Running : les courses fun gagnent du terrain

­­S’amuser en courant, c’est le principe du sportainment – contraction de sport et « entertainment ». Ce dimanche pour la Saint-Valentin, Paris accueillera la deuxième édition de la Love Run, une course en duo de huit kilomètres. A l’image de la Color Run ou du Mud Day, ces courses à la fois ludiques et sportives attirent de plus en plus de sportifs dans une ambiance festive.

Color Run à Paris, le 19 avril 2015 / AFP / JOEL SAGET

Color Run à Paris, le 19 avril 2015 / AFP / JOEL SAGET

Elles font passer l’amusement avant l’aspect sportif. Mud Day, Color Run, Spartan Race, Gotballs, Somad ou encore Frappadingue, depuis quelques années, ces nouvelles courses ont fait leur apparition. La dernière née, la Love Run, est organisée ce dimanche dans le bois de Boulogne à Paris. Le principe : courir en couple, attaché par le poignet, sur 8 kilomètres. Décalées et ludiques, ces courses fun mêlant sport et divertissement font florès.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Lancé en septembre 2013, The Mud Day – une course de 13 kilomètres de type militaire parsemée d’obstacles -, a accueilli 13 000 participants pour sa première édition. L’année suivante, elle recevait 57 500 participants et plus de 80 000 en 2015. En seulement quatre jours, la Color Run – 5 kilomètres pendants lesquels les coureurs sont aspergés de poudre colorée – a enregistré 12 500 inscriptions lors de son lancement en avril 2014. L’édition 2015 a attiré 23 500 coureurs et 30 000 participants sont attendus pour 2016, indique Alexandre Aldebert, responsable commercial de la Color Run.

Nouvelles courses, nouveaux profils

Les courses fun attirent un public bien différent de celui des courses classiques de type marathon ou semi-marathon. La moyenne d’âge des participants – en majorité des coureurs occasionnels – oscille entre 25 et 35 ans. « Il n’y a pas de compétition, pas de vainqueur. On peut marcher si on estime que c’est trop difficile », indique Ruthy Atlan, organisatrice de la Love Run. « L’objectif est de courir pour s’amuser sans aucune notion de performance, il n’y a pas de chronomètre par exemple », explique Alexandre Aldebert.

Autre spécificité : la présence, plus importante que sur les courses classiques, des femmes. En moyenne, le marathon de Paris compte 25% de participantes. Le Mud Day en attire 30%, contre 50% pour la Love Run et 67% pour la Color Run. « Mise à part la Parisienne, il n’y avait pas beaucoup de courses pour les femmes avant les courses fun », observe Alexandre Aldebert. Pour Aurélie Bargat de Mud Day, l’engouement s’explique aussi par les valeurs véhiculées par ces nouvelles courses : « Les participants viennent relever un défi, mais contrairement aux courses classiques, ils recherchent aussi un esprit de solidarité, de partage et de convivialité ».

Nouveau business ?

Courir tout en s’amusant, ce n’est pas gratuit. L’inscription coûte plusieurs dizaine d’euros : comptez par exemple 30€ pour la Love Run, 40€ pour la Color Run et entre 45 et 78€ pour le Mud Day. Aucun responsable de ces trois courses n’a souhaité nous communiquer le chiffre d’affaire réalisé par ces événements. Toutefois, dans un article publié en 2014, Challenges estimait à 1,5 million d’euros le chiffre d’affaires réalisé par Amaury Sport Organisation, responsable du Mud Day, et à 500 000€, le chiffre d’affaires de la première Color Run.

« Le budget moyen pour organiser la Color Run varie entre 200 000 et 500 000€. En tant qu’organisateur, on ne gagne pas beaucoup d’argent. Contrairement aux idées reçues, le chiffre d’affaires n’est pas énorme », se défend Alexandre Aldebert. « C’est encore tout nouveau, nous sommes davantage sur de l’investissement que sur de la rentabilité », concède Ruthy Atlan, responsable de la Love Run.

 

Léo Pierrard

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *