Donald Trump : « Si j’ avais été au Bataclan, j’aurais ouvert le feu »

Donald Trump a été interviewé par le magazine Valeurs Actuelles pour leur numéro du 11 février. Le quotidien gratuit 20 minutes a eu accès à l’intégralité de l’entretien et raconte les sujets principaux dont il a parlé.

Capture d'écran de la couverture du prochain numéro de Valeurs Actuelles. - DR. PHOTO 20 minutes.
Capture d’écran de la couverture du prochain numéro de Valeurs Actuelles. – DR. PHOTO 20 minutes.

L’immigration clandestine, l’islam, les attentas du 13 novembre et Vladimir Poutine ont été les sujets dont le candidat républicain a parlé au magazine Valeurs Actuelles, a affirmé 20 minutes.

Ses critiques sur la législation française en matière d’armes de feu ont brillé une fois de plus dans l’entretien, dont le quotidien gratuit a publié un extrait : « Vous pensez vraiment que, s’il y avait eu dans l’assistance quelques personnes armées et entraînées, cela se serait passé de la même façon ? Je ne le crois pas. Ils auraient tué les terroristes (…) Je possède en permanence une arme sur moi. Je peux vous dire que si j’avais été au Bataclan ou dans un des cafés, j’aurais tiré. »

Les « no-go zone », quartiers interdits aux « non-musulmans », a aussi été un sujet traité par Donald Trump, choisi par les électeurs du New Hampshire mardi 9 février lors de la primaire pour la présidentielle américaine. C’est ce qu’affirme 20 minutes « Il y a des quartiers dont on a l’impression qu’ils sont devenus hors de la loi (…), comme certains de vos essayistes l’ont écrit, des territoires perdus de la République. Des amis français me disent qu’ils ont parfois le sentiment de n’être plus vraiment chez eux quand ils se promènent çà et là dans leur pays. »

Ensuite, il a avoué son désir d’entretenir de « bonnes relations » avec Vladimir Poutine s’il est élu président et le fait que le président russe l’a qualifié de personnage « brillant » : « Il a dit que j’étais brillant. Cela prouve chez lui une certitude lucidité (…) je pense que l’on peut avoir de très bonnes relations avec lui. »

Le quotidien 20 minutes affirme que l’entretien entre Donald Trump et Valeurs Actuelles s’est conclu sur sa vision de l’Europe et la crise des réfugiés, qui la touche depuis le début de l’été 2015.

 Gila Ríos Jiménez                                                                                  

Le FMI menace de couper son aide financière à l’Ukraine

Le Fonds monétaire international menace Kiev de couper l’aide financière promise face à la lenteur de la lutte anti-corruption.

Le FMI menace l'Ukraine de supprimer son aide financière si Kiev n'intensifie pas sa lutte contre la corruption. Crédit : AFP / FABRICE COFFRINI
Le FMI menace l’Ukraine de supprimer son aide financière si Kiev n’intensifie pas sa lutte contre la corruption. Crédit : AFP / FABRICE COFFRINI

Face aux problèmes de corruption qui touchent l’Ukraine, le FMI a décidé de frapper fort. L’Institution a menacé, ce mercredi 10 février, de couper l’aide financière promise à Kiev. « Sans de nouveaux efforts significatifs pour améliorer les réformes en matière de gouvernance et combattre la corruption, il est difficile de voir comment le programme soutenu par le FMI peut continuer », a déclaré Christine Lagarde, directrice générale du FMI, dans un communiqué.

Christine Lagarde avait déjà manifesté son inquiétude la semaine dernière, après la démission du ministre ukrainien de l’Économie Aivaras Abromavicius à la surprise générale. L’homme, figure de la lutte anti-corruption, a dénoncé « des entraves aux réformes » et « des tentatives d’imposer des personnalités ‘douteuses’ dans son équipe », selon l’AFP. « Il est essentiel que les autorités ukrainiennes agissent maintenant pour remettre le pays sur la voie des réformes », avait ajouté la directrice générale du FMI.

Si l’Ukraine n’agit pas, le FMI menace de geler les futurs prêts prévus par le plan d’aide de 17,5 milliards de dollars sur quatre ans, accordés en 2015. Aujourd’hui, 6,7 milliards de dollars ont été déboursés. Ce plan d’aide représente le cœur du programme d’assistance internationale. Un tel désengagement risquerait de déstabiliser le pays, qui doit déjà faire face à une grave récession économique, ainsi qu’à un conflit avec les séparatistes pro-russes à l’Est.

Constance Maria

En Espagne, 5 coalitions possibles pour sortir de l’impasse

Chargé par le roi Felipe VI de former un nouveau gouvernement, Pedro Sanchez, le leader du parti socialiste espagnol, consulte depuis le début de la semaine les différents partis afin de constituer un gouvernement de coalition. Sans succès pour l’instant. Tour d’horizon des différents scénarios possibles.

Spanish Socialist Party (PSOE) leader Pedro Sanchez (C) arrives to give a press conference at the Spanish Parliament in Madrid on February 3, 2016. Spain's king gave Socialist party chief Pedro Sanchez the tough task of forming a government yesterday in a bid to end a potentially damaging political deadlock more than six weeks after inconclusive elections. AFP PHOTO / GERARD JULIEN / AFP / GERARD JULIEN
Pedro Sanchez, leader du parti socialiste espagnol, aux Cortes. (Crédit photo: AFP)

Depuis le 20 décembre dernier, date des élections générales, l’Espagne est dans l’impasse. Aucun parti ne détient de majorité capable de former un gouvernement. Sorti vainqueur du scrutin, le PP ne dispose que de 123 sièges sur les 173 nécessaires pour pouvoir gouverner seul. Le Parti socialiste, lui, accuse le coup : avec 90 sièges, il obtient le plus mauvais score de son histoire. Le parti anti capitaliste issu du mouvement des indignés, Podemos, fait lui, une percée remarquable. Il entre pour la première fois au parlement avec 69 députés. Autre belle performance, celle du parti de centre droit Ciudadanos qui arrache 40 sièges. Face à un parlement aussi fragmenté 5 scénarios sont possibles :

  • La coalition de la stabilité

Première coalition envisagée, une alliance entre le parti populaire, Ciudadanos et le Parti socialiste. Qualifiée par les milieux d’affaires de « coalition de la raison », cette grande alliance « à l’allemande » serait la coalition idéale car elle exclurait le parti Podemos jugé trop radical. Si une telle coalition permettrait de sortir de l’impasse, elle n’est pourtant pas à l’ordre du jour. Le leader du parti socialiste, Pedro Sanchez, refuse catégoriquement toute alliance avec le parti populaire. En cause, notamment les scandales de corruption qui ont émaillé le mandat de Mariano Rajoy mais aussi la politique économique jugée trop austère par les barons socialistes. Contacté par le CelsaLab, Georges Edouard, spécialiste de l’histoire contemporaine espagnole, est catégorique : « Le parti socialiste n’a aucun intérêt à s’allier avec le Parti populaire. Pire, son électorat ne le lui pardonnerait pas car ce dernier est idéologiquement plus proche de Podemos que du PP. »

  • Le front anti PP

Seconde coalition possible, un front anti Parti populaire. Cette coalition serait à l’image de sa voisine portugaise. Vainqueur des élections, le Parti conservateur n’a pas pu former de gouvernement, faute de majorité. Ce sont finalement les socialistes alliés aux communistes qui ont réussi à former un gouvernement. En Espagne, la coalition anti PP comprendrait le Parti socialiste, Ciudadanos, Podemos et le parti d’extrême gauche, Izquierda unida (IU). Là encore, une coalition de ce type n’est pas réalisable. Podemos comme Ciudadadanos refusent de s’allier. « Pour Pablo Iglesias, leader de Podemos, le parti d’Albert Rivera est idéologiquement plus proche du PP que du parti socialiste. Du côté de Ciudadadanos, on refuse catégoriquement de s’allier à Podemos qualifié de parti « extrémiste » proche du régime de Nicolas Maduro, » avance Georges Edouard.

  • L’alliance des droites

Troisième coalition possible : Une alliance entre le parti populaire et Ciudadanos. Si pendant sa campagne, Albert Rivera avait catégoriquement écarté l’idée d’une alliance avec le PP, aujourd’hui l’idée est sur la table. Mais là encore cette coalition aurait du mal à exister car elle n’obtiendrait pas le nombre de voix suffisant. A eux deux, ils obtiendraient 163 sièges quand la majorité est de 173 sièges.

  • Le Cartel des gauches

Quatrième coalition envisagée : celle d’une alliance entre les différents partis de gauche. Cette coalition est ardemment défendue par Pablo Iglesias, le leader de Podemos. Elle inclurait le Parti socialiste, Podemos, Izquierda unida, mais également trois partis indépendantistes : le Catalan, Esquerra Republicana et les deux partis basques, Bildu et le PNV. Cette idée a néanmoins dû être abandonnée  car Pablo Iglesias s’est vu posé une fin de non recevoir par Pedro Sanchez, dont l’appareil politique refuse catégoriquement de s’allier aux partis indépendantistes qui “mettent à mal la souveraineté de l’Etat Espagnol”.

 

li>La coalition du changement 

Enfin, une dernière coalition est envisagée par  Pedro Sanchez. Cette fois elle réunirait le parti socialiste, Podemos et Ciudadanos. Mais là encore, une telle coalition s’annonce plus qu’improbable du fait des réticences des deux « nouveaux partis » à gouverner ensemble. A cette heure donc et selon Georges Edouard, « la seule solution possible est la tenue d’une nouvelle élection. »

Alexandra del Peral

New Hampshire : Hillary Clinton dépassée sur sa gauche ?

DERRY, NH - FEBRUARY 09: Democratic presidential candidate former Secretary of State Hillary Clinton greets voters outside of a polling station at Gilbert H. Hood Middle School on February 9, 2016 in Derry, New Hampshire. New Hampshire voters are heading to the polls in the nation's first primaries. Justin Sullivan/Getty Images/AFP
La candidate à la présidentielle Hillary Clinton salue la foule près d’un bureau de vote dans le New Hampshire, le 9 février 2016. © Justin Sullivan/Getty Images/AFP

 

C’est la deuxième étape des primaires aux États-Unis, et pas des moindres. Les élections au New Hampshire doivent permettre de savoir quels candidats représenteront les partis démocrate et républicain lors des élections présidentielles de novembre prochain. Les enjeux sont particulièrement importants dans la bataille démocrate que se livrent Hillary Clinton et Bernie Sanders, dont les idées proches du socialisme rassemblent de plus en plus.

Il faut surveiller de près les résultats dans l’ “État du granit”. Il est celui qui détermine souvent une tendance pour le reste de la campagne. Après la fragile victoire d’Hillary Clinton dans l’Iowa le 1er février, toutes les cartes peuvent être rebattues.

Côté démocrate, les intentions de vote semblent donner Sanders vainqueur, avec environ 12,8 points d’avance sur Hillary Clinton. Le sénateur de l’Etat voisin du Vermont peut compter sur une solide popularité dans l’est du pays et sur des sondages favorables depuis janvier. Mais l’ancienne sénatrice de New York sait qu’elle peut convaincre le vivier des électeurs indépendants, qui représentent environ 40% du corps électoral dans le New Hampshire.

La démocrate mise aussi sur la grande proportion de femmes qui lui sont favorables. Avec un soutien de poids : Madeleine Albright, ex-secrétaire d’État de 1997 à 2001, venue prêter main forte lors d’un meeting samedi. Ce “parrainage” adresse un message clair : il est temps d’avoir une femme présidente des Etats-Unis.

Mais s’il répond aux attentes d’une part des électrices, l’argument ne garantit pas le succès contre la déferlante Sanders. Le pays reste globalement peu ouvert aux femmes politiques : seuls 12% de femmes occupent un poste de gouverneur, 18% un poste de maire. Des difficultés qu’elles rencontrent aussi dans le monde de l’entreprise. Pour espérer l’emporter ce soir, Hillary Clinton devra faire mentir les statistiques, car jamais un candidat n’a remporté l’Iowa et le New Hampshire. Au risque de perdre sa dynamique pour de bon.

Louis Mondot