Le Var doit-il se préparer à de plus en plus d’inondations ?

 

Une pelleteuse enlève les débris charriés par les violentes pluies de la nuit du 10 Octobre (Photo Valery HACHE / AFP)

Une pelleteuse enlève les débris charriés par les violentes pluies de la nuit du 10 Octobre, à Fréjus (Var) 
(Photo Valery HACHE / AFP)

 

En quelques heures, il est tombé l’équivalent de 47 jours de pluie sur le département du Var. Au moins deux personnes sont mortes après avoir été emportées vers la mer par la montée de la rivière Garonnette, à Sainte-Maxime. En 8 ans, le Var compte à lui seul près de 40 décès suite à des inondations. Faut-il s’habituer à vivre de plus en plus d’inondations dans le Sud de la France ? 

 

Depuis 2010, cela fait 6 fois que le Var est soumis à de violentes inondations, 6 fois que ces inondations se soldent pas des décès. Au total, ce sont près de 40 morts qui sont à décompter sur cette période de huit ans. Seuls les années 2011 et 2012 n’ont pas connues d’inondations meurtrière. Ces événements semblent de plus en plus fréquents.

Le changement climatique, une facteur déterminant ?

« On ne peut pas le nier, sur les dernières décennies, les épisodes pluvieux sont plus nombreux, surtout, plus intenses confirme Loïc Spadafora, prévisionniste météo chez Agate Météo. Sur les dix dernières années on note la recrudescence de phénomènes ultralocalisés, des orages diluviens qui frappent surtout les littoraux.  » Des phénomènes pluvieux, plus intenses, avec des orages qui se stabilisent sur un territoire, saturant les sols et les rivières. Ce sont les « crues éclaires », et ce sont elles qui sont responsables des récents épisodes en Provence Alpes Cote d’Azur.

Pour autant, ces précipitations amènent-elles forcément plus d’inondations ? « Les couches d’incertitudes demeurent nombreuses » tempère Pierre Javelle, hydrologue à l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (ISTREA). Pour l’hydrologue, si l’intensification des précipitations est une certitude, impossible de savoir s’il y a plus d’inondations qu’avant, ou non. » Des événements extrêmes comme celui de cette nuit, il y en a déjà eu. Par contre, il faut arriver à caractériser s’ils reviennent plus souvent ou pas. Il nous manque encore 10 ou 15 ans d’observation pour déterminer si c’est le cas ou non » explique le spécialiste de l’ISTREA.

En analysant le nombre de communes varoises (voir graphique ci-dessous) ayant été reconnues comme victimes de « catastrophe naturelle » suite à une inondation, on voit bien qu’il y a depuis 2008 une tendance à la concentration de tels phénomènes. On remarque cependant entre 1992 et 1996 une séquence similaire dans laquelle de nombreuses communes ont été reconnues catastrophes naturelles.

 

Mais cet état de catastrophe naturelle est notamment décrété afin de permettre le remboursement des personnes touchées par l’inondation. Ici, le principal critère de décision n’est donc pas la hauteur d’eau . Il s’agit des dégâts causés, matériels ou humains.

 

Une vulnérabilité nouvelle face aux inondations

Après la question des précipitations se pose la question de la vulnérabilité face à celles-ci. » Il y a une pression urbaine de plus en plus forte, explique Pierre Javelle. on construit dans des zones ou l’on ne construisait pas avant. Dans ces territoires, on met des choses qui peuvent potentiellement être détruites.  » C’est ce que les spécialistes appellent l’exposition.  » Il y a beaucoup plus d’enjeux exposés en zone inondable qu’avant » poursuit-il.

 

« il y a tout de même beaucoup de choses qu’on peut faire en matière d’aménagement du territoire » explique Pierre Javelle . Réduire les dégâts est aussi une question d’aménagement du territoire. Les bons gestes et bons réflexes, déplorent les spécialistes, sont encore trop peu répandus, que ce soit du côté des particuliers, ou des communes qui peuvent tardent à donner l’alerte.

Plus d’inondations ? Impossible de le dire donc pour l’instant. Mais des phénomènes pluvieux qui ont changé: plus soudains, avec des événements plus concentrés. Et si la nature du risque a changé, la préparation à celui-ci n’a que peu évolué, expliquant peut-être la recrudescence des inondations constatée ces dernières années.

 

Gaël Flaugère 

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *