Quand les journalistes sportifs racontent leurs plus grands souvenirs

Depuis la mi-mars la plupart des compétitions sportives professionnelles sont à l’arrêt, au grand dam des téléspectateurs. Pour réactiver notre sécrétion d’adrénaline, des journalistes sportifs nous racontent leurs plus grands souvenirs. 

Il faudra attendre le mois d’août pour la reprise des compétitions sportives. (Jonas Hasselqvist / Pixabay)

De « l’apothéose des Experts », au « cinquième relayeur » Nelson Monfort : les meilleurs souvenirs des journalistes sportifs

Thomas Villechaize, journaliste à beIN Sports se remémore la victoire des Experts au Mondial 2017 de handball en France, « l’apothéose d’une équipe qui avait tout connu ».

« C’est un match que j’ai eu la chance de commenter, un moment de grâce. En 2017, la finale du championnat du monde masculin de handball en France contre la Norvège, c’est l’époque bénie pour le handball français, et la fin de la génération des Experts. J’ai vécu ça de l’intérieur, c’était incroyable, l’apothéose d’une équipe qui avait tout connu et qui ne pouvait pas mieux terminer son histoire, à la maison devant les 17 000 personnes de l’AccorHotels Arena. J’ai été pris par les émotions, ça ne m’arrive pas souvent. Avoir accompagné à mon humble mesure l’équipe de France dans ce moment-là, ça a été une chance inouïe, c’est là qu’on se rend compte que le sport est un vecteur d’émotions incroyables. »

Patrick Montel, journaliste sportif à France Télévisions, commente l’athlétisme depuis plus de 30 ans. Parmi cette myriade de souvenirs il a opté pour la finale du 10 000 mètres féminin aux Jeux olympiques de Barcelone en 1992, « un pied de nez au racisme ».

« Pour la première fois, l’Afrique du Sud est réintégrée dans le concert des nations olympiques après des années d’exclusion de toutes les compétitions sportives pour cause de l’apartheid. En finale du 10 000 mètres, il y a une Sud-Africaine blanche, Elena Meyer, qui va faire la course en tête avec derrière elle Derartu Tulu, une Éthiopienne noire. Ces deux femmes vont se livrer un duel absolument exceptionnel. Le 10 000 mètres, en général, ça peut être très ennuyeux, c’est quand même 25 tours de piste ! Et là, les deux jeunes femmes sont si proches l’une de l’autre qu’on ne voit pas le temps passer. Finalement, c’est Tulu qui gagne d’un rien devant Meyer. Mais ce n’est pas tellement cela qui est intéressant. Ce qui m’a provoqué cette émotion dont je me souviens encore aujourd’hui, c’est le tour d’honneur qu’elles ont fait ensemble avec les drapeaux sud-africain et éthiopien mêlés, cette femme blanche et cette femme noire qui avaient oublié leur couleur de peau et partageaient leur bonheur ensemble. Un pied de nez au racisme. »

Malgré un répertoire tout aussi large, le meilleur souvenir de Nelson Monfort, reporter de terrain à France Télévisions, est à la portée des plus jeunes. Quand après la victoire du relais français au 4×100 mètres nage libre, un nageur lui fait une déclaration.

« C’est un moment où l’émotion a rejoint la performance. L’Equipe de France jouait entre la 5e et la 3e place dans le meilleur des cas. On annonçait plutôt les Etats-Unis, la Chine, l’Australie… Jusqu’au bout on n’était pas sûrs de la composition, au dernier moment Clément Lefert avait remplacé Alain Bernard, ça avait créé une controverse. Après leur victoire incroyable, Yannick Agnel, un des nageurs français, m’a soufflé à l’oreille : ‘Tu es notre 5e relayeur’. C’est pour ce genre de moments que je fais ce métier. »

Le cauchemar de Furiani de Jacques Vendroux, et les désillusions du XV de France : leurs pires souvenirs

« Sans réfléchir », Cécile Grès, journaliste spécialisée rugby à France Télévisions, a évoqué le souvenir d’une blessure encore ouverte : l’élimination du XV de France face au Pays de Galles lors de la dernière Coupe du Monde de rugby au Japon à l’automne dernier.

« C’était mon premier événement de cette ampleur avec France Télévisions, j’étais envoyée à l’autre bout du monde pendant un mois. Au fur et à mesure du match, on se dit que cette équipe, qui n’a pas montré grand-chose depuis bien longtemps, est capable de le faire. On sent qu’il se passe un truc. J’essaye dans la mesure du possible d’être neutre quand je suis au stade pour le travail, mais quand Vahaamahina fait son coup de coude… A la télé ça met un peu plus de temps, mais dans le stade on voit tout de suite le geste et on comprend que ça sera rouge, et les conséquences sur la fin du match. Après, en zone mixte, c’est très particulier, on n’est pas juste face à des joueurs qui viennent d’être éliminés de la Coupe du monde, on est face à des joueurs qui doivent assumer un fait de jeu difficilement défendable. Ça s’est fini comme ça. Le lendemain dans l’avion c’était un sentiment bizarre. C’était juste nul comme fin d’aventure, oui, c’est ce que j’ai ressenti, c’était juste nul. Dans la même veine que le coup de boule de Zidane ou le coup de poing de Haouas, des moments où tu te dis « mais pourquoi ? » ».

Jeune journaliste à la rédaction de France TV Sport, Emilien Diaz n’a pas vécu son pire souvenir en tant que journaliste « mais en tant que supporter du FC Sochaux ». Forcément.

« Je suis originaire de Franche-Comté et j’ai grandi avec le FC Sochaux. Je garde un souvenir très douloureux de la défaite 3-0 contre Evian lors de la finale pour le maintien en Ligue 1 en 2014. Sochaux avait réalisé une deuxième partie de saison exceptionnelle, le club revenait de nulle part et s’était donné une chance de rester parmi l’élite avec Hervé Renard en s’offrant cette finale pour le maintien à domicile. Toute la région était derrière ses joueurs, je n’avais jamais vu le stade Bonal comme cela et malheureusement le match a tourné à la catastrophe et le club est descendu en Ligue 2. Terrible à vivre pour tout le monde après tant d’espoir. »

Le pire souvenir de Jacques Vendroux est à classer dans un tout autre registre, celui de l’effroyable. Le 5 mai 1992, le journaliste commentait la demi-finale de Coupe de France Bastia-Olympique de Marseille au stade Furiani lorsque la tribune s’est effondrée.

« Je suis tombé de la tribune, et je suis resté dans le coma je ne sais combien de jours. On y pense tous les jours quoi qu’il arrive, ça reste une plaie qui ne se refermera jamais. Dès qu’on voit une ambulance on y pense. Mais ça ne m’a jamais fait penser que j’arrêterai ce métier : j’essaie de positiver, j’ai pu rejouer au football, faire mon métier…Mais ça reste. Celui qui dit qu’il va passer à autre chose est un menteur : c’est impossible. Si vous avez un minimum d’affect, le sens de l’émotion, de la joie et de la peine, c’est impossible d’oublier. »

Le « pionnier » Nelson Monfort et le Mondial 98 de Yassine Khiri : les naissances d’une vocation

Lors de la couverture d’un événement, les « reporters de terrain » sont désormais monnaie courante pour recueillir les émotions des sportifs. Mais quand Yannick Noah remporte Roland Garros en 1983, personne ne tend le micro au tennisman français. Un manque à l’origine de la vocation d’un certain Nelson Monfort.

La victoire à domicile des Bleus en Coupe du Monde 1998 a été pour beaucoup de journalistes le point de départ de la vocation de journaliste sportif. Yassine Khiri, journaliste à l’AFP évoque cet événement avec un brin d’amertume.

« Le Mondial 98 en France. Je pense n’avoir pratiquement raté aucun Téléfoot, à ce jour, depuis ma découverte de l’émission culte du football français lors de la compétition. J’avais suivi tous les matches des Bleus, j’avais essayé de mémoriser le noms de tous les joueurs principaux de la compétition et les drapeaux de toutes les équipes en lice. Au point de les avoir dessinés et compilés sur un cahier spécial ! Pouvoir raconter en tant que journaliste la liesse après la finale, analyser le triomphe de la France « black, blanc, beur », ou encore décrypter les raisons du boom économique post-Mondial, aurait été génial. »

A. Diop – H. Roux – L. Augry – K. Gasser

Déconfinement : ce qu’il faut retenir du plan présenté par Édouard Philippe

C’était l’une des prises de parole les plus attendues de ces dernières semaines. Édouard Philippe s’est exprimé mardi durant une heure devant les députés pour présenter le plan de déconfinement du gouvernement, alors que l’épidémie de Covid-19 semble se stabiliser. 

Édouard Philippe s’est exprimé à 15 heures devant les députés pour présenter le plan de déconfinement. Flickr / Public Sénat

Les rangs de l’hémicycle étaient parsemés en ce mardi 28 avril : seuls 75 députés ont pu assister à la présentation du plan de déconfinement par Édouard Philippe, pour maintenir les règles de distanciation sociale.

Très attendu, le Premier ministre a abordé, comme annoncé, six domaines-clés : écoles, entreprises, commerces, masques, tests et isolements des malades, et rassemblements. Un maître-mot régnera pour tous : progressivité. Aucun secteur ne rouvrira de manière totale dès le 11 mai. Cette première date constituera la première phase du déconfinement, qui s’étendra jusqu’au 2 juin, pour aller jusqu’à l’été.

Des différenciations territoriales devront aussi s’observer en fonction de l’intensité de la circulation du virus. Dès jeudi prochain, le directeur général de la Santé Jérôme Salomon présentera chaque soir une carte département par département. Le 7 mai sera ensuite déterminé quels départements basculeront le 11 mai dans la « catégorie rouge » – circulation élevée du virus – ou « verte » – circulation limitée.

Réouverture des écoles : pas de date pour les lycées

Après les annonces partielles de Jean-Michel Blanquer la semaine dernière, le Premier ministre a éclairci la situation quant aux écoles. En rappelant « l’impératif pédagogique et de justice sociale » de rouvrir les établissements scolaires, Édouard Philippe a expliqué les différentes étapes que devront suivre ces réouvertures.

Dès le 11 mai, les écoles maternelles et élémentaires accueilleront de nouveau des élèves, à raison de groupes de dix enfants maximum. La présence de ces derniers s’effectuera sur la base du volontariat des parents, et ce sur tout le territoire.

Pour les collégiens, les élèves de 6e et de 5e seront les premiers à pouvoir retourner à l’école à partir du 18 mai, dans une limite de quinze élèves par classe. Tous les enseignants et encadrants de la vie scolaire auront des masques qu’ils devront porter lorsqu’ils ne pourront pas respecter les règles de distanciation.

Le Premier ministre a affirmé que le port du masque ne sera pas obligatoire pour les enfants, mais que les collégiens devront en revanche en porter. « Nous fournirons des masques aux collégiens qui n’ont pas pu s’en procurer« , a-t-il précisé.

Quant aux lycées, leur réouverture ne sera décidée que fin mai en fonction de l’évolution de la situation. Le gouvernement se penchera dans un premier temps sur le cas des lycées professionnels, pour envisager une potentielle réouverture de ces derniers au début du mois de juin.

Enfin, les crèches rouvriront à partir du 11 mai par groupes de dix enfants maximum. Le port du masque sera « obligatoire pour les professionnels de la petite enfance. »

Le télétravail devra rester la référence

Le télétravail, lorsqu’il est possible, devra être maintenu au moins « dans les trois prochaines semaines » à compter du 11 mai. Pour permettre cela, « le dispositif d’activité partielle restera en place jusqu’au 1er juin. Il faudra ensuite l’adapter progressivement« , a affirmé Édouard Philippe.

Lorsque le travail en présentiel sera inévitable, le Premier ministre a appelé à mettre en place des horaires décalés, pour éviter le nombre de personnes en contact les unes avec les autres.

Le maintien de la généralisation du télé-travail devra notamment permettre de limiter les déplacements des personnes et l’utilisation des transports en commun.

Éviter au maximum les transports

Édouard Philippe s’est ainsi penché sur la question épineuse des transports en commun, dans lesquels la distanciation physique est particulièrement complexe à mettre en place.

« Nous allons augmenter au maximum l’offre de transport urbain. Nous voulons aussi baisser la demande, en continuant le télétravail, et en rappelant aux Français que les transports en heures de pointe doivent être laissés aux gens qui travaillent. »

Si 70 % de l’offre de la RATP sera théoriquement disponible au 11 mai, les citoyens continueront à être appelés à limiter au maximum leurs déplacements, afin de ne pas saturer les transports. « Le port du masque sera rendu obligatoire dans les transports, métros et bus », a expliqué Édouard Philippe.

Pour le cas des transports scolaires, seul un siège sur deux devra être utilisé, et les chauffeurs et collégiens devront obligatoirement porter un masque. Il en sera de même pour les taxis et VTC ne disposant pas d’une séparation en plexiglass.

L’offre de la SNCF continuera elle aussi à être réduite pour limiter les déplacements entre départements. Les attestations pour se déplacer près du domicile ne seront plus obligatoires, sauf pour les déplacements au-delà de 100 kilomètres qui continueront à être autorisés uniquement pour « motif impérieux, familial ou professionnel« , dans le but de « ne pas propager la circulation du virus. »

Une réouverture majoritaire des commerces

« Tous les commerces, sauf les cafés et restaurants, pourront rouvrir à compter du 11 mai », a déclaré le Premier ministre. Comme indiqué la semaine dernière, une date de réouverture des cafés et restaurants sera communiquée à la fin du mois de mai, et concernera donc la deuxième phase du déconfinement.

Pour l’heure, les commerces pourront rouvrir à condition de respecter les règles de distanciation d’un mètre entre chaque personne. Le port du masque grand public sera quant à lui recommandé lorsque ces mesures ne pourront être garanties. Les marchés seront « en général » autorisés à rouvrir, en suivant les mêmes mesures de sécurité.

« Les commerces devront respecter un cahier des charges strict (…) pour faire respecter les distances minimales. Le port du masque sera recommandé pour le personnel et les clients. Un commerçant pourra subordonner l’entrée au port du masque. »

À une exception près : le cas des centres commerciaux sera laissé à l’appréciation des préfets qui pourront décider de ne pas laisser ouvrir les centres de plus de 40 000 m2 « qui risqueraient de susciter d’importants mouvements de population« .

Des masques en quantité suffisante à partir du 11 mai

Le Premier ministre est revenu longuement sur la question des masques et a tenu à justifier le choix d’avoir réservé exclusivement ces derniers aux soignants.

« Réserver les masques aux soignants, c’est un choix difficile, contesté, mais que j’ai jugé nécessaire. »

Édouard Philippe a aussi justifié la pénurie qu’a connue la France dès le début de la crise sanitaire par le blocage de l’importation de masques, provenant de Chine, et la considérable augmentation de consommation de ces derniers en France. Il a toutefois été assuré qu’il y aurait « assez de masques dans le pays pour faire face aux besoins à partir du 11 mai. »

Pour cela, les collectivités territoriales seront soutenues par l’État à hauteur de 50 % pour l’achat de masques lavables. Les pharmacies et la grande distribution seront elles aussi invitées à mettre en vente des masques en tissu ou lavables.

« Progressivement, nous parviendrons à une situation classique, où les Français pourront, sans risque de pénurie, se procurer des masques grand public dans tous les commerces. »

Les personnes testées positives devront s’isoler

« L’objectif final de cette politique est de permettre d’isoler au plus vite les porteurs du virus. L’isolement n’est pas une punition ni une sanction. C’est une mesure de précaution collective », a affirmé Édouard Philippe.

Avec un objectif de 700 000 tests virologiques disponibles en France chaque semaine à compter du 11 mai, chaque personne testée positive devra procéder à un isolement. Deux options se présenteront à elle : s’isoler dans le domicile familial, entraînant l’isolement de toute la famille pour une durée de 14 jours, ou s’isoler dans des « hôtels réquisitionnés« . Ces tests seront pris en charge « à 100 % par l’Assurance maladie. »

Les cas contacts – autrement dit les personnes ayant été en contact avec une personne déclarée positive – seront eux aussi incités à procéder au test virologique.

Le Premier ministre a ainsi rapidement évoqué l’application StopCovid, qui suscite selon lui un « débat prématuré ».

« Lorsque l’application fonctionnera, nous organiserons un débat spécifique, suivi d’un vote spécifique. »

Des rassemblements limités à 10 personnes

« La vie sociale va reprendre progressivement », a tenu à assurer le Premier ministre à l’hémicycle et aux Français. Il sera par exemple possible de se rendre à nouveau dans les parcs et jardins, mais uniquement dans les départements où le virus ne circule pas « de façon active« .

Un certain nombre de lieux publics ne pourront toutefois pas accueillir du public avant la deuxième phase du déconfinement. Les plages resteront inaccessibles « jusqu’au 1er juin« . Même son de cloche pour les « salles de fêtes et salles polyvalentes » qui rouvriront leurs portes le 2 juin.

Les lieux de culte pourront quant à eux rester ouverts mais ne devront pas organiser de « cérémonies religieuses » avant cette même date. Les cérémonies funéraires continueront à être organisées dans les mêmes règles que celles qui valent durant le confinement : pas plus de 20 personnes, personnel funéraire compris. Les cimetières seront néanmoins ouverts dès le 11 mai.

Les « grands musées, cinémas et théâtres » ne pourront pas rouvrir pour le moment. Enfin les grands rassemblements de plus de 5 000 personnes ne s’organiseront pas avant le mois de septembre. Cela met fin notamment à la saison sportive 2019-2020.

« D’une façon générale, il nous faut éviter les rassemblements qui sont autant d’occasions de propagation du virus. Les rassemblements sur la voie publique et dans les lieux privés seront dont limités à 10 personnes. »

Après une heure de prise de parole, le Premier ministre a donné rendez-vous aux Français à la fin du mois de mai pour « évaluer les conditions dans lesquelles nous pourrons poursuivre le déconfinement. » Édouard Philippe proposera aussi dès samedi d’adopter prochainement une loi « qui permettra de proroger l’urgence sanitaire au-delà du 23 mai et autorisera la mise en œuvre des mesures nécessaires à l’accompagnement du déconfinement. »

Dinah Cohen

Réouverture des écoles pour le déconfinement : « J’ai peur de retourner enseigner »

Mardi 28 avril à 15h, le Premier ministre Edouard Philippe a présenté devant l’Assemblée nationale son plan de déconfinement. L’éducation fait partie des axes majeurs de ce plan, et plus précisément la réouverture des écoles. Celle-ci sera sur la base du volontariat, progressive, adaptée localement et dans le respect de mesures strictes.

« Les écoles maternelles et primaires rouvriront sur tout le territoire à partir du 11 mai », annonce Edouard Philippe. (Piqcels.)

Lors de son allocution devant l’Assemblée nationale mardi 28 avril, Edouard Philippe a annoncé une adaptation locale du plan de déconfinement, mis en place pour lutter contre l’épidémie de coronavirus, avec des spécifications par département. Néanmoins, sur tout le territoire, les maternelles et les écoles primaires seront les premiers établissements scolaires à rouvrir leurs portes à partir du 11 mai. Les collèges rouvriront la semaine suivante (à partir du 18 mai), mais seulement dans les département à faible risque de propagation, et en commençant par les classes de 6ème et de 5ème. Les lycéens, quant à eux, restent dans l’incertitude: « Nous déciderons fin mai si nous pourrons rouvrir les lycées début juin » a annoncé le Premier ministre.

Priorité est faite aux plus jeunes donc, une décision qui soulage certains parents d’élèves, comme l’estime Caroline Leman. Cette mère de trois enfants entre 3 et 9 ans les renverra sur les bancs de l’école « sans hésitation« . En cause, les limites de l’école à la maison :

« Cela ne peut être que provisoire. Les enfants ont besoin de la figure de la maîtresse pour apprendre, de leurs copains pour s’émanciper. Et puis, à Paris, on n’a pas de cour de récréation dans chaque logement.« 

Vie scolaire et gestes barrières

Pourtant, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et France Info, Caroline Leman fait partie des rares Français favorables au retour de leurs enfants à l’école (un tiers seulement). En effet, bien que les enfants présentent peu de risques d’aggravation de la maladie, certains redoutent des contaminations en tant que porteurs asymptomatiques. L’annonce de la réouverture des écoles s’est donc accompagnée d’inquiétudes, comme celle qu’exprime le docteur Hamon à l’AFP: « Les enfants risquent de ramener le virus à la maison« .

Pour pallier ces risques de contamination à l’école, le gouvernement prévoit des mesures restrictives : pas plus de 15 élèves par classe, port de masque obligatoire pour le personnel scolaire ainsi que pour les élèves à partir du collège et distribution de gel hydroalcoolique. Des mesures qui ne convainquent pas Kadiatou Camara, mère de quatre enfants.

« Je comprends tout à fait que les enfants en bas âge ne portent pas de masque, mais cela ne me rassure pas« 

Trois de ses quatre enfants sont trop jeunes pour être soumis aux règles barrière. Un risque auquel cette « mère de famille nombreuse » ne souhaite pas exposer ses proches: « Le 11 mai, la première chose que je veux faire c’est emmener mes enfants voir leurs grands-parents. Sauf que mon père est diabétique, donc si mon fils s’approche de lui, qu’il s’est fait contaminer à l’école mais qu’on ne le sait pas parce qu’il est asymptomatique, cela pose problème. Je préfère garder mes enfants avec moi à la maison« .

Pour Caroline Leman, au contraire, ces mesures sont déjà « trop restrictives« . « On ne peut pas imposer à des enfants en bas âge de porter des masques, ce serait leur créer des peurs et des appréhensions » explique la mère de famille. « Et puis la distanciation d’un mètre, en toute logique, si les enfants restent des enfants, ils ne vont pas la respecter« , ajoute-t-elle.

Même dans les collèges et les lycées, où le port de masque serait obligatoire, l’heure est aux inquiétudes. Isabelle Mézaltarim est professeur d’éco-gestion en lycée professionnel à Metz :

« J‘ai peur de retourner enseigner. Après trois mois de confinement, je vois mal mes élèves de 16 ans ne pas s’embrasser, ne pas se toucher. Ni même porter un masque toute la journée. Il vaut mieux que tout le monde reste chez soi« 

Le retour en classe s’annonce donc lent, progressif et surtout soumis aux aléas de la propagation du virus une fois le déconfinement entamé. Malgré les mesures strictes prévues par le gouvernement, le facteur de contamination dans les écoles inquiète. En témoigne notamment les 64% de Français qui, s’appuyant sur le critère « volontaire » de cette première mesure de déconfinement, feront le choix de ne pas renvoyer leurs enfants à l’école le 11 mai.

Eléana Bonnasse

Déconfinement : commerces, transports et vie sociale, ce qui va se passer le 11 mai

Édouard Philippe a présenté, mardi 28 avril, les modalités du déconfinement, prévu à partir du 11 mai en France, après une stabilisation de l’épidémie de Covid-19. Le Premier ministre a précisé les grandes règles à adopter dans plusieurs secteurs tels que les commerces, les entreprises, les transports et plus largement la vie sociale.

Le Premier ministre a dévoilé le plan de déconfinement devant l’Assemblée Nationale. ( Flickr/Jacques Paquier)

Le plan de déconfinement tant attendu a été dévoilé ce mardi. Si l’enjeu est de réussir à lever le confinement sans pour autant réactiver la pandémie de coronavirus, le Premier ministre a présenté un déconfinement progressif. Un plan par étapes, avec une première phase du 11 mai au 2 juin. L’occasion de faire le point sur les mesures à appliquer dans certains domaines clés.

« Réorganiser la vie au travail« 

Afin de permettre la reprise de la vie économique du pays, le Premier ministre appelle les entreprises à « maintenir le télétravail pour les trois prochaines semaines à venir partout où cela est possible ».

Pour les entreprises ne pouvant pas bénéficier du télétravail, Édouard Philippe encourage un recours à la pratique des horaires décalés pour réguler les flux dans les transports mais aussi pour réduire la présence de plusieurs salariés sur un même lieu de travail.

En ce qui concerne le dispositif d’activité partielle, le Premier ministre assure son maintien jusqu’au 1er juin.

Un cahier des charges strict pour la réouverture des commerces

Masques, démarcations au sol, gestion du flux… les commerces devront s’adapter. Si les commerces et les marchés pourront rouvrir dès le 11 mai prochain, les restaurants, bars, cafés mais aussi les centres commerciaux de plus de 40 000 mètres carrés resteront fermés au public.

Pour les commerces concernés par une possible réouverture, le nombre de personnes présentes devra être limité, les flux de clients régulés afin de respecter la mesure de distanciation sociale d’un mètre entre chaque personne.

Édouard Philippe recommande également le port du masque grand public pour les personnels et les clients lorsque les mesures de distanciation physique ne pourront pas être garanties et permet notamment aux commerçants de « subordonner l’accès des magasins au port du masque« .

Une offre de transports adaptée 

Si l’équation est complexe, la réponse sera quant à elle adaptée. L’objectif est dans un « premier temps de remonter au maximum l’offre de transport urbain« , il s’agit ensuite de « faire baisser la demande, en favorisant le télétravail« . Comme l’avait indiqué la présidente de la RATP Catherine Guillouard vendredi 24 avril sur France Inter, Édouard Philippe confirme que « 70% de l’offre de la RATP sera disponible le 11 mai« .

Dans tous les transports, le port du masque sera rendu obligatoire « au moins pour les trois semaines à venir », précise le Premier ministre. Pour garantir le respect des gestes barrières, Edouard Philippe va plus loin en annonçant que « la capacité du métro parisien sera réduite, qu’il faudra par exemple condamner un siège sur deux, favoriser par des marquages au sol la bonne répartition sur les quais, se préparer à limiter les flux en cas d’affluence« .

S’agissant de la SNCF et des déplacements interrégionaux ou interdépartementaux, la logique est inverse. Ces trajets seront limités et réservés aux seuls motifs professionnels ou familiaux impérieux.

« Les rassemblements seront limités à 10 personnes »

Côté vie sociale, il sera désormais possible de circuler librement, sans attestation dans une limite de 100 km du domicile ; et de pratiquer « une activité sportive individuelle en plein air en respectant les règles de distanciation physique« , annonce le Premier ministre. En revanche, la pratique de sports collectifs dans des lieux couverts reste interdite.

Les parcs et jardins ne pourront rouvrir que dans les départements classés « verts », et les plages resteront inaccessibles « au moins jusqu’au 1er juin ».

Si les médiathèques, bibliothèques et petits musées sont autorisés à rouvrir leurs portes, les grands musées, cinémas, théâtres et salles de spéctacles devront maintenir leur fermeture. Aucune grande manifestation sportive ou culturelle comme les festivals, ni aucun évènement regroupant plus de 5 000 participants ne pourront se tenir avant le mois de septembre.

Enfin, si les lieux de cultes pourront continuer d’être ouverts, Édouard Philippe invite les mairies à reporter les mariages et « d’une façon générale, éviter les rassemblements qui sont autant d’occasions de propagation du virus. Les rassemblements organisés sur la voie publique ou dans des lieux privés seront limités à 10 personnes« .

Conscient que ces règles de vie sociale puissent « paraître compliquées, sévères pour certains ou trop laxistes pour d’autres« , Édouard Philippe se justifie :

« Je vous propose de rétablir un régime de libertés où nous devons fixer des exceptions contraignantes, mais il en va de notre santé à tous. »

Le Premier ministre donne d’ores et déjà rendez-vous aux Français à la fin du mois de mai pour la deuxième étape du déconfinement, qui s’accompagnera à son tour de mesures nécessaires selon le gouvernement au bon déroulement du processus.

 

Lea Deschateaux