Au marché d’Aligre, un commerce de proximité 2.0 (3/3)

Au marché d'Aligre, l'équipe de Patrick Dubuisson s'est lancée dans la vente sur internet.

Au marché d’Aligre, l’équipe de Patrick Dubuisson s’est lancée dans la vente sur internet.

Dans la halle du marché d’Aligre à Paris, Patrick Dubuisson quitte quelques instants son stand pour fumer une cigarette. De l’autre côté de l’allée, traversée par un air glacial, il couve son étal du regard. Patrick Dubuisson est poissonnier. Depuis vingt ans, il vend ses produits au marché en fonction de l’arrivage quotidien. Cela fait six mois qu’il est aussi présent sur le site de livraison à domicile de produits frais, C’est frais. « C’est pas très pratique de s’adapter car les prix changent tous les jours selon les poissons reçus, il faut modifier le site constamment », avoue-t-il. Cela en vaut pourtant la peine. Ce système lui assure une dizaine de commandes hebdomadaires, à 20 euros le panier environ. Ses produits les plus prisés ? « Le bar et le dos de cabillaud, ça doit être un truc d’internautes », dit-il en souriant.

L’appétence des Français pour le e-commerce

Ils sont plusieurs commerçants du marché d’Aligre à avoir pris le virage d’internet. A chaque commande, le boucher, poissonnier, fromager ou même primeur reçoivent un texto explicitant la liste des courses d’un utilisateur du site. « Le livreur vient et passe dans quatre ou cinq boutiques », précise-t-il. Les produits sont ensuite livrés à domicile en quelques heures. Ce système s’engouffre dans l’appétence des Français pour le e-commerce. En 2016, ils sont 60% à avoir effectué un achat en ligne selon les chiffres du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (CREDOC). Un chiffre en augmentation continuelle. Si le e-commerce concerne surtout les denrées non alimentaires, l’offre épicerie disponible sur Amazon Prime Now et les sites des grandes surfaces poussent les commerçants de proximité à s’adapter. Démarché par plusieurs entreprises de livraison, dont Amazon Prime Now, Patrick Dubuisson a préféré se rapprocher de jeunes pousses. « Amazon, c’est trop gros pour moi, j’ai choisi de soutenir des starts-up créées par des jeunes », confie-t-il. Mais pour le poissonnier, l’interaction directe avec le client reste irremplaçable. « Au moins, je peux les conseiller sur leurs besoins et sur la cuisson des produits », conclut-il.

Anaïs Robert et Aline Bottin

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *