Slasheurs : ils cumulent les emplois par contrainte ou par passion

Crédits : Axelle B, public domain pictures

16 % de la population active s’identifie comme slasheur. Crédits : Axelle B, public domain pictures

`

Fini le rêve de l’emploi unique et stable. Dépassée l’époque où l’on restait des décennies dans une même entreprise. Désormais, le travail s’envisage différemment. Plus de 4 millions de Français jonglent avec les boulots. On les appelle les slasheurs. Mais quelles sont les motivations ?

  • « Slasheurs » : ça vient d’où ?
« Cumuler les jobs, c’est dur. Parfois, je suis content que la semaine se termine ». A 25 ans, Romain Guiraud est chauffeur-livreur en CDI, mais aussi auto entrepreneur. Il y a un mois, il a monté son entreprise dans le secteur de l’évènementiel. Organisation, polyvalence ou encore créativité figurent parmi les compétences requises pour devenir slasheur. En France, ces pluriactifs seraient plus de 4 millions, soit 16 % des actifs, selon une étude publiée en 2016 par le Salon des micros entreprises.
C’est en 2007, aux Etats-Unis, que le terme « slasheur » est employé pour la première fois. L’expression vient de l’utilisation de la petite barre inclinée pour signifier une accumulation. Par exemple : vendeur / chanteur / informaticien.
Cette façon de travailler a toujours existé, selon le sociologue Serge Guérin. « Particulièrement dans les catégories modestes, les gens ont toujours cumulé des “petits boulots”. Le cas typique est celui de l’aide ménagère qui est en même temps caissière et babysitteur pour arriver à joindre les deux bouts en fin de mois », explique-t-il.
  • Est-ce qu’on slash par contrainte ?

« Plusieurs amis infirmiers ne trouvent pas de CDI, c’est compliqué. Je ne pense pas en avoir un en sortant de l’école. Alors, s’il le faut, je serai slasheuse »

L’argent est la raison première de la pluriactivité (pour 73 % des slasheurs). Anaïs N’Diaye, 19 ans, est étudiante en soins infirmiers. Les week-ends, la jeune femme travaille en maison de retraite et trois samedis par mois elle fait des babysitting. « Il faut payer les frais de la vie quotidienne, et j’ai aussi envie de me faire plaisir. Je suis arrivée à un stade où j’en veux toujours plus, je n’aurai jamais assez d’argent », raconte-t-elle. Ses études bientôt terminées, Anaïs N’Diaye se prépare à l’idée de continuer à cumuler les emplois : « Plusieurs amis infirmiers ne trouvent pas de CDI, c’est compliqué. Je ne pense pas en avoir un en sortant de l’école. Alors, s’il le faut, je serai slasheuse ».
  • Certains cumulent-ils les métiers par passion ?
Oui : pour Serge Guérin, la contrainte financière n’est pas une systématique. Il observe qu’une partie des slasheurs choisissent ce mode de vie par conviction, par passion. « Les jeunes s’ennuient dans le système professionnel classique. Ils ont besoin de liberté et de varier les expériences. La précarité de l’emploi les a amenés à envisager le travail autrement », affirme-t-il. Le sociologue, qui se qualifie lui-même de slasheur, voit cette évolution culturelle d’un bon œil : « C’est signe d’une hyperactivité dans le société ». L’envie de toucher à tout donne l’impulsion. « Les jeunes prennent des risques au bénéfice de leurs passions. Ils gardent une activité alimentaire et en parallèle développent leur propre entreprise, par exemple ».
« Mon job alimentaire me plaît et j’ai la force de cumuler, alors pourquoi se priver ? »
C’est le cas de Gauthier Vancayzeele. A 33 ans, il est à la fois chargé de mission dans une communauté de communes du nord de la France, chef d’entreprise et intervenant à l’université. Son premier emploi est financier, les autres sont le fruit de ses envies. « Mon job alimentaire me plaît et j’ai la force de cumuler, alors pourquoi se priver ? », lance-t-il, fier d’avoir une telle marge de manœuvre.
  • Quelles sont les principales difficultés quand on est slasheur ?
77 % des pluriactifs exercent leur deuxième métier dans une branche différente de leur activité principale. Ils sont amenés à jongler avec divers statuts : salariat, autoentreprenariat… Héloïse Tillinac, consultante, coach et fondatrice de Slasheurs.fr est en même temps salariée et indépendante. Elle se confronte à « un casse-tête administratif. Pour la sécurité sociale, je ne savais pas si je devais choisir le régime général ou le régime social des indépendants. On n’est pas du tout orienté, il n’y a aucune transparence ». Elle regrette que cette nouvelle conception du travail ne soit pas encore entrée dans les mœurs, alors que celle-ci « ne risque pas de s’éteindre ».
Si ce nouveau mode de vie professionnelle prend de l’ampleur, il reste encore méconnu et parfois même, mal perçu. Certains employeurs conçoivent la pluriactivité comme un manque de stabilité. La diversification peut faire peur et se confondre avec éparpillement. Par ailleurs, les banques et les agences immobilières sont encore très « frileuses » quand elles ont affaire à des slasheurs. Sans CDI, difficile de décrocher un prêt.
Ambre Lepoivre
A lire aussi :

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *