Top 3 des bad buzz les plus marquants des derniers mois

Bad Buzz

Un bouche-à-oreille négatif qui enflamme les réseaux sociaux, c’est ce qu’on appelle un “bad buzz”. Critiques acerbes sur Facebook et tweets dévastateurs mettent à mal l’image d’une entreprise, causent des surcoûts financiers, et impactent l’activité et la e-réputation des entreprises.

 

3) Electronic Arts : 52% des ventes de son jeu phare

Dans le jeu Star Wars Battlefront 2 de l’américain Electronic Arts, il faut payer un prix élevé pour jouer les divers personnages, en plus des 60 dollars que coûte le jeu. La communauté des joueurs est immédiatement montée au créneau. EA a reçu un nombre record de votes négatifs sur Reddit, le plus grand forum au monde : 673 000. Star Wars Battlefront 2 est devenu un échec commercial retentissant, avec moins de la moitié des ventes attendues.

Sur le site Metacritic, le jeu a une moyenne de 0,9 sur 100 donnée par les utilisateurs, et une moyenne de 68% par la presse.

Sur le site Metacritic, le jeu a une moyenne de 9% donnée par les utilisateurs, et une moyenne de 68% par la presse. Les joueurs sanctionnent le jeu pour la politique d’Electronic Arts.

 

2) United Airlines : 4 points en bourse

La compagnie aérienne américaine a défrayé la chronique en éjectant violemment un passager d’un avion surbooké. Deux vidéos postées sur Twitter montrent un médecin, le visage ensanglanté et les vêtements déchirés, suppliant de le laisser rester dans l’avion.

En réponse, le PDG d’United Airlines a choisi de blâmer publiquement la victime. La réaction sur les réseaux sociaux ne tarde pas et l’entreprise subit un boycott sans précédent. L’action United Airlines chute de 4 points en bourse dans les heures qui suivent, coûtant à la compagnie 1 milliard de dollars selon le journal The Independant. Depuis, l’action United est passée de $72 à $63,1, en chute constante depuis le bad buzz. Ironiquement, le PDG d’United Airlines avait reçu le mois précédant le prix de communicant de l’année.

 

1) Samsung : 5 milliards de dollars

Le Galaxy Note 7 explose, c’est la rumeur qui circule sur les réseaux sociaux à la sortie du nouveau smartphone du coréen Samsung. Des images de téléphones calcinés, postées réseau social chinois Baidu, se répandent inexorablement. Samsung estime que seuls 0,0024% des appareils présentent un risque potentiel, mais le bad buzz est inarrêtable.

La compagnie se résigne finalement à rappeler tous les téléphones en circulation. C’est le bad buzz le plus cher de l’histoire, avec un coût estimé à 5 milliards de dollars.

 

Jean-Gabriel Fernandez

 

A lire aussi :

Community manager, un métier difficile devenu indispensable

Camille Cancian, community manager sans pression

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *