous nos clubs », a déclaré à l’AFP Alberto Colombo, porte-parole des European Leagues.

Valentin Berg

Roundup : Bayer condamné à verser plus de deux milliards de dollars à un couple californien

Le 26 avril, les actionnaires de Bayer ont voter contre la direction du groupe / Credit: Mike Mozart – Flickr – Creative Commons
C’est le troisième jugement d’affilée que perd Bayer aux États-Unis dans le dossier de l’herbicide controversé. La firme a immédiatement annoncé faire appel du verdict de la cour supérieure d’Oakland

Le jury a estimé que l’exposition au Roundup, produit commercialisé par Monsanto qui appartient désormais au groupe Bayer et dont la substance active est le glyphosate, aurait causé le cancer de Alberta Pilliod et de son mari Alva, deux septuagénaires américains atteints d’un lymphome. La cour reproche à la multinationale d’avoir failli à l’obligation de prévenir du grave danger que représenterait le désherbant pour la santé. Le jury a également reconnu que « Monsanto avait agi avec malveillance, oppression ou fraude et devait être puni pour son comportement », souligne la firme « Baum, Aristei & Goldman », l’un des cabinets qui défend le couple. Le jury a ordonné le versement de deux milliards de dollars de dommages compensatoires et plus de 50 millions de dommages punitifs au couple Pilliod.

Bayer dans la tourmente

Ce nouveau revers judiciaire aux États-Unis intervient un an après le rachat de Monsanto, spécialiste des désherbants et semences OGM, par l’industriel allemand Bayer pour 63 milliards de dollards. Le procès du couple Pilliod contre Monsanto s’est ouvert fin mars, quelques jours après la condamnation du groupe à verser 80 millions de dollars à un septuagénaire pour les mêmes raisons. En août 2018, Monsanto avait déjà dû verser 78 millions de dollars à un jardinier atteint d’un cancer, qu’il attribue à son utilisation prolongée du Roundup dans le cadre de son métier.

Aujourd’hui, le groupe est confronté à plus de 13.400 procédures similaires aux États-Unis. Il a vu sa capitalisation boursière dégringoler de 45% depuis le rachat du groupe américain. Mais Bayer persiste et écarte tout lien entre ces cancers et son produit. En 2015, le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), une institution qui dépend de l’OMS, avait pourtant considéré que le glyphosate était « probablement cancérigène ».

Une situation différente en Europe

De son côté, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) n’ont pas reconnu à ce jour le Roundup comme dangereux. Par ailleurs en France, une étude sanitaire, réalisée par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques, fait débat. Pour cause, les déclarations de Pierre Médevieille, vice-président de l’Office qui estime que le « climat d’hystérie » autour du produit est une « névrose française ».

 

L’étude sera rendue publique le 16 mai.

 

Thomas Coulom

 

Lire aussi : http://celsalab.fr/2019/05/13/une-etude-sanitaire-juge-le-glyphosate-moins-cancerogene-que-la-charcuterie/

Lire aussi : http://celsalab.fr/2019/05/13/le-fichage-de-personnalites-par-monsanto-concernerait-probablement-dautres-pays/

Européennes : tout ce qu’il faut savoir sur le temps de parole accordé aux candidats

Le CSA (Conseil de l’Audiovisuel) a officiellement ouvert la période de campagne électorale pour les élections européennes dans les médias audiovisuels. Cette période s’étalera de ce lundi 13 mai jusqu’au 24 mai. Pour ce scrutin il applique pour la première fois les dispositions de la loi du 25 juin 2018. Celles-ci modifient les règles de la campagne audiovisuelle.

La période de campagne électorale pour les élections européennes a été lancée lundi. / Capture d’écran

Alors que la campagne électorale pour les élections a officiellement été lancée, les dispositions concernant le temps de parole accordé aux candidats sont floues. Pour comprendre, le Celsalab détaille les questions qui se posent.

  • Comment ça se passait avant ?

En 2014 les partis qui étaient représentés à l’Assemblée nationale ou au Sénat se répartissaient deux heures de temps de parole contre une heure pour les formations non-représentées au Parlement. Ces derniers disposaient chacun d’à peine cinq minutes.

 

  • Et maintenant ?

Cette année ce sont 312 minutes de temps d’antenne qui sont découpées en trois « fractions ».

Les formations disposeront chacune de 3 minutes de temps d’antenne, soit 102 minutes réparties entre les 34 listes. Ces 3 minutes seront découpées en deux spots publicitaires d’une minute trente. C’est le minimum accordé à tous les partis.

La deuxième fraction attribue 120 minutes d’antenne à répartir entre les listes enregistrées « au prorata du nombre de députés, de sénateurs et de représentants des élus en France au Parlement européen ayant déclaré les soutenir », selon le CSA. Sénateurs, députés et eurodéputés ont été sollicités par les bureaux du Sénat et de l’Assemblée pour savoir derrière quelle tête de liste ils se rangeaient. Les deux heures sont ainsi réparties entre les listes en fonction des soutiens obtenus. Ainsi LREM/MoDem disposent de 55 minutes. En revanche la France Insoumise, arrivée quatrième à la dernière élection présidentielle obtient 4 minutes et 28 secondes.

Enfin, pour ne pas léser les partis ayant une faible représentativité, le CSA a mis à disposition 90 minutes de « correction ». Celles-ci se fondent sur les intentions de vote et la participation des listes dans le débat public. Le Rassemblement National aura donc droit à 42 minutes.

  • Qu’en est-il de la parole présidentielle ?

Les chaines de l’audiovisuel vont devoir suivre certaines règles qui s’appliqueront aussi aux futures allocutions du président de la République Emmanuel Macron. Avant la réforme, l’exécutif et les membres du gouvernement disposaient d’un tiers du temps de parole à la télévision et la radio. Les autres listes se répartissaient les deux-tiers restant, en fonction de leur représentativité. Dorénavant les discours du Président seront également pris en compte dans le temps de parole de LREM/ MoDem, s’il est question d’Europe.

  • Pourquoi ce changement ?

En 2017, à deux semaines du scrutin des législatives, le parti du nouveau président Emmanuel Macron conteste les douze minutes qui lui sont accordées par le CSA. Ce temps d’antenne est prévu par l’article 167-1 du code électoral concernant les partis non-représentés par un groupe parlementaire à l’Assemblée. Le Conseil constitutionnel lui donne raison et oblige le législateur à modifier la loi.

Eva Mbengue