Ophtalmo : à Levallois, il faut être patient pour avoir un RDV

Le délai d’attente moyen pour obtenir un rendez-vous chez l’ophtalmologue a encore augmenté. D’après une étude dévoilée ce jeudi et réalisée par le groupe Point Vision, il faut en moyenne 85 jours, soit 8 jours de plus qu’en 2013. Certaines zones sont moins avantagées que d’autres : à Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine, la patience est de rigueur.

 

POUR ILLUSTRER LE PAPIER DE JULIE DUCOURAU : "LES PROFESSIONNELS DE LA VISION S'INQUIETENT D'UN DESENGAGEMENT DE LA SECU" - Une patiente subit un examen de la vue chez un ophtalmologue à Paris le 24 avril 2008. Un éventuel désengagement de la Sécu au profit des complémentaires sur l'optique, évoqué par la ministre de la Santé Roselyne Bachelot le 13 avril 2008, créée un tollé parmi les mutuelles de santé et les professionnels du secteur qui estiment que la "santé visuelle" doit prévaloir sur les considérations financières. AFP PHOTO MEHDI FEDOUACH / AFP / MEHDI FEDOUACH

AFP PHOTO MEHDI FEDOUACH / AFP / MEHDI FEDOUACH

 

Martine, interrogée par le Celsa Lab, a 59 ans, et habite à Levallois-Perret depuis 21 ans. Lunettes carrées et noires sur la tête, café à la main, il ne lui faut que 30 secondes en ce calme début d’après-midi pour s’emporter contre les délais d’attente chez l’ophtalmologue. «  A Levallois, c’est très dur d’avoir un rendez-vous. Je pense que c’est parce qu’il n’y a pas beaucoup d’ophtalmologues, en tout cas moi je n’en connais que trois ou quatre dans ma ville et ils sont tous remplis pour plusieurs mois. » Martine n’a pas tort, même si à Levallois-Perret il y a environ une dizaine d’ophtalmologues. Comme à l’image des 5000 praticiens en France, ils sont trop demandés, et doivent même parfois refuser de prendre en charge de nouveaux patients. Selon l’étude de Point Vision, ils seraient d’ailleurs 11% à le faire.

Même si Paris et sa banlieue sont plutôt bien lotis avec un délai compris entre un mois et moins de trois mois pour avoir un rendez-vous – en Haute-Loire ou la Corrèze il est de 9 mois – le problème reste présent. « Avant j’allais chez le Dr X mais il y a toujours eu beaucoup d’attente, entre deux et trois mois. Du coup, je vais à Neuilly-sur-Seine, où j’attends toujours beaucoup moins. C’est un peu plus cher mais ça vaut le coup car on n’y va pas très souvent de toute façon ! » La dernière fois que Martine est allée chez l’ophtalmologue, c’était à Neuilly-sur-Seine il y a trois mois. Elle a obtenu un rendez-vous trois semaines après.

« C’est incroyable qu’on doive attendre si longtemps »

Sur neuf ophtalmologues contactés basés à Levallois-Perret, cinq nous ont répondu, et la réponse est quasiment toujours la même. Dès que le rendez-vous est souhaité en fin de journée, entre 18 heures et 19 heures, il n’y a pas de places avant le mois d’avril, voire le mois de juin pour un des ophtalmologues. Pour obtenir une place plus tôt, il faut pouvoir s’y rendre en semaine et en plein après-midi. Sur les cinq cabinets contactés le jeudi 11 février, les deux premiers affichaient complet jusqu’à avril pour l’un et jusqu’à juin pour l’autre quels que soient les horaires. Les rendez-vous les plus rapides étaient proposés le mardi 16 février à 15 heures, le 14 mars à 10h20 ou à 16h40, et le lundi 29 février à midi.

Des horaires très compliqués pour les actifs, comme Julien, 33 ans, et cadre commercial à Nanterre, interrogé par le Celsa Lab. Il porte des lunettes depuis tout petit et a « toujours été un vrai binoclard » plaisante-t-il. « Je suis myope et astigmate, l’ophtalmo est presque devenu mon ami. C’est un vrai problème pour les gens comme moi, et même pour la plupart je pense ! Les seuls créneaux disponibles sont en fin de journée, je ne peux pas quitter le boulot pour aller chez l’ophtalmologue en pleine journée. Et dans tous les cas, en général, le délai est extrêmement long. Je sais que l’ophtalmo ce n’est jamais aussi urgent que le médecin par exemple, mais c’est quand même incroyable qu’on doive attendre si longtemps ».

Moins d’ophtalmos il y a, plus d’attente il y aura

Alors que les ophtalmologues peinent à répondre à la demande, de plus en plus partent à la retraite, sans que le nombre de ceux qui les remplacent soit assez conséquent. Le numerus clausus qui détermine chaque année le nombre de places ouvertes après le concours d’internat en ophtalmologie a été petit à petit augmenté pour être fixé autour de 150 places, alors qu’il n’y en avait qu’une quarantaine il y a dix ans. Martine a constaté de ses propres yeux le manque d’ophtalmologues dans sa ville : « Je trouve qu’il n’y en a pas assez ! Même une dizaine pour la ville de Levallois ce n’est pas assez. A Neuilly-sur-Seine, ce n’est pas par hasard qu’on obtient des rendez-vous plus vite. Quand je regarde sur Internet, il y a deux fois plus de résultats pour Neuilly que pour Levallois. »

Pourtant les deux villes ont toutes les deux environ le même nombre d’habitants, autour de 65 000. Et lorsque quatre cabinets au hasard sont contactés par nos soins à Neuilly-sur-Seine le jeudi 11 février, le constat est parlant : chacun des quatre ophtalmologues propose des rendez-vous même en fin de journée à partir de mi-février, fin février et au plus tard début mars. Autre solution que de compenser les départs à la retraite en augmentatn le numerus clausus : multiplier les cabinets disciplinaires, où travaillent ensemble médecins ophtalmologues et orthoptistes. Un gain de temps pour le patient mais aussi le médecin, qui délègue à l’orthoptiste une partie des examens. « Je trouve ça malin. Et pratique » opine Julien, qui espère ne plus attendre deux mois pour pouvoir s’occuper de la santé de ses yeux. 

 

Délai d’attente par département. Source : Point Vision.

carteregionophtalmo

Mathilde Pujol

Uber est (encore) dans le viseur de la justice française

Le géant des VTC est accusé de pratique commerciale trompeuse, conservation illégale de données informatiques et complicité d’exercice illégal de la profession de taxi. 

Thibaud Simphal, directeur général de Uber France et Pierre-Dimitri Gore-Coty, directeur général de Uber de l’Europe de l’Ouest, sont à nouveau convoqués devant la justice. Ce jeudi 11 et vendredi 12 février marquent le début de la première phase pour régler l’affaire Uberpop – service qui mettait en relation des clients avec des chauffeurs amateurs au volant de leur propre véhicule. Au Tribunal Correctionnel de Paris, ils sont accusés de pratique commerciale trompeuse, conservation illégale de données informatiques et complicité d’exercice illégal de la profession de taxi. Pour ces deux dernières infractions, la peine maximale est de cinq ans de prison et 300.000 euros pour les deux dirigeants, et 1,5 million d’euros d’amende pour la société. Une des parties civiles au procès, l’Union nationale des taxis (UNT), demande plus de 30 millions d’euros de dommages et intérêts supplémentaires.

Heetch est aussi ciblée

Le procès contre Uber pourrait aussi inspirer d’autres batailles contre la concurrence. La start-up française Heetch met en relation des chauffeurs amateurs et des particuliers dans la région parisienne, uniquement entre 20h et 6h. Contrairement à Uber, les clients ne paient que les frais de service. Ses dirigeants, Teddy Pelerin et Mathieu Jacob, ont déjà été mis en garde à vue le 19 janvier et sont convoqués le 22 juin devant les juges. Ainsi, comme UberPop, Heetch se présente comme une application de covoiturage, et suscite la colère des taxis comme des VTC.

Des convocations régulières devant la justice

Pour rappel, le 7 décembre, la Cour d’appel de Paris a condamné la filiale française d’Uber à payer 150.000 euros d’amende pour pratique commercial trompeuse, car le service UberPop se présentait comme du covoiturage. La peine a été aggravée puisque Uber France avait été déjà condamnée en première instance le 16 octobre 2014 à 100.000 euros d’amende.

Ce procès se déroule en même temps que les mobilisations de chauffeurs de VTC contre les mesures accordées par le gouvernement aux taxis. Ces derniers ont eux-mêmes manifesté contre Uber, qu’ils accusent de concurrence déloyale.

 

Fernanda Guimaraes

Dans quels pays les couples homosexuels peuvent-ils adopter ?

Le Parlement portugais a voté le mercredi 10 février une loi autorisant l’adoption pour les couples homosexuels. Le pays avait voté en faveur du mariage pour tous en 2010 en modifiant la définition du mariage. Il avait supprimé la référence au « sexe différent » dans la constitution. La liste des pays où l’adoption pour les couples homosexuels est possible s’allonge donc. Les pays ayant dit « oui » sont globalement les mêmes que ceux ayant voté en faveur du mariage homosexuels et se concentrent principalement en Europe et en Amérique. L’ Asie et le Proche et Moyen-Orient restent toujours en retrait. Où les couples homosexuels sont-ils libres d’adopter ?

Le parlement portugais a voté le jeudi 11 février en faveur de l'adoption pour les couples homosexuels
Le parlement portugais a voté le jeudi 11 février en faveur de l’adoption pour les couples homosexuels

Cyrielle Cabot

La Google car obtient son permis sans les mains

AFP PHOTO/NOAH BERGER / AFP / Noah Berger
AFP PHOTO/NOAH BERGER / AFP / Noah Berger

C’est une révolution pour le secteur automobile. L’agence américaine de sécurité des transports (NHTSA) a, le jeudi 4 février, annoncé que l’intelligence artificielle de Google conduisant ses véhicules pourrait désormais être considérée comme un « conducteur » :

« Dans le contexte du véhicule motorisé décrit par Google, la NHTSA considérera que le terme ‘conducteur’ fait référence au système de conduite autonome, et non à un des occupants du véhicule. »

Une petite phrase aux répercussions énormes. Nous sommes loin de l’Audi futuriste de Will Smith dans I robot (la Google car ne fait pas vraiment rêver), mais cette nouvelle technologie pourrait bien représenter un futur axe de l’industrie automobile.

Google a un tour d’avance

Le fait peut paraître anodin mais il change beaucoup de choses. Dans la course pour la voiture autonome que se livrent les géants de l’high-tech, Google vient de virer en tête. Interrogé par BFM Guillaume Crunelle, associé en charge de l’automobile chez Deloitte, est catégorique : « C’est un sacré coup d’accélérateur de l’Histoire, tout peut aller très vite. Google vient ici de gagner une bataille dans la course vers le véhicule autonome, car le document de la NHTSA ne parle pas de ‘Google car’, mais du ‘système de conduite autonome de Google’. Et ce système pourrait être implémenté dans bien d’autres véhicules que les Google Car ».
Se pose aux concurrents de Google le dilemme suivant : continuer à développer leurs propres systèmes de conduite intelligents en prenant le risque de voir ceux-ci écrasés par Google ou accepter la domination du géant américain ? L’algorithme de Google serait aux voitures ce que Windows est aux PC, un système d’exploitation incontournable.
De nombreux constructeurs de voitures « traditionnels » comme Mercedes, Volvo, Ford ou Kia ont eux aussi engagés des investissements massifs dans la voiture autonome. L’enjeu est de taille : en 2025, les deux tiers du chiffre d’affaires pourraient provenir des logiciels, de la télématique et des systèmes de sécurité. La voiture elle-même, produite par les constructeurs, ne pèserait que le dernier tiers. D’où le danger pour les marques automobiles de voir arriver sur le marché  des géants comme Google ou Apple et leur monopole sur Internet. En France, une voiture de PSA, produite en partenariat avec Thales et Valéo, a réussi à rallier Paris à Bordeaux toute seule en novembre dernier.

Technologiquement, Google ne sait pas faire de voiture mais mise sur l’intelligence artificielle. Paris gagnant lorsque l’on compare les résultats des voitures test. Le ratio kilomètre roulés de manière autonome/incidents (c’est-à-dire reprise en main par l’humain) est clairement à l’avantage de l’entreprise de Mountain View.

 

Si vous montez dans une Mercedes autonome, vous risquez d'avoir un accident à peu près tous les kilomètres (Crédits infographie Statista)
Si vous montez dans une Mercedes autonome, vous risquez d’avoir un accident à peu près tous les kilomètres (Crédits infographie Statista)

Faire sauter le feu rouge législatif

Entre 2014 et 2015, Google a multiplié par cinq le nombre de kilomètres parcourus sans reprise en main du véhicule. La voiture est bardée de capteurs et se repère elle-même dans l’espace grâce au GPS. D’après l’entreprise californienne, le « cerveau » du véhicule apprend constamment de ses erreurs. La Google car devra encore multiplier les tests pour atteindre les standards de l’industrie automobile et rassurer les assureurs mais elle progresse constamment. De fait, seule la conduite en ville reste encore un obstacle.

Ces bons résultats semblent avoir convaincu la NHTSA. En acceptant d’appeler « conducteur » un algorithme sophistiqué, les États-Unis prennent un temps d’avance. Les autres pays sont encore soumis à des règles strictes en matière de sécurité automobile. La convention de Vienne signée en 1968 rend obligatoire la présence d’un humain derrière le volant. Dans son article 8, elle précise que «tout conducteur doit être capable de contrôler son véhicule». Mais les choses pourraient bouger plus vite que prévu. Au États-Unis, quatre Etats, la Californie, le Nevada, la Floride et le Michigan, autorisent déjà les tests sur routes publiques. En janvier, Barack Obama a déclaré vouloir une réglementation fédérale sur le véhicule autonome. Un groupe de travail à l’ONU réfléchit à l’amendement de la convention de Vienne à l’horizon 2017.

De là à imaginer des applications mobiles type Uber proposant des services automatisés de taxis, il n’y a qu’un pas. Ces nouveaux marchés pourraient représenter des milliards d’euros.

Antoine Etcheto