Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme: les enjeux de la conférence

La France accueille, ce mercredi 9 octobre à Lyon, une conférence du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Plusieurs pays vont y dévoiler leur financement pour les trois prochaines années, pour atteindre un objectif: recueillir 14 milliards de dollars, soit environ 12,8 milliards d’euros, pour la période 2020-2022 afin de sauver 16 millions de vies.

 

À Lyon, se tient pour la première fois la sixième conférence de reconstitution du Fonds mondial contre le sida, la tuberculose et le paludisme.
Sida-Sidaction-AFP 

Lyon est en ce moment la capitale mondiale de la lutte contre le sida. Les 9 et 10 octobre, la ville accueille la sixième conférence du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Organisée tous les trois ans, cette conférence est cruciale pour financer la lutte contre ces maladies infectieuses. La réunion rassemble les grands acteurs de la santé mondiale dans l’optique de mobiliser des partenaires pour éradiquer de la planète ces trois maladies qui font quelque trois millions de morts par an. Elle réunit 700 participants, dont 10 chefs d’État et de gouvernement, le chanteur Bono, co-fondateur de l’association RED et le milliardaire Bill Gates, premier contributeur privé à l’organisme via sa fondation.

Le président français avait proposé que la France soit le pays hôte de ce rendez-vous et a signé la charte  »Métropole sans Sida » le 7 octobre 2019. Cette signature engage la Métropole de Lyon dans des actions concrètes en termes de prévention contre les maladies les plus meurtrières au monde. Un ruban géant rouge, symbole de la lutte contre le sida, est affiché sur la façade de l’hôtel de ville.

Diviser de moitié le taux de mortalité

Durant deux jours, les donateurs vont annoncer la somme d’argent qu’ils envisagent de donner au Fonds mondial. Objectif : obtenir un engagement financier plus conséquent des pays les plus riches. Le plus grand donateur reste les Etats-Unis, à hauteur de 33% des contributions. La France est deuxième. Plus de 80 villes dans le monde (Amsterdam, Bruxelles, Madrid, Paris, New York, San Francisco, Bombay, Melbourne, Alger, Marrakech, Melbourne, Mexico, Buenos Aires…) contribuent financièrement au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

L’objectif du Fonds est de diviser de moitié le taux de mortalité à travers une récolte d’au minimum 14 milliards de dollars. L’argent doit permettre de financer les traitements pour 20 millions de personnes vivant avec le VIH (Virus de l’Immunodéficience Humaine: type de virus qui peut causer le SIDA) dans le monde. Ca pourrait permettre de réduire le nombre de décès liés aux trois maladies de 2,5 millions en 2017, à 1,3 millions en 2023. La somme récoltée doit également permettre de renforcer les systèmes de santé, à travers des actions de surveillance, de diagnostic, de formation des professionnels de santé, afin d’assurer l’accès aux services de santé pour toutes et tous.

Selon le ministère de la Santé, il est « nécessaire de poursuivre les actions engagées et de renforcer une approche ciblée en direction des populations les plus exposées au VIH ».

 

Quelques chiffres

Statistiques sur l’état de l’épidémie de sida dans le monde en 2018 :

  • 1.7 million de personnes sont devenues nouvellement infectées par le VIH.
  • 37.9 millions de personnes vivaient avec le VIH.
  • 8 millions de personnes ne savaient pas qu’elles vivaient avec le VIH.
  • Chaque semaine, environ 6200 jeunes femmes âgées de 15 à 24 ans ont été infectées par le VIH.
  • 770.000 personnes sont décédées de maladies liées au sida dans le monde, contre 1,2 million en 2010. Les décès liés au sida ont été réduits de 33% depuis 2010.
  • À la fin de 2018, 19 milliards de dollars étaient disponibles pour la lutte contre le sida dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

 

Racha Miled

 

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *