Municipales à Paris : les « Parisiennes, Parisiens » à l’offensive

Gaspard Gantzer lors de la soirée de lancement de son mouvement « Parisiennes, Parisiens », jeudi soir à Paris. Photo : Alain JOCARD / AFP

L’ancien conseiller en communication de François Hollande, Gaspard Gantzer, a officiellement lancé son mouvement « Parisiennes, Parisiens » jeudi soir à Paris, avec dans sa ligne de mire, les municipales de 2020.

C’est un secret de Polichinelle. Sans faire de candidature officielle, Gaspard Gantzer l’a annoncé haut et fort devant environ 800 personnes lors de la soirée de lancement de son mouvement « Parisiennes, Parisiens » jeudi, dans le 18e arrondissement de Paris : « Je ne sais pas où ça va nous conduire, où l’on sera en 2020, mais on a l’énergie pour reprendre les clés de l’Hôtel de ville ».

L’annonce avait été faite en avril dernier. Gaspard Gantzer revient en politique, avec son « mouvement progressiste qui veut redonner à Paris sa vitalité et son rayonnement ». Un mouvement politique d’abord citoyen, ni de gauche, ni de droite. Avec en tête d’affiche, un jeune énarque de 39 ans, passé par l’Elysée. Comme une sensation de déjà vu.

Selon Baptiste Ménard, vice-président du « Think Tank Different » et président du Groupe Socialiste Universitaire (GSU) de Lille, c’est « parce que les partis politiques traditionnels sont décriés qu’il y a une tentation chez les acteurs de faire de la politique autrement. Beaucoup de personnes, des citoyens lambda, se disent : ‘pourquoi pas moi ?' ».

Un effet Macron

Doit-on y voir un effet Macron ? A peine lancé, ce mouvement ravive des réminiscences qui ne sont pas si lointaines. « En 2007, il y avait déjà cette ambition d’intégrer les citoyens à la politique. Je pense notamment à Désir d’Avenir de Ségolène Royal, poursuit Baptiste Ménard. Mais cette logique s’est affirmée avec le mouvement d’Emmanuel Macron et surtout avec son élection ».

Jeudi soir, c’est la salle de spectacle Elysée Montmartre, dans le 18e arrondissement de la capitale, qui a été choisie par l’ancien conseiller de François Hollande pour ce premier meeting. Un arrondissement « symbolique de Paris, parce qu’il y a la plus grande mixité de quartiers », a-t-il justifié, avant de préciser qu’il s’agissait aussi de l’ancien fief « de Bertrand Delanoë, Alain Juppé et Georges Clemenceau ».

Celui qui se définit comme un « titi parisien » et qui se targue de connaître « Paris comme [sa] poche » ne peut pas le renier. Il veut revenir en politique. Et même s’il est « trop tôt » pour affirmer qu’il brigue la mairie de Paris, ses faits et gestes sont assimilés à ceux d’un homme politique en campagne.

Sur les réseaux sociaux – dont il connait tous les rouages après les avoir alimentés pour le Président François Hollande – il détaille ses mesures. Ou son programme ?

 

Certains Parisiens le voient déjà en campagne. Gaspard Gantzer obtient 5% des voix dans les sondages. Et le bientôt quadragénaire, à la tête de la boîte de conseil en communication « 2017 », est déjà critique face à ses adversaires.  En avril dernier, il condamnait le parti au pouvoir, La République en marche (LREM), et son organisation « très verticale ». « On dirait le PS ! », se moquait-il.

Car celui qui a été militant au Parti socialiste, qui a soutenu Désir d’Avenir de Ségolène Royal après avoir été le porte-parole de Bertrand Delanoë de mai 2012 à janvier 2013, a aussi été séduit par la promesse de démocratie participative de LREM. Une promesse qu’il fait désormais sienne.

« Du changement, des nouvelles idées, des nouvelles têtes »

Sur France Inter, en avril dernier, il déclarait : « Je ne réfléchis plus avec des étiquettes politiques, […] il ne faut pas réfléchir à partir des appareils politiques ». Gaspard Gantzer veut se détacher de la vieille politique, à tel point qu’il ne reprend pas la carte du PS, qu’il avait depuis 2002. Au Figaro, il se confie : « Moi, je veux du changement, des nouvelles idées, des nouvelles têtes. Pas des élus qui ont cumulé des mandats nationaux ou locaux depuis 10 ou 20 ans. »

Car pour voir « Paris en grand », l’énarque mise sur le renouveau. Comme pour effacer les traces du PS et celles d’Anne Hidalgo, critiquée sur plusieurs dossiers, de l’hébergement des migrants aux Autolib’, en passant par la question de la propreté. Mais Baptiste Ménard reste prudent. « Il y a un risque d’émiettement dans les mouvements politiques. Le mieux est l’ennemi du bien, et à force de créer plusieurs mouvements, on perd en clarté. Dans quelle mesure le citoyen peut-il s’y retrouver ? Personnellement, je crois aux partis politiques et à leur rôle structurant dans la démocratie ».

Du renouveau, pour faire le ménage en haut en partant du bas. De la société. « Le Parti socialiste, quant à lui, est retourné vers ses vieux réflexes : congrès qui ne tranche rien, courants qui servent d’écuries pour les ambitieux, croyance dans l’alternance automatique qui dispense de réfléchir. […] Pour Paris, quittons la vieille politique », écrit d’ailleurs dans une tribune au Parisien – Aujourd’hui en France, Benjamin Djiane, adjoint au maire PS du IIIe arrondissement de Paris et ancien conseiller de Manuel Valls, qui a rejoint le mouvement « Parisiennes, Parisiens ».

Moi, je veux du changement, des nouvelles idées, des nouvelles têtes. Pas des élus qui ont cumulé des mandats nationaux ou locaux depuis 10 ou 20 ans. »

– Gaspard Gantzer

A croire que pour réussir dans le monde de la politique, il ne faut pas en venir. L’effet Macron et son ambition de mettre la société civile dans la haute sphère politique ne s’essoufflent pas. Les mouvements citoyens se multiplient. A Paris et en Province. A Besançon (Doubs), le « Mouvement Franche-Comté », régionaliste, suit l’exemple. Dans son appel à candidature, le président Jean-Philippe Allenbach a précisé que sa liste « comportera au maximum 25% de fonctionnaires et au maximum 25% de politiques, tous ses autres membres étant issus de la société civile ou du secteur économique ». En 2001, il s’était déjà présenté aux municipales. Sous l’étiquette du Parti fédéraliste. Etiquette qu’il a laissé tomber. Du côté de Lorient, en Bretagne, même principe. Menée par Fabrice Loher, « L’Union pour Lorient », jusqu’alors associative, s’est déclarée comme mouvement politique le 1er janvier pour les prochaines municipales. Issue des Républicains et de l’UDI, elle s’est élargie à la société civile… non étiquetée.

 

Noémie Gobron

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *