En plein confinement, les jeux vidéo créent du lien social

La mise en place du confinement pour lutter contre le coronavirus oblige les Français à observer des mesures de distanciation sociale et à rester chez eux. Pour pallier le manque d’interaction, les jeux vidéo et leur fonctionnalité permettant de jouer en ligne à plusieurs et à distance rencontrent un large succès.

Dualshock 4, manette de la console PlayStation 4 de Sony

Les adeptes des jeux vidéo sont habitués à pouvoir jouer en ligne avec leurs amis sans quitter leur salon. Mais pour les personnes non-initiées, jouer en ligne est une nouvelle manière de communiquer avec d’autres, qu’ils soient des proches ou pas, pendant la période de confinement. Les jeunes, qui constituent la majorité des joueurs, sont ceux qui ont le plus recours à cette pratique.

S’ils ne remplacent pas les services de messagerie bien connus du grand public, les jeux vidéo permettent de s’amuser tout en discutant en simultané avec des personnes de son entourage. « Pour moi les jeux vidéo ne sont pas un substitut mais un complément. Je me connecte d’abord pour jouer et si j’ai envie de jouer avec d’autres personnes, ça vient dans un second temps », commente Soufiane, un joueur régulier. Hilan, joueur depuis l’adolescence, ajoute : « Les jeux vidéo ne sont pas un substitut au téléphone portable ou réseaux sociaux car ils n’en n’ont pas la vocation. La fonction première des jeux vidéo et des consoles est de divertir, la communication n’est qu’une fonction annexe. »

Les jeux vidéo offrent aux joueurs une nouvelle possibilité de converser mais cela ne les empêche pas de se parler en dehors de l’univers vidéoludique. « Je communique régulièrement avec mes amis lorsque je joue mais je n’utilise pas les jeux vidéo pour échanger avec eux comme un service de messagerie instantanée », détaille Imran, étudiant en Master.

Jouer et discuter en même temps

Les jeux vidéo restent dans l’esprit des joueurs un moyen de divertissement avant tout et l’opportunité d’échanger avec des amis est secondaire. Mais, lorsque l’occasion se présente elle permet d’une certaine façon de lier l’utile à l’agréable. L’avantage des jeux vidéo est de permettre aux joueurs de jouer et de discuter en direct et à plusieurs. « On parle à des gens en simultané et il n’y a pas de délai de réponse comme par message. Puis le fait de pouvoir jouer ensemble à un jeu, tout en se parlant via la même plateforme, je trouve ça très bien », note Soufiane.

La fonctionnalité permettant de jouer est ligne n’est pas une nouveauté mais avec le confinement elle prend de l’importance. Les joueurs ont davantage de temps libre à accorder aux jeux vidéo. Les établissements scolaires du primaire au secondaire sont fermés ainsi que les magasins. Les étudiants qui travaillent pour arrondir leurs fins de mois sont au chômage. L’essentiel des joueurs est désormais confiné et les parties de jeu deviennent plus régulières. « Bien sûr avec le confinement nous jouons beaucoup plus. Nous n’avons plus cours et on ne travaille plus donc nous disposons de beaucoup de temps à tuer. Si on peut s’occuper en faisant une activité avec des amis qu’on n’a pas vus depuis longtemps c’est encore mieux », explique Hilan.

Certains jeux permettent à des joueurs qui ne possèdent pas la même console de jouer ensemble grâce à une fonctionnalité baptisée cross play. C’est le cas du dernier Call of Duty, édité par Activision, et de son mode de jeu Warzone.

Les Français ne sont pas les seuls à trouver du réconfort dans les jeux vidéo. A travers le monde, on recense plusieurs centaines de millions de joueurs, répartis sur différents supports. Tous ces joueurs ont la possibilité d’entrer en contact instantanément les uns avec les autres. Avec le confinement, les jeux vidéo font figure de lien dans le tissu social. Ils octroient aux joueurs la faculté de rompre l’ennui et la solitude.

Abdou-Karim Diop

Coronavirus : l’édition 2020 du Cabaret Vert à Charleville-Mézières annulée

Les organisateurs du Cabaret Vert annoncent, ce lundi 27 avril, l’annulation à cause du coronavirus, de la 16e édition du festival ardennais prévue initialement du 20 au 23 août 2020. La prochaine édition aura donc lieu du 19 au 22 août 2021. 

Des décorations lumineuses installées lors de la 13e édition du festival de musique Cabaret Vert à Charleville-Mézières, le 24 août 2017. (Crédit : François Nascimbeni/ AFP)

Après l’annulation de nombreux festivals entre avril et juillet, c’est au tour du festival ardennais Le cabaret vert de céder face au coronavirus. L’événement musical devait initialement se dérouler du 20 au 23 août 2020 et accueillir des artistes tels que Nekfeu, Lomepal ou encore Aloïse Sauvage.

Dans un communiqué ce lundi, les équipes du Cabaret Vert ont annoncé la décision prise par le préfet des Ardennes dans un courrier estimant que « compte tenu des risques qu’un tel rassemblement engendrerait pour la population, il ne [paraissait] pas envisageable d’autoriser votre événement aux dates prévues ».

 

Rendez vous en 2021

« C’est officiel, sans aucun doute nécessaire et pourtant, douloureux. Comme pour toutes les équipes mobilisées pour l’organisation de tous les événements de France et de Navarre qui doivent accepter, puis informer et travailler au report de leurs manifestations. À l’été 2021, nous concernant. Merci de nous laisser quelques jours pour vous détailler précisément les modalités de remboursement », précise l’équipe du Cabaret Vert dans son communiqué qui donne rendez-vous aux festivaliers du 19 au 22 août 2021.

 

Léa Sirot

Le confinement, une source de création pour les cinéastes en herbe ?

Un court-métrage sur la production d’œufs, un film sur une ville malade ou encore une chaîne YouTube de critiques ciné : ils sont nombreux à commencer ou continuer leur processus de création malgré le confinement. Focus sur ces jeunes qui font vivre le cinéma français depuis leur chambre.

Le confinement, une source de création pour les cinéastes en herbe ? (Crédit : Pixabay)

« Ce sont des projets pour s’amuser et divertir les autres »

Vianney Dumay est étudiant en dernière année à l’ESRA (École supérieure de réalisation audiovisuelle), à Paris. Dès le début du confinement, cet étudiant de 22 ans est rentré chez ses parents, du côté de Roubaix. Il se retrouve alors dans la maison familiale, avec un jardin et en compagnie de poules, lapin, chien et chat. Il décide de mettre en scène ces acteurs insolites. Le cinéaste en herbe écrit et réalise entièrement seul La Gallinette Confinée, un court-métrage sur Gallo, un coq dominant et cupide, responsable d’une entreprise de production d’œufs.

« Il y a plein de gens qui n’ont pas accès à la nature en ce moment, du coup je voulais faire en sorte que les animaux arrivent chez eux »

Pour ce fan de Martin Scorsese, « il fallait faire quelque chose de fun et amusant, mais avec quand même un aspect un peu intello ». Derrière les personnages loufoques, se cache une réflexion sur la production d’œufs en France (la surproduction, le broyage de poussins, etc).

Pour préparer son court-métrage, Vianney Dumay a fait appel à deux camarades de son école : Valentin Prime et Renan Pardillos, qui doublent les personnages. Il les a choisis grâce à un critère en particulier : le matériel. « Valentin a beaucoup de matériel audio chez lui, par rapport à moi, et mine de rien c’est un gain de qualité énorme, surtout quand on travaille à distance ». Il a fallu deux semaines pour retravailler les textes, les intonations et les accents.

Chez lui, le réalisateur n’a que très peu de matériel, « juste le vieil appareil Reflex de mon frère et un logiciel de montage ». Un défi nouveau pour lui : « Le tournage a été particulier. J’ai tourné sur plusieurs jours, exactement aux mêmes horaires pour avoir une lumière similaire. Mais, les animaux sont très imprévisibles et les poules en particulier sont peureuses. Il fallait les espionner et avancer tout doucement. Parfois, certains plans étaient donc juste complètement improvisés. »

La Gallinette Confinée, Vianney Dumay (Capture d’écran youtube)

Pour Vianney, les projets dans le cadre de ses études sont en suspens à cause du confinement. Il devait tourner un court-métrage dans une boucherie et un autre dans un appartement. Les deux sont retardés pour la fin de l’année 2020 et le mois d’avril 2021. Il utilise donc son temps pour préparer un deuxième film de confinement. Le récit ? Deux ordinateurs discutent entre eux de leur perte d’idéaux face au monde actuel. « Cette fois-ci, je veux mettre plein d’effets spéciaux, parce que je veux m’entraîner à les faire. »

Un court-métrage qui sera lui aussi publié uniquement sur Youtube. « Ce sont des projets pour s’amuser et divertir les autres. Je n’ai pas vraiment d’ambition professionnelle avec ces petits films.» « C’est juste pour m’amuser un peu, et puis ça aurait été trop bête de ne pas se servir de la situation pour créer quelque chose. » Pas de pression donc pour le jeune cinéaste. Sa prochaine vidéo sera disponible prochainement sur sa chaîne : Vianney Dumay.

« Je veux raconter l’histoire d’une ville malade »

Grégoire Benoist-Grandmaison est étudiant à l’IMT Atlantique (École Mines-Télécom). Du cinéma, il en fait depuis le lycée, mais a choisi la « voix de la stabilité » pour ses études. « Ado, j’ai toujours eu des envies changeantes, alors mes parents ne pouvaient pas être sûrs que le ciné me passionnait vraiment ». Mais finalement, si. Grégoire enchaîne les projets variés : il coréalise des films avec sa sœur en école d’Art et de design, et ses lieux de tournages passent du jardin de ses grands-parents à un court-métrage filmé au Québec.

Depuis le début du confinement, il est en télétravail pour son stage en conseil en transformation numérique. « Je ne peux travailler sur mes projets ciné que le week-end. Finalement, je ne m’arrête jamais. Je ne me reconnais pas trop dans ces gens qui s’ennuient sur leur canapé ».

Depuis le mois de novembre, après avoir visionné le film Hiroshima mon amour d’Alain Resnais, il travaille sur le scénario d’un long-métrage. Il explique, « je voudrais raconter l’histoire d’une ville malade, où la ville serait comme une entité, un personnage à part entière. Au début, ça n’avait pas de lien avec une situation réelle, mais maintenant, il y a forcément une résonance. »

Même si le confinement ne change finalement pas grand-chose à ses projets, « sans le confinement, je n’aurais pas pu canaliser autant mon énergie dans l’écriture du scénario ». Pour organiser son temps et son espace dans sa collocation parisienne, il utilise une technique particulière : « Je suis allé au supermarché, j’ai acheté une grande nappe en papier et du scotch. J’avais peur que la police me dise que ce ne sont pas des produits de première nécessité ! J’ai donc désormais un mur de papier dans ma chambre que j’utilise pour noter toutes mes idées. »

Le mur de papier dans la chambre de Grégoire Benoist-Grandmaison (Crédit : Grégoire Benoist-Grandmaison)

Le jeune cinéaste amateur utilise donc son confinement pour être le plus actif possible. En parallèle de son scénario en cours d’écriture, il participe à l’appel à projet On s’adapte de Canal+ et à un appel à films de genre organisé par So Film. Il ne ressent pas énormément la pression du confinement, mais il avoue qu’il « aurait préféré passer deux mois à être oisif et juste regarder des films et lire des livres. Mais je ne peux pas. Les gens qui ne font rien culpabilisent de ne rien faire. »

« C’était vraiment l’occasion de me lancer »

Léa Melloul est étudiante en chiropraxie. Pour elle, le cinéma est « une deuxième passion ». Cela faisait un an qu’elle voulait se lancer dans la critique. Elle a ouvert, depuis le 20 avril 2020, sa chaîne Youtube Ça tourne mal.

« Ce confinement, c’était vraiment l’occasion de me lancer. »

Elle a un déclic quand Mathilde Brachanet, son amie étudiante en audiovisuel, l’appelle pour demander des nouvelles. Les deux complices sont confinées seules dans leurs petits appartements parisiens. Le duo se crée par téléphone et les rôles sont distribués : Léa écrit les vidéos et les anime, alors que Mathilde s’occupe du montage.

Tous les projets audiovisuels de Mathilde sont actuellement suspendus : « Je m’ennuie vraiment, donc je suis contente de pouvoir continuer à pratiquer grâce à Léa. Je n’aime pas passer devant la caméra donc je n’aurais jamais monté mon propre projet. »

Sans matériel professionnel, Léa a déjà tourné la première vidéo, qui est sortie. « Je filme juste avec mon téléphone, que je pose sur un porte-lunette et une pile de livre. Le décor, c’est une bibliothèque de ma chambre. C’est vrai qu’à cause du confinement je suis obligée d’utiliser les moyens du bord, mais sans cette situation, je ne me serais pas lancée dans le projet. »

Le décor de la chaîne Ça tourne mal (Crédit : Léa Melloul)

Pour sa première vidéo, Léa veut se focaliser sur les films remake. « Ces films sont souvent négligés et considérés immédiatement comme mauvais. Je voudrais apporter un regard nouveau sur tout ça. » Elle parlera donc du film You got mail, réalisé par Nora Ephron en 1999. Ce projet sera le premier épisode d’une série consacrée entièrement aux films remake, qui s’intitule Version Deux.

Le duo espère que leur toute nouvelle chaîne perdurera aussi après la période de confinement : « Ce sera différent. Là on a tout notre temps et même la chaîne nous sauve de notre ennui. Après, on devra trouver du temps dans notre quotidien pour la chaîne. On verra bien mais j’ai bon espoir », conclut Léa.

Sarah Ziaï

Coronavirus : la filière française de la mode et du luxe mobilisée pour produire des masques grand public

La secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances a félicité lundi les couturiers qui ont massivement sorti leurs aiguilles pour pallier la pénurie de masques en participant à la fabrication de versions grand public destinées à lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Voici un exemple de masque grand public. Moins protecteur que le type FFP2 réservé aux soignants, il forme néanmoins une barrière face au coronavirus (Flickr) 

La secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances a annoncé ce lundi l’arrivée de 26 millions de masques grand public, pour la plupart réutilisables 20 fois disponibles chaque semaine à partir de fin avril. Les grands noms de la mode et du luxe ont du sortir les tissus et les machines à coudre pour contribuer à l’effort national.

À travers cette initiative, les maisons Tissages de Charlieu, Boldoduc, les Broderies Leveaux ou encore l’entreprise Mode Grand Ouest, viennent apporter leurs savoir-faire dans la lutte contre le coronavirus. Depuis le 30 mars, l’industrie textile française a déjà permis la production de plus de 41 millions de masques grand public avec l’Agence nationale de sécurité du médicament. Un temps interdit à la vente, ces masques alternatifs sont depuis samedi soir autorisé à la vente dans les pharmacies. Si ces masques sont moins protecteurs que les FFP2 réservés aux soignants, ils forment néanmoins une barrière face au coronavirus.

Un masque en tissu lavable et réutilisable

Les masques grand public sont des masques filtrants en tissu, le plus souvent lavables et réutilisables. Ils sont fabriqués en respectant un cahier des charges exigeant, élaboré par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, et permettant de filtrer les gouttelettes contenant du virus. Ces masques seront mis en vente avec des logos identifiables, une filtration garantie et un nombre de lavages préconisé pour garantir son efficacité.

Guillaume De Seynes, président du Comité stratégique de la Filière (CSF) « Mode et Luxe » s’est félicité de la mobilisation des acteurs du textile : « Je voulais souligner la  mobilisation de la filière. C’est une mobilisation très forte qui montre la capacité du savoir-faire de l’industrie française du textile de la mode et de l’habillement ».

Léa Sirot