La Google car obtient son permis sans les mains

AFP PHOTO/NOAH BERGER / AFP / Noah Berger

AFP PHOTO/NOAH BERGER / AFP / Noah Berger

C’est une révolution pour le secteur automobile. L’agence américaine de sécurité des transports (NHTSA) a, le jeudi 4 février, annoncé que l’intelligence artificielle de Google conduisant ses véhicules pourrait désormais être considérée comme un « conducteur » :

« Dans le contexte du véhicule motorisé décrit par Google, la NHTSA considérera que le terme ‘conducteur’ fait référence au système de conduite autonome, et non à un des occupants du véhicule. »

Une petite phrase aux répercussions énormes. Nous sommes loin de l’Audi futuriste de Will Smith dans I robot (la Google car ne fait pas vraiment rêver), mais cette nouvelle technologie pourrait bien représenter un futur axe de l’industrie automobile.

Google a un tour d’avance

Le fait peut paraître anodin mais il change beaucoup de choses. Dans la course pour la voiture autonome que se livrent les géants de l’high-tech, Google vient de virer en tête. Interrogé par BFM Guillaume Crunelle, associé en charge de l’automobile chez Deloitte, est catégorique : « C’est un sacré coup d’accélérateur de l’Histoire, tout peut aller très vite. Google vient ici de gagner une bataille dans la course vers le véhicule autonome, car le document de la NHTSA ne parle pas de ‘Google car’, mais du ‘système de conduite autonome de Google’. Et ce système pourrait être implémenté dans bien d’autres véhicules que les Google Car ».
Se pose aux concurrents de Google le dilemme suivant : continuer à développer leurs propres systèmes de conduite intelligents en prenant le risque de voir ceux-ci écrasés par Google ou accepter la domination du géant américain ? L’algorithme de Google serait aux voitures ce que Windows est aux PC, un système d’exploitation incontournable.
De nombreux constructeurs de voitures « traditionnels » comme Mercedes, Volvo, Ford ou Kia ont eux aussi engagés des investissements massifs dans la voiture autonome. L’enjeu est de taille : en 2025, les deux tiers du chiffre d’affaires pourraient provenir des logiciels, de la télématique et des systèmes de sécurité. La voiture elle-même, produite par les constructeurs, ne pèserait que le dernier tiers. D’où le danger pour les marques automobiles de voir arriver sur le marché  des géants comme Google ou Apple et leur monopole sur Internet. En France, une voiture de PSA, produite en partenariat avec Thales et Valéo, a réussi à rallier Paris à Bordeaux toute seule en novembre dernier.

Technologiquement, Google ne sait pas faire de voiture mais mise sur l’intelligence artificielle. Paris gagnant lorsque l’on compare les résultats des voitures test. Le ratio kilomètre roulés de manière autonome/incidents (c’est-à-dire reprise en main par l’humain) est clairement à l’avantage de l’entreprise de Mountain View.

 

Si vous montez dans une Mercedes autonome, vous risquez d'avoir un accident à peu près tous les kilomètres (Crédits infographie Statista)

Si vous montez dans une Mercedes autonome, vous risquez d’avoir un accident à peu près tous les kilomètres (Crédits infographie Statista)

Faire sauter le feu rouge législatif

Entre 2014 et 2015, Google a multiplié par cinq le nombre de kilomètres parcourus sans reprise en main du véhicule. La voiture est bardée de capteurs et se repère elle-même dans l’espace grâce au GPS. D’après l’entreprise californienne, le « cerveau » du véhicule apprend constamment de ses erreurs. La Google car devra encore multiplier les tests pour atteindre les standards de l’industrie automobile et rassurer les assureurs mais elle progresse constamment. De fait, seule la conduite en ville reste encore un obstacle.

Ces bons résultats semblent avoir convaincu la NHTSA. En acceptant d’appeler « conducteur » un algorithme sophistiqué, les États-Unis prennent un temps d’avance. Les autres pays sont encore soumis à des règles strictes en matière de sécurité automobile. La convention de Vienne signée en 1968 rend obligatoire la présence d’un humain derrière le volant. Dans son article 8, elle précise que «tout conducteur doit être capable de contrôler son véhicule». Mais les choses pourraient bouger plus vite que prévu. Au États-Unis, quatre Etats, la Californie, le Nevada, la Floride et le Michigan, autorisent déjà les tests sur routes publiques. En janvier, Barack Obama a déclaré vouloir une réglementation fédérale sur le véhicule autonome. Un groupe de travail à l’ONU réfléchit à l’amendement de la convention de Vienne à l’horizon 2017.

De là à imaginer des applications mobiles type Uber proposant des services automatisés de taxis, il n’y a qu’un pas. Ces nouveaux marchés pourraient représenter des milliards d’euros.

Antoine Etcheto

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *