En Europe, on divorce plus et on se marie moins

Divorcer ou se marier n’est pas qu’une affaire personnelle. C’est également une question de culture et ces actes révèlent des différences sociétales entre les différents pays de l’Union européenne.

divorce

Assez logiquement, on retrouve la fragmentation classique entre les pays du Nord et les pays du Sud du continent. Les premiers, souvent qualifiés de progressistes, divorcent plus et depuis plus longtemps. Tandis que les deuxièmes, qualifiés de plus conservateurs, divorcent moins et ce, depuis peu.

Aujourd’hui, un Lituanien a environ quatre fois plus de chance de divorcer qu’un Irlandais. En 2015, sur 1 000 habitants, 3,2 Lituaniens divorçaient contre 0,7 Irlandais. L’Irlande a en effet autorisé tardivement le divorce, en novembre 1995, par rapport à ses voisins européens. Depuis sa légalisation, ce taux reste très stable. Mais, si l’on fait le parallèle avec l’Espagne, autre pays ayant adopté tardivement le divorce, en 1981, il peut s’agir d’un effet de génération. Durant vingt ans, le taux de divorce espagnol est resté stable, entre 0,5 et 0,9 pour 1 000 habitants. Puis, une rupture s’observe dans les années 2000, où ce taux double en seulement cinq ans, entre 2000 et 2005, soit vingt-cinq ans après la légalisation du divorce. Le temps que de nouvelles pratiques sociétales se mettent en place.

En France, où le divorce par consentement mutuel a été autorisé en 1975 sous Valéry Giscard d’Estaing, le taux varie peu et se situe exactement dans la moyenne européenne en 2015, soit 1,9 divorces pour 1 000 habitants.

La religion, un facteur explicatif ?

La Pologne, l’Irlande et l’Espagne sont des pays majoritairement catholiques et rendent compte des plus faibles taux de divorce européen. Le divorce n’est pas autorisé par l’institution religieuse qui considère les liens du mariage comme indissolubles.

Malte ne figure pas dans ce classement, mais ce pays également très catholique, vient seulement d’autoriser le divorce, en 2011. Il était le dernier pays européen à ne pas autoriser cette pratique.

Néanmoins, la religion ne peut pas être la seule explication puisque la Lituanie est un pays où la religion catholique est majoritaire et se situe tout de même en haut du classement. Le pouvoir politique pouvant alors entrer en jeu. La Lituanie a, à sa présidence, depuis une vingtaine d’années des personnalités dites sans étiquettes mais qui présentent des sensibilités plutôt sociales-libérales. Contrairement à la Pologne, dont les personnalités politiques ont des sensibilités explicitement plus conservatrices.

Vers une homogénéisation du taux de divorce en Europe

Néanmoins, si la tendance générale du taux de divorce est à la hausse – la moyenne européenne est passée de 0,9 divorces à 1,9 pour 1 000 habitants en une quarantaine d’années – force est de constater que les courbes se resserrent. Et parfois de manière assez brutale pour certains pays.

L’Estonie, après avoir été le pays où le taux de divorce était le plus important au début des années 1990, avec un pic à 5,2 divorces pour 1 000 habitants en 1995, la courbe s’est inversée, rejoignant presque la moyenne européenne actuelle. La Lettonie ayant initiée cette logique dix ans auparavant. Les écarts, flagrants au début des années 1970, sont de plus en plus restreints.

 

 

Quand le taux de divorce s’élève, le taux de mariage s’effondre

La hausse du taux de divorce ne pourrait s’expliquer sans le mettre en corrélation avec la chute du taux de mariage en Europe.
Les pays les plus friands du divorce sont ceux que l’on retrouve également en tête de classement. Les Lituaniens, Lettons et Estoniens sont ceux qui se marient le plus, par rapport à la moyenne européenne, à 4,4 mariages pour 1 000 habitants.

Là encore, une homogénéisation des taux de mariage s’observe. Et plus significative encore que pour le taux de divorce. En dépit des différences culturelles des pays. L’influence de la religion ne semble pas expliquer à elle seule ces variations car, si la Pologne et la Lituanie, deux pays très catholiques où le taux de mariage repart à la hausse depuis les années 2000 – 2005, il n’en est rien pour l’Espagne et l’Irlande, deux pays au sein desquels l’Église pèse tout autant dans les débats de société. Or, le taux de mariage ne cesse de diminuer depuis les années 1980. Là encore, un effet de génération semble expliquer les tendance. De manière générale, les jeunes générations s’écartent des institutions religieuses.

G. de Préval

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *