Manifestation des forces de l’ordre devant l’IGPN pour soutenir un policier convoqué

 

Guillaume Lebeau a été accueilli par des ovations ce jeudi après-midi devant les locaux de l’Inspection générale de la police nationale, dans le sud de Paris. Des hourras, des applaudissements, puis une marseillaise entonnée en chœur. Plusieurs centaines de personnes étaient venues protester contre sa convocation par la police des polices. Ce fonctionnaire de la BAC, leader du mouvement de mobilisation des policiers de ces trois dernières semaines, est accusé de n’avoir pas respecté le devoir de réserve imposé aux fonctionnaires en prenant la parole devant les médias à visage découvert.

Capuches et masques enfantins

En première ligne des personnes mobilisées pour le soutenir, des policiers, le visage souvent dissimulé par une écharpe ou un masque enfantin à l’effigie de Guillaume Lebeau. « Nous voulons exprimer notre soutien », explique une gardienne de la paix parisienne qui préfère rester anonyme. « On veut montrer qu’on s’identifie à Guillaume, on aurait pu se retrouver à sa place aujourd’hui. » Certains crient des slogans, font sonner des cornes de brume. L’ambiance est calme mais la méfiance envers le gouvernement, l’IGPN et les médias est palpable. Les policiers présents disent voir cette arrestation comme une entrave à leur liberté d’expression, une façon de masquer les problèmes qu’ils dénoncent : trop peu de moyens, trop peu de reconnaissance de leur travail. Alors que Bernard Cazaneuve a déjà annoncé le déblocage de 250 millions d’euros, notamment pour du matériel supplémentaire. Mais l’une de leurs principales revendications, c’est la modification de la loi sur la légitime défense. « Les voyous savent qu’ils ne payeront pas les conséquences de leurs actes. Un policier sur lequel on jette un cocktail molotov ne peut rien faire. Je connais des jeunes dans les quartiers qui disent que de toutes façons ils se sont jamais punis, donc qu’ils n’ont aucune peur de la police », dénonce une Seaade Besbiss, une ex-gendarme qui a fait parler d’elle il y a quelques années pour avoir dénoncé dans les médias le harcèlement sexuel qu’elle subissait au travail. Contactée par des meneurs de la contestation des policiers, elle est venue pour dénoncer une « pression intenable qu’elle juge commune à la police et à la gendarmerie, en raison du « manque de moyens et de respect ».

« Guillaume est resté dans son droit »

Francis, la soixantaine et le regard calme, observe l’agitation à quelques mètres de distance. Ce policier travaille au commissariat de Gennevilliers (92), c’est l’un des collègues de Guillaume Lebeau. Il est venu soutenir un « ami », qui n’a pour lui commis aucune faute. « Il est resté dans son droit car lors de ses prises de parole devant les journalistes, il n’a pas critiqué le ministère de l’Intérieur en lui-même, ni le gouvernement. Il a simplement dénoncé nos conditions de travail, ce qu’on subit tous les jours. Et c’est un sujet dont il faut parler ».

Robert Paturel, ancien champion de boxe et policier, s’est érigé en porte-parole de ce sentiment de délaissement. Cet ex employé du RAIDa annoncé devant l’IGPN la création de l’association « Mobilisation des policiers en colère », pour relayer les revendications des forces de l’ordre qui « ne se sentent pas représentées par les syndicats », et leur donner une voix au-delà des manifestations.

Des civils étaient également présents : ici, un petit groupe de retraitées enthousiastes, là, de jeunes travailleurs. Une agent de sécurité tout sourire tient un panneau où on peut lire « Stop aux enquêtes de l’IGPN ». « J’ai l’impression que les manifestants sont traqués par l’IGPN », dénonce-t-elle. « C’est comme s’il était plus important pour elle de trouver ceux qui se mobilisent que les véritables délinquants, ceux qui s’en prennent aux forces de l’ordre ».

 

Célia Laborie

 

 

 

 

 

 

 

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *