Fin de la trêve hivernale : trois questions à Rachid El Assaoui, travailleur social au Secours islamique France

Alors que la fin de la trêve hivernale débute aujourd’hui, Rachid El Assaoui s’attend à voir des « nouveaux pauvres ». 

 

Rachid El Assaoui est travailleur social au Secours islamique. Il est spécialisé sur le département de Seine-Saint-Denis (93). © DR

Comment analysez-vous la fin de la trêve hivernale ? 

Beaucoup de monde n’aura plus de logement. Plus ça va aller, plus on aura des personnes dans la rue. Dans un premier temps, il n’y avait que des hommes. Là, on va avoir des femmes et même des familles. On rencontre des personnes qui perdent leur travail, et qui se retrouvent du jour au lendemain dans la rue. Je les appelle les nouveaux pauvres.

Comment vous organisez-vous au Secours islamique ? 

On a mis en place trois maraudes alimentaires en plus des trois maraudes sociales que nous faisons habituellement. On fait aussi des distributions de colis alimentaires deux vendredis par mois, et on les a élargi aux étudiants de l’université Paris 8 (Seine-Saint-Denis) depuis le mois de mars.

Les jeunes font donc partie de ces « nouveaux pauvres » …

Oui. Avant on n’avait pas affaire à des étudiants. La plupart d’entre-eux viennent de l’étranger, ils n’ont pas accès aux bourses. Un jeune qui vivait encore chez sa mère a perdu son boulot dans la restauration. Sa mère touchait seulement le RSA, et elle ne pouvait plus le gérer. Il a dû partir, et il s’est retrouvé à la rue. Au 115, il n’y a plus de choses de faites pour les enfants en bas âge.

Baptiste FARGE

PORTRAIT – Stage de fin d’études, les embûches du confinement

La crise sanitaire du coronavirus qui a conduit au confinement des Français provoque des situations délicates dans les cursus universitaires. Confiné près de Lorient, Nicolas Licari en dernière année de Master tente de décrocher un stage de fin d’études, indispensable pour valider sa formation et obtenir son diplôme.

Nicolas Licari (Crédits : L.D.)

Tee-shirt bleu marine et jean sombre, les 26 ans tout juste fêtés, Nicolas Licari, étudiant, cultive l’allure d’un garçon fougueux mais soucieux de son avenir. La discussion se tient sur la terrasse de la maison familiale, café et cigarettes sur le teck fané de la table du salon de jardin.

« Il me restait un mois et demi de cours suivi d’un stage de fin d’études et en décembre, après la remise des diplômes, je devais faire mon entrée dans le monde du travail. Aujourd’hui c’est difficile de se projeter. »

Avec la pandémie du coronavirus et l’annonce du confinement, tous les calendriers ont été bouleversés. Une situation angoissante et inédite où étudiants, écoles et entreprises naviguent à vue.

Un climat d’incertitudes

 « L’école a très vite réagi. Dès le lundi qui a suivi le confinement nous avions cours à distance via Teams ou Zoom. Pour ceux n’ayant pas internet chez eux, les cours sont enregistrés pour permettre le revisionnage », souligne l’étudiant. Si les enseignements théoriques devraient bien se terminer dans les temps, pour valider son cursus en finance de marché et investissement, Nicolas doit réaliser un stage de 4 à 6 mois en entreprise et là cela s’annonce plus compliqué.

« J’avais anticipé en postulant à plusieurs offres d’emploi. La semaine précédant l’annonce du confinement, j’avais eu trois entretiens dans trois entreprises différentes, pour moi c’était gagné. »

Mais la mise à l’arrêt d’une grande partie du pays et le manque de visibilité concernant l’après-Covid-19 a conduit de nombreuses entreprises à suspendre leur activité et de fait, les processus de recrutement, provoquant ainsi l’inquiétude de beaucoup d’étudiants. « Le mardi après-midi, un recruteur m’a rappelé pour me prévenir qu’ils annulaient tous les recrutements ne sachant pas vers quoi ils avançaient eux-mêmes… et je les comprends, difficile de prendre des stagiaires quand on ferme boutique ou qu’on licencie », explique Nicolas.

Élargir ses recherches à d’autres métiers dans son domaine d’études ? L’étudiant espère encore pouvoir l’éviter : « Un stage de fin d’études détermine aussi notre avenir, ça débouche souvent sur un CDI et je n’ai pas envie de revoir à la baisse mes exigences et attentes ».

Si Nicolas ne privilégie pas cette solution, certains de ses camarades de promotion s’y sont déjà « résignés » : « lls ont postulé en marketing ou en audit, des postes pour lesquels on a été formés mais qui ne sont pas ceux que j’espérais en choisissant une spécialité en finance de marché. » 

Différer les remboursements de prêts

Face à ce véritable casse-tête, son école de commerce Skema, a décidé de décaler ces stages pour permettre aux étudiants de réaliser cette expérience professionnelle déterminante dans leur formation. « Un moindre mal », pour Nicolas, « mais ce n’est pas la solution ». Comme d’autres étudiants, la question financière est un enjeu de taille.

« Pour financer mes études, j’ai contracté un prêt auprès d’une banque. Les premiers remboursements étaient prévus début juin. Sans garantie d’avoir un stage d’ici là, impossible de verser 800 euros tous les mois. »

Alors que le gouvernement planche sur un plan d’aide pour les étudiants et apprentis, plusieurs banques proposent d’ores et déjà des reports mais aussi de nouvelles offres de prêts à destination des étudiants. Nicolas s’est donc tourné vers la sienne afin de différer le remboursement de son prêt « qui est reporté à février 2021 », ajoute-t-il.

« Tout n’est qu’une question de timing »

Oser ou ne pas oser contacter les recruteurs, la question reste entière. Pendant le confinement, trouver le bon moment, le bon phrasé pour continuer malgré tout à candidater n’est pas chose aisée.

« Il faut réussir à exprimer que l’on a conscience de la gravité de la situation et du manque de visibilité qu’elle engendre pour les entreprises, tout en essayant de susciter l’intérêt auprès des recruteurs, on marche sur des œufs dans chacun de nos mails. »

Postuler à de nouvelles offres mais aussi « relancer d’anciennes pistes », poursuit Nicolas. « Le responsable du recrutement de l’un des postes pour lequel j’avais été retenu avant le confinement, m’a indiqué par mail que le processus était suspendu. Il espérait une reprise fin mai et m’a encouragé à le solliciter si j’étais toujours intéressé », ajoute l’étudiant.

Nicolas guette donc d’un œil inquiet et impatient le moment du déconfinement. « Désormais tout n’est qu’une question de timing. Alors qu’on est habituellement les seuls à rechercher des stages pour la période mai-septembre, là on va se retrouver en concurrence avec le reste des écoles sur un laps de temps très court… les places vont être chères », regrette-t-il.

Maintien de la date de délivrance des diplômes pour ne pas pénaliser

Un timing d’autant plus angoissant qu’il conditionne l’arrivée des étudiants sur le marché de l’emploi.

« Arrivé en cinquième année d’études, je n’imaginais pas devoir reporter mon entrée dans le monde professionnel. Quelques mois de plus, ça peut paraître dérisoire mais mentalement c’est un vrai coup dur. »

Pour limiter autant que possible le décalage de la formation lourd de conséquences, le directeur du Master de finance de marché et investissement à Skema a décidé de maintenir la délivrance des diplômes à décembre 2020. Le responsable de la formation a indiqué que les jurys se tiendront à la date initialement prévue, même si les stages ne sont pas terminés, afin de faciliter la transition des étudiants vers de possible propositions d’emploi.

La directrice générale de Skema Business School, Alice Guilhon, avec deux autres dirigeants d’école de management, a quant à elle signé une tribune pour une relance des contrats de stage et d’alternance dès la fin du confinement. « L’école se veut rassurante et essaye d’être vraiment disponible pour répondre à nos interrogations, mais les incertitudes sont trop nombreuses pour pouvoir se projeter dans l’avenir sereinement », soupire Nicolas.

 

Léa Deschateaux

Étudiant et entrepreneur : les institutions misent sur ce duo gagnant

Les espaces de coworking sont très appréciés par les jeunes entrepreneurs. Crédits : Rubiyj
Les espaces de coworking sont très appréciés par les jeunes entrepreneurs. Crédits : Rubiyj

Depuis 2014, le statut d’“étudiant-entrepreneur’’ soutien les envies d’innovation des jeunes étudiants. Pendant ou juste après leur diplôme, ils peuvent recevoir une aide précieuse, sous forme d’avantages économiques, de locaux adaptés et d’un entourage bien informé.

Les droits des étudiants mais un réseau professionnel. C’est la promesse de ce statut particulier : “étudiant-entrepreneur”. Comme son nom ne l’indique pas vraiment, le diplôme est ouvert aux étudiants, mais aussi aux jeunes diplômés. La seule condition est d’être détenteur d’un baccalauréat ou de son équivalent. Pour les jeunes qui suivent encore des cours dans une école ou une faculté, le statut permet de bénéficier d’un aménagement de l’emploi du temps et surtout, le temps passé à la création d’une nouvelle entreprise remplace le stage. Pour les diplômés pouvant les demander, c’est l’assurance de maintenir leurs droits auprès de Pôle emploi pendant la création. Pour tous, c’est la promesse d’une sécurité sociale moins lourde, d’un accompagnement, une aide à la recherche de financements, le soutien d’un réseau.

Enfin, le statut permet également l’accès aux PEPITE. Ces Pôles Etudiants pour l’Innovation, le Transfert et l’Entrepreneuriat sont un ensemble d’espaces de coworking adaptés aux besoins des jeunes entrepreneurs. Les 29 centres PEPITE sont présents un peu partout en France (dont l’île Maurice et la Guadeloupe). Ils permettent un accès à des ressources numériques et favorisent le ‘’réseautage’’.

 

Ce sont ces structures qui examinent les demandes de statut ‘’étudiant-entrepreneur’’. Sur quels critères ? Qualité et réalité du projet, mais aussi motivation du porteur de projet lui-même. Pour l’année 2016-2017, 1 427 étudiant-entrepreneurs étaient soutenus par les PEPITE. Cela représente une augmentation de plus 40% par rapport à l’année précédente. Leur moyenne d’âge ? 23 ans.

Rester étudiants, devenir professionnel

Ce statut est unique en Europe. Mis en place en 2014 par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, il vise à soutenir les projets innovants des jeunes. Le diplôme d’“étudiant-entrepreneur” ou D2E doit permettre aux jeunes d’entreprendre le plus tôt possible s’ils le souhaitent. Tout en bénéficiant des avantages du statut d’étudiant. En France, une carte d’étudiant ouvre l’accès aux bibliothèques, des réductions pour les sorties culturelles, aux bourses et surtout à une sécurité sociale spécifique et avantageuse, calculée en fonction des revenus. Ces deux derniers avantages pécuniaires, sont réservés aux moins de 28 ans. Le statut leur est donc plus spécifiquement dédié. “Peu de nos étudiants ont le statut d’étudiant-entrepreneurs”, témoigne Carole Lahbabi, Responsable de la sensibilisation de l’Entrepreneuriat à HEC Paris “Mais ils sont plus nombreux à choisir d’en bénéficier lorsqu’ils finissent leurs études ou intègrent l’incubateur HEC. Cela leur permet d’avoir le temps de se retourner et de lancer leur projet.” Comme la plupart des écoles de commerce, HEC dédie un espace à l’entrepreneuriat au sein de ses locaux.

Ce statut d’étudiant permet de contrer un inconvénient majeur. “Beaucoup d’entrepreneurs autour de moi, se sont lancé plus tard et ils touchent le chômage pendant deux ans. C’est une chance pour eux. Moi, j’ai débuté mon entreprise pendant que j’étais à l’Edhec donc je n’ai pas bénéficié de ces revenus. Si ça foire, ça foire. Et je n’aurais plus rien”, explique Solène de Labordier, créatrice de L’atelier de Solène. Lorsqu’il se lance après un premier travail, l’étudiant est autorisé à toucher les allocations chômage pendant deux ans. Cela lui permet une source de revenu complémentaire à celle de son entreprise débutante. L’étudiant, lui paye moins d’autres charges, ce qui permet de créer une sorte d’équilibre.

Le nombre de demandes du statut d'étudiant entrepreneur augmente chaque année depuis sa création.
Depuis sa création en 2014, le D2E voit le nombre de candidatures pratiquement doubler chaque année. Source : Les Echos

Le coworking, clef du succès

Les écoles souhaitent valoriser les avantages que l’on peut avoir à créer une start-up sur leurs bancs, notamment grâce à ce statut. Nombre d’entre elles proposent une série de partenariats et parfois un incubateur. Elles complètent ainsi l’offre des PEPITE. Quel que soit leur choix, les élèves qui se lancent dans l’aventure trouvent des locaux pour travailler, l’accès à des Fablabs, mais aussi des interlocuteurs pour les aider à finaliser le projet.

Nicolas Drouault, 25 ans, a commencé à monter une entreprise de Street food Canard Street à sa sortie de l’EDHEC (voir ici les systèmes mis en place par l’EDHEC pour inciter à l’entrepreneuriat). Avec un ami issu de la même promotion,  il s’est tout naturellement dirigé vers l’incubateur de Lille, lié à son ancienne école. Il a proposé son dossier et a été sélectionné. “Financièrement, nous n’avons rien reçu, mais on nous prête un bureau. Des locaux, une adresse avec une imprimante et tout ce qu’il nous faut. Et ça, ça nous fait économiser de l’argent”, explique le jeune homme.

Du business plan à “comment bien embaucher”, le fait de pouvoir se confier à des personnes ayant eu la même expérience est toujours un avantage. Tous les espaces de coworking dédiés aux étudiant-entrepreneurs en ont pris conscience. Ces lieux sont donc pensés pour devenir un outil de lutte contre la solitude des entrepreneurs. Même – surtout – lorsqu’il s’agit d’un projet personnel, il est important de ne pas rester isolé, au bout du téléphone, en prenant seul toutes les décisions.

Soutenir la création à tout prix

Pour les aider à décoller, de nombreux prix sont décernés spécifiquement aux start-ups étudiantes. L’an passé, Nicolas Drouault a remporté  le grand prix des jeunes créateurs de commerce. Depuis 2014, Unibail-Rodamco organise annuellement un concours pour récompenser les meilleures start-ups des jeunes créateurs de commerce. Un moyen pour le groupe du CAC 40 d’inciter les jeunes à la prise de risque entrepreneuriale.  Le grand prix ? Un million d’euros   sous forme de dotation. “Cette année y a eu deux finalistes, nous et Laboté, et nous avons donc reçu seulement la moitié. Avec cet argent, on devrait pouvoir ouvrir un nouveau restaurant sur Paris.”

En plus de la dotation, un prix est l’occasion d’être repéré par des financeurs. Ce qui explique leur prolifération. Le Prix PEPITE Tremplin par exemple, a récompensé 53 projets de start-ups innovantes en 2017, sur 150 nominés. Les trois premiers lauréats ont chacun reçu une dotation de 20 000 euros. En plus de cela, de nombreuses écoles, universités et régions ont leur propre concours.

Chaque année depuis sa création en 2014, le nombre de demandeurs du statut d’étudiant-entrepreneur double. Entre le début du projet et 2016, ils étaient plus de 2000 diplômés. Pourtant, les acteurs du milieu estiment que ce système est encore mal connu du public, et espère que cette croissance impressionnante ne soit qu’un début.

Louise Boutard

 

A lire aussi sur Celsalab :

Créer sa propre entreprise, une entrée dans le monde du travail de plus en plus populaire chez les jeunes

Le PSL-Lab, un lieu chaleureux où les start-ups des jeunes prennent leur envol

Nicolas Rohr, des chaussures responsables qui marchent depuis dix ans

Le mouvement politique Sens Commun a désormais son association étudiante à Sciences Po

Entrée secondaire du bâtiment de Sciences Po, rue Saint-Guillaume dans le VIIe arrondissement de Paris
Entrée secondaire du bâtiment de Sciences Po, rue Saint-Guillaume dans le VIIe arrondissement de Paris. (Crédits : Parimal Satyal)

Le mouvement politique issu de la Manif pour Tous a son groupement étudiant au sein de la célèbre école parisienne depuis lundi. Pour la majeure partie des étudiants et du personnel, toute tentative pour limiter l’expression de ce groupe est vaine.

A midi, les étudiants sont nombreux devant l’entrée de Sciences Po. Devant cette grande école, par laquelle sont passées de nombreuses personnalités politiques et médiatiques, la même nouvelle est sur toutes les lèvres :  L’association Sens Commun – Sciences Po a été acceptée lundi 9 octobre comme association étudiante. Auparavant simple « initiative étudiante », le groupe a réussi à recueillir les 120 voix nécessaires parmi les étudiants, qui votent chaque année pour les mouvements qu’ils souhaitent voir se pérenniser. Le mouvement politique issu de la Manif pour Tous représentait le noyau dur des partisans de François Fillon lors de la campagne pour l’élection présidentielle. L’interdiction de la PMA (Procréation Médicalement Assistée), l’interdiction de l’adoption pour les couples de même sexe et l’annulation de la loi sur le mariage pour tous figurent parmi leurs principaux combats.

Pour un petit groupe d’étudiants en première année, le débat sur cette nouvelle n’a pas lieu d’être. « Bon, en vrai, tout ça c’était ridicule. Ils ont leur association, et c’est bien, ça va susciter le débat. C’était nul d’en faire tout un plat », affirme Juliette, 23 ans, étudiante en Affaires Européennes. 

Flore a 24 ans et suit une préparation pour les concours de la fonction publique. Elle accuse certains étudiants d’avoir fait beaucoup de bruit pour rien contre le groupe Sens Commun – Sciences Po :  » Je ne suis pas contre Sens Commun dans notre école parce que c’est un lieu de débat et de démocratie. On ne peut pas leur retirer la liberté d’association et d’expression juste parce que l’on ne cautionne pas leurs opinions « .

« Il ne faut juste pas que ça tourne mal, avec des discours de haine « , précise Anthony, 23 ans, qui étudie en Affaires Publiques. Inutile également d’essayer de dissoudre le mouvement :  » la procédure du vote a été respectée, il n’y a rien à dire. Les étudiants ont choisi, et il faut respecter ce choix « .

Interrogé à ce sujet par la télévision de Sciences Po, le directeur de l’école Frédéric Mion a affirmé que l’existence de Sens Commun en tant qu’association étudiante était parfaitement justifié.

 L’arrivée de Sens Commun fait suite à celle d’un groupement Front national au sein de l’école il y a quelques années. L’an dernier, l’annulation de la venue de Florian Philippot pour une conférence par un petit groupe d’élèves avait divisée les étudiants.

L’implantation réussie de Sens Commun

Pour les membres de l’association, c’est une véritable victoire : Ils ont partagé sur les réseaux sociaux leur joie d’avoir été reconnus, notamment dans un post Facebook :

Publication sur la page Facebook de l'association Sens Commun- SciencesPo

De nombreux étudiants avaient fait part de leur mécontentement dans des tweets à l’annonce de la nouvelle. D’autres associations de l’école de la rue Saint-Guillaume ont rédigé un communiqué également signé par le syndicat étudiant Unef pour alerter les élèves et l’administration sur les positions prises par le parti politique Sens Commun : « la présentation de Sens Commun sur le site des initiatives étudiantes n’est qu’un subterfuge visant à donner une plateforme légitime aux discours homophobes au sein de notre école », peut-on lire sur le document.

Le mouvement politique Sens Commun s’implante petit à petit dans le milieu universitaire. Des sections existent déjà à Sciences Po Bordeaux, l’université de Rennes 1 et  les universités de Paris-Dauphine et Panthéon-Assas (Paris 2).

Asmaa Boussaha