Roland-Garros : les favoris au rendez-vous, bilan mitigé pour les Français

Ce mardi 1er juin avait lieu la fin du premier tour Porte d’Auteuil. Le « maître des lieux » Rafael Nadal a réussi son entrée en lice, tout comme la numéro une mondiale Ashleigh Barty. Quatre Français ont réussi à valider leur ticket pour le prochain tour, portant le total à sept.

Ce mardi 1er juin ont eu lieu les dernières rencontres du premier tour de Roland-Garros. © Pixabay

Soleil de plomb, ciel bleu, 28 degrés en plein après-midi… Le beau temps était au rendez-vous pour la fin du premier tour, mardi 1er juin. Dès 11 heures, la numéro une française Fiona Ferro entrait sur le court Suzanne Lenglen face à la qualifiée En-Shuo Liang, 297e mondiale. Si, sur le papier, la rencontre semblait déséquilibrée, la Niçoise a dû batailler avant de s’imposer difficilement en trois sets, 6-1 1-6 6-4. La 51e mondiale affrontera Jennifer Brady, tête de série 13, au deuxième tour. Kristina Mladenovic a elle aussi battu une joueuse issue des qualifications, Anna Karolina Schmiedlova, 6-4 6-0 après un premier set d’une heure. Avec les victoires de Caroline Garcia et Harmony Tan les jours précédents, il y aura donc quatre Françaises au deuxième tour du Grand Chelem parisien.

Des défaites logiques, d’autres frustrantes

Chloé Paquet et Océane Babel, respectivement 251e et 1047e mondiales et toutes deux invitées, se sont, elles, logiquement inclinées. La première a été dominée par Magda Linette (6-4 6-4) tandis que la seconde n’a pas démérité et a même servi pour le deuxième set face à la tête de série n°5 du tournoi Elina Svitolina (6-2 7-5).

« C’est juste une expérience incroyable de pouvoir jouer sur le central contre Elina Svitolina, qui est une grande joueuse. Je n’en garde que des très bons souvenirs. J’ai pu profiter du public qu’il y avait, de l’ambiance, et du match. » – Océane Babel après son match.

Ugo Humbert, lui, peut avoir des regrets. Le Lorrain, tête de série n°29, n’a toujours pas remporté de match à Roland-Garros et a été éliminé d’entrée par Ricardas Berankis, 93e mondial. Après un dernier jeu dans lequel il a sauvé plusieurs balles de match et eu l’opportunité de revenir à cinq jeux partout, il a finalement cédé, 6-4 6-4 2-6 6-4. La rencontre avait débuté avec plus d’une demi-heure de retard suite à la présence d’un véhicule suspect aux abords du stade.

Même sort pour Adrian Mannarino, pourtant favori de son match, qui a rendu les armes après 3h29 de match contre Aljaz Bedene (7-5 3-6 7-5 6-2). De leur côté, Benjamin Bonzi, bénéficiaire d’une invitation, et Lucas Pouille, en manque de repères ces derniers mois, se sont logiquement inclinés en trois sets, respectivement face à Facundo Bagnis et Pablo Cuevas.

Monfils dans la douleur, Gasquet remporte le duel franco-français

Deux Français ont tout de même rejoint Enzo Couacaud, déjà qualifié, au deuxième tour. Gaël Monfils, demi-finaliste en 2008, affrontait Albert Ramos-Vinolas, spécialiste de la terre battue. Fantomatique au premier set, perdu 1-6, le 15e mondial a dû sauver une balle de deux sets à zéro avant de revenir à une manche partout au tie-break. Dans une ambiance de folie, il s’adjugeait ensuite les deux sets suivants pour l’emporter 1-6 7-6(6) 6-4 6-4.

Le match suivant opposait deux Français dans un duel de générations : d’un côté Richard Gasquet, 34 ans, de l’autre, Hugo Gaston, 20 ans, révélation du dernier Roland-Garros et bénéficiaire d’une wild-card. Et c’est le plus expérimenté des deux qui s’est facilement imposé, 6-1 6-4 6-2. Le Biterrois défiera Rafael Nadal au deuxième tour.

Nadal et Barty réussissent leur entrée, Rublev éliminé

Rafael Nadal, justement, a débuté son tournoi dans l’après-midi face à l’Australien Alexei Popyrin, qui s’était révélé à l’Open d’Australie en 2019 en battant Dominic Thiem. S’il a dû sauver deux balles de troisième set, l’Espagnol a livré un match plutôt solide et l’a emporté 6-3 6-2 7-6(3).

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Roland-Garros (@rolandgarros)

La numéro une mondiale Ashleigh Barty, vainqueure du tournoi en 2019, s’est fait une petite frayeur en perdant le deuxième set mais a ensuite imposé son rythme pour se défaire de Bernarda Pera, 6-4 3-6 6-2. C’est également passé pour Karolina Pliskova (tête de série n°9) et Maria Sakkari (tête de série n°17).

Chez les hommes, les principales têtes de série ont aussi tenu leur rang, dans l’ensemble. Matteo Berrettini (n°9), récent finaliste à Madrid, s’est imposé en quatre sets contre le Japonais Taro Daniel tandis que Diego Schwartzman (n°10) n’a pas fait de détail face au Taïwanais Yen-Hsun Lu. Seule surprise de la journée, la défaite d’Andrey Rublev, tête de série n°7 face à Jan-Lennard Struff, toujours dangereux.

 

À 21 heures, le numéro 1 mondial Novak Djokovic disputera son premier match du tournoi sur le court central contre Tennys Sandgren. Demain, place au début du deuxième tour avec notamment Serena Williams, Victoria Azarenka, Daniil Medvedev, Stefanos Tsitsipas et Alexander Zverev. Du côté des français, on retrouvera Caroline Garcia, Harmony Tan et Enzo Couacaud.

Laura Pottier

Naomi Osaka quitte le tournoi de Roland-Garros

Naomi Osaka, la joueuse japonaise classée n°2, a annoncé sur les réseaux sociaux qu’elle se retirait du tournoi parisien actuellement en cours. Elle explique vouloir préserver sa santé mentale.

Naomi Osaka, victorieuse quatre fois en Grand Chelem, ne participe plus au tournoi parisien. © Unsplash

Après sa décision de ne plus rencontrer les journalistes, les organisateurs des tournois du Grand Chelem l’avaient rappelée à l’ordre dans un courrier. La joueuse de 23 ans Naomi Osaka a finalement décidé de se retirer du tournoi parisien. Elle évoque sa santé mentale, qui s’est souvent dégradée à cause de nombreuses contraintes d’organisation.

Elle avait annoncé il y a quelques jours qu’elle ne participerait à aucune conférence de presse, car cela l’empêchait de se concentrer sur son jeu. Dans un message partagé sur les réseaux sociaux, elle écrivait le 26 mai dernier : « Nous sommes assis là [en conférence de presse] et on nous pose des questions qu’on nous a déjà posées une multitude de fois ou des questions qui nous font douter de nous-mêmes et je ne veux juste pas m’exposer à des gens qui me font douter. »

Une amende de 15 000 $

Cette décision de ne pas rencontrer la presse avait soulevé une réaction des organisateurs de Roland-Garros mais également des trois autres tournois du Grand Chelem. Les référents de Wimbledon, l’US Open, Roland-Garros et l’Open d’Australie lui ont adressé un courrier lui rappelant les obligations médiatiques de son contrat. À Roland-Garros, une amende de 15 000 $ lui a été attribuée car elle ne s’est pas présentée en conférence de presse après le match du premier tour. Menacée d’expulsion si elle ne se présentait pas à nouveau en conférence, la jeune athlète a décidé de quitter le tournoi.

Trop de pression

La joueuse japonaise, qui a grandi aux États-Unis, ne gérait pas très bien d’être exposée sous les feux des projecteurs depuis sa première victoire en Grand Chelem à l’US Open en 2018. Elle a déjà évoqué ses difficultés à assumer son statut, trop rapidement passé de joueuse professionnelle à star internationale. La presse japonaise en particulier s’est acharnée sur sa personne, de nombreux débats, sur son métissage notamment, sont nés dans le pays.

La joueuse parle également des épisodes de dépression qu’elle vit depuis 2018 : « Tous ceux qui me connaissent savent que je suis introvertie, et ceux qui me voient aux tournois remarquent que je mets des écouteurs pour m’aider à atténuer mon anxiété sociale. »

Cette pression a eu une incidence sur ses performances. Blessée plusieurs fois, elle n’a pas su conserver son meilleur niveau ces derniers mois. Elle a par ailleurs déjà déclaré forfait à d’autres tournois en raison de sa santé mentale, comme celui de Stuttgart en avril dernier.

Le soutien de ses fans

Depuis son annonce lundi soir, ses fans se sont mobilisés et des personnalités l’ont soutenue sur Internet, comme la représentante au Congrès américain Alexandra Ocasio-Cortez qui déclare être « fière » de la joueuse.

Gilles Moretton, le président de la Fédération française de tennis (FFT), a déclaré dans un communiqué de presse que les membres de la FFT et les organisateurs du tournoi étaient « désolés et tristes pour Naomi Osaka »  et qu’ils restaient « très attentifs au bien-être des athlètes ».

La jeune sportive précise bien que c’est seulement son rapport avec la presse qui l’a convaincue de prendre cette décision et aucunement l’organisation du tournoi. Naomi Osaka est censée représenter le Japon aux Jeux de Tokyo mais elle a annoncé dans son message vouloir « prendre un peu de temps loin des courts ».

Lucile Trihan Coignard