Liban. Le plus vieux quotidien du pays publie une édition vierge pour dénoncer la classe politique

Les lecteurs du quotidien libanais An-Nahar ont été surpris ce jeudi matin car les huit pages de l’édition du jour étaient blanches. La directrice de ce journal arabophone, Nayla Tuéni, a expliqué que ce geste visait à dénoncer la situation politique du pays et la crise de la presse qui touche la presse libanaise. 

Les copies blanches du quotidien an-Nahar sur un stand de journaux de la ville de Byblos (Photo par JOSEPH EID / AFP)

Les copies blanches du quotidien an-Nahar sur un stand de journaux de la ville de Byblos (Photo par JOSEPH EID / AFP)

Des pages blanches contre le vide de la classe politique libanaise 

Le quotidien, fondé en 1933, a publié huit pages vierges, et mis en ligne des blocs vides sur la page d’accueil de son site internet pour dénoncer cette situation. Le compte Twitter du journal a également publié une image blanche jeudi matin.

Lors d’une conférence de presse, Nayla Tuéni a exprimé son inquiétude quant à la situation politique du Liban : « La plume est une arme, et les pages blanches du Nahar aujourd’hui sont notre arme. L’objectif de notre plume est de transmettre la douleur du peuple. Et le peuple est fatigué. Le Nahar est fatigué de reproduire vos promesses non tenues« . La directrice fait référence à l’absence de gouvernement à la tête du pays. En effet, depuis les législatives qui se sont tenues en mai dernier, le Premier Saad Hariri n’a toujours pas réussi à désigner de nouveaux ministres.

Cette difficulté est dû au régime politique multi-confessionnel qui exige de répartir les sièges politiques en fonction de la répartition des confessions présentes au Liban.

 

La presse libanaise tire la sonnette d’alarme

Les quotidiens libanais traversent une crise économique. La plupart des titres sont financés par les partis politiques et les titres indépendants peinent à survivre. Ainsi, le journal As-Safir a dû arrêter sa publication en décembre 2016. Le groupe de presse Dar as-Sayyad a aussi fermé ses portes récemment.

Concernant An-Nahar, Nayla Tuéni se veut rassurante : « Bien sûr, nous allons continuer à imprimer notre journal en version papier, et la version électronique continuera aussi« . Elle insiste également sur le lien entre cette crise de la presse et la crise plus générale que traverse ce pays du Proche-Orient : « Le pays connaît une grande crise, et nous devons tous nous mobiliser. Que deviendra le Liban sans la presse ? Nous voulons un pays sain, une économie saine, ne plus craindre les maladies et la dégradation de l’environnement, ou l’exil de nos enfants. Chaque secteur dans ce pays est en crise« .

Le 1er octobre dernier, le président Michel Aoun avait lui-même déploré la situation que traverse la presse au Liban.

A.D.A

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *