« Le risque pour les NEET : basculer dans la pauvreté et l’exclusion » (3/4)

Thierry Berthet est directeur de recherche au CNRS sur des thèmes d’économie et sociologie du travail. Il a participé à de nombreux travaux sur les NEET, ainsi que le décrochage scolaire.

Thierry Berthet lors d'une conférence au Centre Emile Durkheim. Crédits Centre Emile Durkheim.

Thierry Berthet lors d’une conférence au Centre Emile Durkheim. Crédits Centre Emile Durkheim.

Pourquoi avoir créé la catégorie statistique des NEET ?

C’est plus qu’une catégorie statistique, c’est une catégorie d’action publique qui sert à structurer des programmes d’intervention gouvernementaux. Depuis à peu près vingt ans, les dépenses de l’Etat sont réorientées vers la mise en activité des jeunes, on parle alors d’activation. Vous avez probablement entendu tout le discours sur l’assistanat, consistant à dire que c’est scandaleux de payer des gens à ne rien faire, et qu’il faut amener les gens vers le travail, qui est le moyen d’être intégré socialement. C’est une transformation de la conception que l’on avait de l’Etat providence. On s’intéresse donc aux jeunes non pas par rapport à leur conditions de vie, de santé, de logement, mais par rapport à leur situation face au marché du travail.

Qui sont ces NEET ?

Ce sont des jeunes pour lesquels on considère qu’il y a un risque, qui les définit principalement : le risque de basculer dans la pauvreté et l’exclusion. Les NEET sont la population ciblée par un certain nombre de dispositifs, notamment la garantie jeune, qui est le premier transfert social versé directement au jeune et non pas à ses parents ou ses représentants. Cela passe par les missions locales, créées dans les années 1980 par Bertrand Schwartz et qui regroupent tous les services dont les jeunes ont besoin, pour pas qu’ils aient à cavaler d’un service à l’autre.

Quel avenir voyez-vous pour les NEET ?

Il faut distinguer les NEET qui sont diplômés et ceux qui ne le sont pas. Ceux qui n’ont pas le bac ou un diplôme équivalent sont très mal placés sur le marché du travail car les emplois qui ne demandent pas de qualifications sont majoritairement occupés par les jeunes diplômés qui n’ont pas trouvé d’autre travail. La place des non-diplômés est donc extrêmement réduite. Le cœur du problème des NEET, ce sont les jeunes sans diplôme, c’est vers eux qu’il faut travailler. Le problème est que la garantie jeune n’est pas faite pour leur apporter un diplôme. Il faut, en plus de l’emploi, un parcours de qualification. Il existe des solutions comme les écoles de la deuxième chance, mais il faudrait développer cette offre, notamment dans les territoires ruraux, et savoir comment orienter au mieux les jeunes vers le dispositif qui leur convient le mieux.

Et comment développer cet accompagnement, notamment pour ceux qui ne ressentent pas le besoin d’utiliser ces dispositifs ?

Il faut penser des politiques très globales. Pour empêcher le basculement des jeunes dans l’économie informelle par exemple, il faut mettre en place un ensemble d’actions qui vont toucher à la politique de la ville, comme des travailleurs sociaux qui vont intervenir dans la rue ou une police de proximité. Il faut aussi un marché du travail ouvert au jeunes et qui ne fasse pas de la discrimination ethnique parce que c’est très clairement ce qui se passe aujourd’hui, et certains de ces jeunes se tournent ensuite vers la vente de substances illicites. Il n’y a pas de solution miracle mais il y a une solution sociétale. Il faut mobiliser, sensibiliser les gens comme ca peut se faire au Québec par exemple. Il faut que les différents niveaux de gouvernement, le niveau national, le niveau régional, municipal, travaillent ensemble pour lutter contre la pauvreté de ces jeunes et l’exclusion.

L’ensemble du dossier à retrouver ici :

Les NEET, une catégorie sociale qui inquiètent les pouvoirs publics (1/4)

À Bagneux, donner une seconde chance aux NEET (2/4)

Alexis, le sport et le deal (4/4)

Propos recueillis par Aline BOTTIN

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *