Pour séduire les jeunes, il faut changer le storytelling européen

Seuls 29% des Français pensent encore à l’Union Européenne avec “espoir” selon un récent sondage Odoxa. Qu’en est-il des jeunes ? À quelques semaines du scrutin européen, une génération divisée entre pro-Europe et souverainistes s’éveille.

L’association Jeunes européens France organise des journées de sensibilisation à la question européenne, comme ici, à Bobigny, le 12 avril 2019.

Monsieur le Président, merci de me donner la parole ». Non, la personne au micro n’est pas un député européen au parlement de Strasbourg, mais Bakary, 15 ans, élève de troisième au collège Georges Brassens de Sevran (Seine-Saint-Denis). Vendredi 12 avril, à la préfecture de Bobigny, réunis autour de l’eurodéputé Alain Lamassoure (Parti Populaire Européen – centre droit) une cinquantaine de jeunes ont participé à une simulation d’un sommet européen et expérimenté le rôle de la Commission européenne le temps d’une journée.

 

Pour Hervé Moritz, président de l’association Jeunes européens France, à l’initiative de cette journée, il s’agit tout d’abord de faire prendre conscience aux jeunes du rôle des institutions, parfois compliqué, souvent opaque. « C’est important d’avoir ces différents temps d’éveil à la citoyenneté européenne ». La journée est divisée en deux temps : le matin, ils se sont répartis en quatre commissions parlementaires : glyphosate, minerais de sang mais aussi huile de palme et vêtements “low-cost”. L’après-midi, ils ont défendu leurs propositions de loi lors d’une assemblée plénière dirigée par Alain Lamassoure. « Règle numéro 1 : c’est moi qui donne la parole et qui la reprend » lance l’eurodéputé, mi-sérieux, mi-amusé, alors que les jeunes jouent avec les micros. Sur les tables organisées en arc de cercle, des étiquettes indiquent dans quels partis se trouvent les députés.

À Bobigny, vendredi 12 avril, à l’issue de chaque débat, les apprentis eurodéputés devaient voter pour ou contre les propositions de leurs collègues.

 

“Parler aux jeunes est indispensable”

« La séance est ouverte » clame Alain Lamassoure en tapotant sur son micro. Chacun à leur tour, les rapporteurs présentent les propositions, les détracteurs argumentent. Ils sont timides, le moment est impressionnant. Pourtant les élèves prennent leur rôle très à cœur, et leurs propositions sont rigoureuses, et inspirées. Lors des votes, c’est toujours un peu décousu. Certains élèves votent en fonction du parti qu’ils représentent tandis que d’autres, plus fougueux, oublient leur rôle et font un vote de cœur. « Mais baisse ton carton, toi tu dois voter contre ! « lance une élève à l’un de ses “collègues”.

 

À la fin de la séance, Alain Lamassoure les félicite. « Je ne m’attendais pas à une telle mesure dans vos propos. Je suis épaté de voir la clarté de vos propositions ». Il prend le temps de leur expliquer les propositions votées à la Commission qui ressemblent aux leurs. Les élèves s’en réjouissent.  « Maintenant je comprends mieux et ça m’intéresse » lance l’un d’eux à la sortie. Pour l’eurodéputé, la tâche est importante. « On peine à parler aux jeunes. Bien sûr, on leur met toujours sous le nez le système Erasmus, mais c’est aussi lors de journées comme celle-ci que les choses se jouent. Parler aux jeunes, c’est indispensable ».

L’Europe de Klapisch VS l’Europe Marvel

Effectivement, l’UE paraît parfois lointaine. Alors qu’au printemps dernier, 61% des 15-24 ans se disaient attachés à l’Union européenne, selon un Eurobaromètre, aujourd’hui la tendance s’inverse. La cause ? Le sentiment d’une Europe acquise, mais lointaine. Beaucoup de jeunes ne savent pas concrètement ce que l’Europe fait pour eux. C’est le cas d’Eva, Ilona et Emma, étudiantes en deuxième année de lettres modernes à la Sorbonne Nouvelle (Paris 3). Pour Eva, c’est surtout le Brexit qui l’a poussée à s’informer sur la question européenne. « Je ne pensais pas qu’un pays puisse demander à sortir de l’UE, quand on sait que beaucoup d’autres, comme la Turquie, se battent pour y rentrer ».Toutes les trois expliquent le désintérêt de la jeunesse pour le scrutin européen par un manque de médiatisation et une absence de transparence dans les discours.

Une autre cause émerge, selon Matthieu Amaré, directeur de la rédaction française de Cafébabel, un média européen fait par et pour les jeunes : une vision duale de la politique française et européenne. Ces deux approches opposées sont le résultat d’une mythologie européenne née avec la crise économique. « En 2008, alors que des jeunes entraient sur le marché du travail, alors qu’ils essayaient de vivre une Europe “cool”, ils se sont rendus compte en allumant la télé ou leur radio qu’on faisait porter le chapeau à nos institutions européennes ». C’est selon lui dans cette mesure qu’une génération de jeunes européens angoissés a pu se construire, se détournant de l’Union.

Eva, Ilona et Emma, étudiantes à la Nouvelle Sorbonne (Paris 3), avouent avoir conscience de l’importance de la question européenne, sans parvenir à y comprendre tous les enjeux.

Ainsi, deux Europes s’opposent : une antérieure à 2008 et une postérieure. Une Europe insouciante et heureuse, celle que Cédric Klapisch montrait dans son film “L’auberge espagnole”, opposée à une Europe digne d’un Marvel, où les bons et les méchants se battent. Il revient à ce titre sur la portée narrative de la crise de 2008 auprès des jeunes. « On a un ministre des finances allemand, sur une chaise roulante – Wolfgang Schäuble, ndlr – dépeint comme le méchant de l’histoire, à côté de ça il y a Yanis Varoufakis qui arrive comme le super-héros avec sa moto pour sauver les gens. On est en plein Marvel. Forcément pour les jeunes, ça monte à la tête ». Au milieu de cette bataille européenne, les jeunes se divisent entre eurosceptiques et europhiles, comme s’il s’agissait d’un combat entre le bien et le mal. Dans les faits, comment s’exprime cette division ?

 

À 22 ans, Irénée Dupont, étudiant en master de commerce à Audencia (Nantes), a choisi son camp. Il votera pour François Asselineau le 26 mai, le seul candidat qui demande ouvertement le Frexit. Comment explique-t-il son opinion politique ? L’étudiant, parallèlement inscrit en master 2 d’Histoire à la Sorbonne, évoque un virage eurosceptique récent. « J’étais très pro-Europe avant. Courant 2017, beaucoup de critiques sont sorties sur l’Union européenne et les langues se sont déliées. Dans ma famille il y a des frexiters et au début,  assez naturellement, j’étais contre ces idées. Puis je me suis renseigné sur la question ». C’est notamment Etienne Chouard, l’un des penseurs du mouvement des Gilets jaunes, qui a inspiré Irénée. Dans ses lectures, on retrouve aussi Murray Bookchin, un sociologue américain qui, s’il ne parle pas directement de l’Europe, remet en cause les institutions supranationales pour leur caractère anti-démocratique. Père de l’écologie sociale, anarchiste de la première heure, cette référence semble étrange chez un jeune souverainiste. Et pourtant.

C’est en effet le caractère anti-démocratique par essence de l’Union européenne qui pousse Irénée à demander une sortie de la France de l’Union. « L’Union européenne est supranationale et non pas internationale. Il faut quand même se rendre compte que les gens qui dirigent l’Union à la Commission sont des gens nommés et non pas élus, et ça, c’est profondément antidémocratique ». Les arguments du jeune homme feraient le bonheur de Charles de Gaulle. Pour Irénée, la politique française a été dévoyée à partir du moment où elle a déléguée – toujours de façon non démocratique – autant de pouvoir à la construction européenne. Et cette supranationalité ne correspond pas à la « vocation universaliste et souveraine de la France dans le monde ».

 

L’Europe, “une colocation à 28” impossible.

Irénée n’est pas seul dans son cas. Du côté de Bois-Colombes, (Hauts-de-Seine) Gwenhaël Jaouen, 25 ans, a une opinion similaire. Le 26 mai prochain son vote ira lui aussi chez François Asselineau. « Je ne suis pas eurosceptique, je ne suis pas souverainiste, je ne suis pas populiste, je suis simplement anti-Union européenne et patriote”, précise-t-il. “Pour être patriote, il faut être anti-Union européenne, pas le choix ».

Gwenhael, 25 ans, se méfie de l’Europe. Il lui reproche de priver les 27 pays de l’UE de leur souveraineté. « L’Europe est dangereuse », dit-il.

Qu’est-ce qui rassemble ces deux jeunes ? L’Union Européenne vue comme une dictature. Absence de séparation des pouvoirs, propagande… les arguments se ressemblent. Le raisonnement de Gwenhaël Jaouen est limpide. « Je fais souvent la comparaison entre l’UE et une colocation. Une coloc à deux, trois ou quatre, ça va, mais une coloc à 28, c’est simplement impossible de parvenir à des décisions importantes, ça ne peut pas fonctionner ».

Que répondre à tout cela ? Cécile Bialot, 23 ans, et fraîchement élue présidente de l’association étudiante Eurosorbonne, rejette le discours identitaire des souverainistes. « Ils accusent les institutions européennes de retirer aux nations leur souveraineté, d’être anti-démocratiques. « Mais quelle est la définition de la liberté pour ces gens qui accusent l’Europe d’être liberticide ? La démocratie la plus directe qui existe en Europe, c’est celle du Parlement à Strasbourg, où l’on vote à la proportionnelle » souligne la jeune femme.

De son côté, Jeanne Saliou, étudiante en master d’Affaires Européennes à Sciences-Po Paris se dit « profondément européenne ». Pour cette jeune femme de 21 ans, il existe un socle culturel européen. « Je me suis jamais posé la question d’une Europe politique. Pour moi c’est une communauté citoyenne ». Si elle n’est pas militante politique, Jeanne Saliou défend l’Europe dans une association de son école. Aux arguments eurosceptiques, d’un Bruxelles isolé qui prendrait toutes les décisions dans son coin, elle répond sans ménagement. « C’est facile de partir fleur au fusil pour aller négocier des lois à Bruxelles et de revenir bredouille en disant “c’est l’Union Européenne qui n’a pas voulu” mais l’Union c’est quoi ? C’est les 28 États membres. Donc il faut faire des compromis ».

Un mal français ?

Cette vision de Bruxelles perché dans sa tour d’ivoire concentre les arguments des jeunes pro et anti Europe. Pour Matthieu Amaré, Bruxelles est vu comme le Mordor, le territoire de Sauron – en référence à la trilogie de J.R. Tolkien, Le Seigneur des Anneaux. Et Jeanne Saliou admet que l’opacité des institutions et de leur fonctionnement pose problème. « C’est un monstre bureaucratique, mais compliqué ne veut pas dire inaccessible. Il y a certainement un enjeu pédagogique à mettre en avant ».

Léo-Paul, 22 ans, est étudiant en études européennes et membre de l’association Eurosorbonne. Selon lui, entre mauvaise communication et démocratie directe, l’UE « a le cul entre deux chaises ».

Pour Matthieu Amaré, cet enjeu pédagogique envers les jeunes ne doit pas être le seul fait de l’Europe. « Reprocher à l’Europe de ne pas s’adresser aux jeunes c’est un peu rapide. Il faut aussi regarder si nos gouvernements s’adressent aux jeunes. Est-ce que Macron le fait vraiment ? Je ne sais pas ». Et pour cause : le discours politique destiné aux jeunes est sans doute l’exercice le plus difficile. Il y a toujours le risque d’être à côté de la plaque. « Aujourd’hui les conseillers politiques sont plutôt rajeunissants. Ils disent aux politiques de faire attention quand ils parlent aux jeunes. Mais finalement, pour ne pas prendre de risque, ils arrêtent tout simplement de leur parler » explique Matthieu Amaré. Se détourner des jeunes au sujet de l’Europe serait-il un mal spécifiquement français ?

 

Pour Jean-Baptiste Horhant, 22 ans, tout juste sorti de son master d’études européennes à Strasbourg, ce mal trouve son origine dans les livres d’histoire. « L’enseignement n’est pas vraiment tourné vers l’Europe, ou bien juste dans les faits historiques. On apprend aux élèves la date de 1951 puis les dates des grands traités juste comme ça, sans aucun suivi, sans les impliquer dans le temps actuel. Forcément, c’est compliqué de s’y intéresser quand on ne voit pas en quoi ça nous concerne ».

C’est sans compter sur le discours politique français à l’égard de l’Europe. En France, le scrutin du 26 mai est devenu une élection intermédiaire. C’est en substance ce que la tête de liste La France Insoumise, Manon Aubry, a dit au micro de France Info le 12 avril dernier. « Ce sera l’occasion de sanctionner la politique menée par Emmanuel Macron ». Même son de cloche au Rassemblement National.

 

Comment redresser la barre ?

 

Et si on insistait sur ce que l’Europe a fait en matière de libertés fondamentales ? La liberté et la protection des jeunes européens en matière de données par rapport aux jeunes chinois ou américains, c’est dingue ! C’est un texte fondamental pour l’UE et qui en parle ?

Pourtant, les efforts sont là, même minces. La campagne européenne “#Cettefoisjevote” se mobilise pour faire voter les jeunes. Le compte Instagram du Parlement Européen affiche 182 000 abonnés et les publications sont clairement à destination d’un jeune public. On pense notamment à la campagne “What Europe does for me”, qui explique aux jeunes ce que l’Union fait pour eux. Les codes actuels de la communication sont respectés, l’ambition est là, et pourtant, c’est comme si l’Europe n’arrivait pas à se mettre en valeur.

 

Une chose apparaît comme une évidence : il faut changer le storytelling européen. La génération de Jordan Bardella, Manon Aubry et François-Xavier Bellamy, qui ont respectivement 23, 27 et 33 ans, a changé de discours depuis le Traité de Lisbonne. Pourquoi ? Parce que Lisbonne est pour eux une trahison après le référendum de 2005. Matthieu Amaré se demande alors si l’Europe n’aurait pas autre chose à raconter. « Et si on insistait sur ce que l’Europe a fait en matière de libertés fondamentales ? La liberté et la protection des jeunes européens en matière de données par rapport aux jeunes chinois ou américains, c’est dingue ! C’est un texte fondamental pour l’UE et qui en parle ? «  Une troisième voie se dessine : il faut « raconter l’Europe » comme le dit enfin Matthieu Amaré. Travailler sur un syllogisme simple et efficace – « si l’Europe parle des jeunes, elle parle de toi. Si on parle de toi, tu tends l’oreille. Donc tu t’intéresses à l’Europe, évidemment ». Raconter l’Europe, ce n’est pas seulement expliquer les institutions – qui conserveront toujours un aspect rébarbatif – c’est faire vivre cette absence de frontières pour les jeunes. Leur permettre de voir ce qui se passe dans les 28 pays voisins, bref, ne pas être seulement Français, mais aussi européen.

 

ANNE-CÉCILE KIRRY & AUGUSTE CANIER

 

L’écologie : une affaire citoyenne ?

Associations, politiques, scientifiques, journalistes et citoyens. L’écologie est une affaire de tous et de tous les jours. Pourtant, passé le constat de gestes quotidiens nécessaires pour la planète, tous se heurtent à un mur : leurs actions pour l’environnement sont infimes face à l’impact négatif des institutions et des entreprises.

Militants et citoyens lors de la « marche du siècle », qui a réunit près de 45 000 personnes à Paris, le 16 mars 2019. HUMECO

Pour la planète on n’a pas le temps d’attendre. C’est si urgent que tous les autres combats n’ont pas de sens si celui là est déjà perdu” déclare Meryam Ziani, 24 ans, étudiante en école de commerce, qui  depuis cinq ans a changé son mode de vie pour le rendre plus éco-responsable. Elle l’admet ce mode de vie demande beaucoup d’efforts. “C’est vraiment toute une rééducation, on nous a appris certaines choses étant petits, il faut les déconstruire pour en reconstruire de nouvelles en allant en adéquation avec nos valeurs écologiques. Après il faut aussi voir où est ce que tu peux faire des arbitrages, quel équilibre tu veux trouver. Tu ne peux pas tout commencer en même temps.

Meryam est heureuse d’observer qu’elle n’est pas seule dans son combat. Sur la question environnementale, “il se passe quelque chose et j’aime beaucoup ce rassemblement de groupe, cette réflexion citoyenne qui peut apporter des leviers. Ce qui est incroyable avec la pensée écolo c’est qu’elle est très multiple. Tout le monde peut s’y retrouver en fonction de ses valeurs personnelles. La question environnementale est liée à toutes les autres grandes thématiques. C’est très pluriel et transdisciplinaire.” Pourtant, comme 48% des Français, Meryam pense qu’il est aujourd’hui trop tard pour inverser le cours du réchauffement climatique (sondage OpinionWay paru en mars 2019 “Les Français sont-ils prêts à changer pour la planète”)

Il y a un changement dans les modes de pensée des gens et c’est très bien. Le souci c’est que ça risque d’être trop tard et trop minime. Il y aura des dommages collatéraux. Moi ce que je tente de faire c’est de réduire ces dommages. C’est horrible de se dire que tu agis pour qu’il y ait le moins de dégâts possibles tout en sachant qu’il y en aura. Nous en France on sera plutôt bien lotis, on ne sera pas les premiers à subir ça alors que finalement on est les premiers responsables.

La question de la responsabilité revient souvent lorsqu’il s’agit d’écologie. Tous les citoyens interrogés admettent leur part de responsabilité et tentent d’agir pour réduire leur impact sur le climat. En revanche, ils constatent que leurs émissions de carbones sont minimes face à celles des secteurs industriels et des transports.

 

 

Les limites de l’action individuelle

Politiques, experts, journalistes et citoyens sont formels, ce n’est pas avec des petits gestes du quotidien que la situation va réellement s’arranger. “Je fais du vélo, je suis végétarien, je mange bio mais ça ne suffit pas et ça ne suffira jamais à compenser les choix économiques, les subventions allouées aux énergies fossiles en Europe et en France. Il y a une forme d’inconscience, de complicité, d’écocide, de « crime contre l’humanité » d’une partie des responsables politiques”, témoigne Sergio Coronado, ancien membre du parti EÉLV et aujourd’hui sur la liste de la France insoumise pour les élections européennes. Certains citoyens ne voient pas d’ailleurs l’intérêt de changer radicalement leur mode de vie. “Je jette mes cigarettes dans des poubelles quand je peux et trie de temps en temps. Mais il ne faut pas se voiler la face, ce n’est pas avec nos petits efforts que nous allons changer les choses. Ce serait plutôt aux grandes entreprises et aux multinationales d’adopter des comportements plus responsables vis-à-vis de l’environnement” explique William, jeune comptable âgé de 26 ans.

Je fais du vélo, je suis végétarien, je mange bio mais ça ne suffit pas et ça ne suffira jamais à compenser les choix économiques, les subventions allouées aux énergies fossiles en Europe et en France. Il y a une forme d’inconscience, de complicité, d’écocide, de « crime contre l’humanité » d’une partie des responsables politiques

L’idée qu’il fallait éduquer les citoyens au respect de l’environnement a longtemps irrigué le traitement médiatique de l’écologie. “Avant dans les médias généralistes, on écrivait beaucoup sur la responsabilité des citoyens, sur les gestes à faire au quotidien. C’était plus facile pour les journalistes de traiter le sujet environnemental sous cet angle.” témoigne Rémi Barroux journaliste au service Planète du journal le Monde. En France, l’évolution de l’opinion publique sur un sujet est liée à son traitement médiatique et vice-versa. Les accords de Paris, en 2015, ont été un tournant dans les consciences. Les citoyens ont en majorité intégrés la nécessité de faire des efforts personnels pour l’environnement. Les regards se sont finalement tournés vers le cœur du problème : les gros pollueurs, les industriels, les responsables gouvernementaux.

Selon un rapport de l’ONG internationale Carbon Disclosure Project, plus de 70 % des émissions de gaz à effet de serres sont le fait de seulement cent entreprises. Réalisé en collaboration avec le Climate Accountability Institute (CAI), le rapport s’appuie sur des données publiques s’étendant de 1988 à 2015. Il révèle que les 25 premières firmes du classement sont responsables de la moitié des émissions globales. Parmi les entreprises les plus polluantes on retrouve par exemple : ExxonMobil, Shell, BP, Chevron, Peabody, BHP Billiton ou Total. On y retrouve aussi de nombreuses entreprises nationalisées. Ce rapport est un exemple parmi de nombreux autres de la force nouvelle des associations et des ONG. Leur degré d’expertise a rapidement augmenté dans la dernière décennie et ils ont constitué leurs propres réseaux d’experts. “Avant, les informations venaient d’en haut, des donneurs d’ordre, des politiques, de la Commission européenne. Les gens qui étaient dans la contestation dans les années 80 sont maintenant des universitaires, des professionnels. Ce sont des gens qui sont capable d’expertiser la question environnementale eux-mêmes. Les degrés d’expertises ont tellement augmenté que les gouvernements sont maintenant obligés de délivrer de plus en plus rapidement leurs informations.” poursuit Rémi Barroux.

Un constat qui s’est vérifié lorsque dans la nuit du 24 au 25 février 2019, une rupture de pipeline a provoqué une fuite de pétrole, impactant des parcelles agricoles dans les Yvelines. Le préfet du département a rapidement communiqué sur l’incident en délivrant toutes les informations à sa disposition et en organisant des réunions d’information dans les communes concernées en présence des représentants de Total.

On ne peut plus aujourd’hui poser la question de l’environnement sans parler des responsables de sa dégradation. Les citoyens ont compris qu’il n’y a plus de cohérence dans le discours culpabilisateur des politiques. Ils se posent maintenant la question de ce que les institutions et les entreprises doivent faire pour le climat.” pondère le spécialiste environnement du Monde.

 

L’action collective et militante pour le climat

Lycéens et étudiants se mobilisent massivement lors des « marches » pour le climat. Ici lors de « La marche du siècle », le 16 mars 2019. HUMECO

Certains décident de s’attaquer aux entreprises et aux États en passant par des moyens à la limite de la légalité. “La désobéissance civile implique de faire des actions considérées comme illégales. On le sait mais on considère que c’est légitime et la cause qu’on défend vaut la peine de ne pas respecter le cadre législatif” expliquent Pauline, Marion et Étienne, militants d’Action non-violente COP 21 (Anv COP 21), réunis lors d’un débat organisé à “La base” un lieu pensé et financé par les citoyens, entièrement dédiés à la mobilisation en plein cœur du 10ème arrondissement de Paris. Au milieu de bénévoles et de curieux venus voir cet espace citoyen sorti de terre en mars dernier, ces trois activistes expliquent leurs revendications et ce qui les a poussés à retirer le portrait du président de la République de certaines mairies en France. Ces actions sont en lien avec la pétition “L’affaire du siècle”, rassemblant plus de deux millions de signatures. Elle appuie un recours en justice contre l’État pour son inaction climatique, lancé par quatre associations (Fondation pour la nature et l’homme, Greenpeace France, Notre affaire à tous et Oxfam France).

L’État avait deux mois pour donner sa réponse. On se doutait qu’elle serait négative. On s’est dit que c’était le bon moment pour décrocher les portraits de Macron dans les mairies. C’est un symbole de notre président qui parle beaucoup, très attaché à son image qui ne fait pas suivre ses discours par des actes.” indiquent-ils. “Notre président se dit leader de la question environnementale à l’international et il jouit de cette aura, mais concrètement il ne fait rien dans ce sens. Les procès sont une opportunité pour nous. Ça nous ouvre une tribune médiatique. Cette campagne #SortonsMacron fonctionne en terme d’adhésion publique. Pour nous c’est l’opportunité de faire le portrait de l’inaction climatique.

Ces actes de désobéissance civile s’inscrivent dans un ensemble nouveau de mobilisations citoyennes en faveur de la question environnementale.


Au cours de ces derniers mois, de nombreuses marches pour le climat se sont déroulées partout en Europe, réunissant majoritairement des jeunes. “C’est inédit de voir autant de personnes, et surtout des jeunes se réunir autour de la cause environnementale. Ça témoigne d’une très forte sensibilité au changement climatique et à ses conséquences sur les modes de vie des jeunes générations qui redoutent de vivre dans un monde abîmé. La particularité de ce mouvement est l’extrême jeunesse de ses participants mais aussi un leadership de jeunes femmes qui se mettent en avant.” constate le socio-anthropologue Bernard Kalaora, auteur de plusieurs livres sur l’urgence environnementale faisant référence à Greta Thunberg, âgée seulement de 16 ans, vecteur du mouvement de grève scolaire en Europe et dans le monde pour protester contre l’inaction des États en matière de réchauffement climatique.

 

Une diffusion accrue des enjeux environnementaux

Cette reprise en main citoyenne donne le sentiment qu’ils reprennent en main la question écologique. Un sentiment que l’influenceur et youtuber Nicolas Meyrieux partage. Avec plus de 200.000 âmes qui le suivent chaque jour, il met en avant le rôle d’internet dans la prise de conscience écologique des citoyens : “C’est en partie grâce à internet que les gens prennent conscience des problématiques environnementales. À travers de nouveaux médias ou grâce aux prises de parole sur les réseaux sociaux. D’ailleurs toutes les dernières révolutions se sont passées grâce et sur internet. En ligne, les informations clés, les rapports, se diffusent très facilement.” Pour autant cet intérêt qui s’est traduit par une prise de conscience accrue des enjeux environnementaux ne veut pas forcément dire que des changements drastiques auront lieu prochainement. Concernant la pétition “l’Affaire du siècle”, le sociologue Bernard Kalaora nuance son importance. “Une signature reste une signature rien de plus. C’est une mobilisation sans coût ni frais… comme une bonne action qui nous donne bonne conscience, le sentiment du devoir accompli rien de plus.” insiste-t-il.

 

Tous responsables

Pour changer durablement les choses il faut que les citoyens gagnent les moyens réels de changer leur environnement. Nous sommes esclaves de nos technologies et de nos conforts. Nous vivons actuellement dans un monde qui n’a pas été pensé pour l’écologie, et pour que les comportements changent réellement, il faudra que l’offre « écologique » en biens, en technologies et en confort soit aussi simple, abordable et pratique que celle auquel les gens ont aujourd’hui accès.” explique le socio-anthropologue Bernard Kalaora. ““ pondère le sociologue.
Militants, scientifiques, journalistes, citoyens, tous partagent finalement le même constat. La société et les personnes qui la compose ont pris conscience de l’ampleur des dégâts causés à la planète. Les États comme la France, commencent à prendre des mesures pour changer les mentalités.

Le Ministère de la transition écologique et solidaire met aujourd’hui l’accent sur l’intégration de démarches éducatives dans les programmes scolaires. Les élèves apprennent dès la maternelle à trier leurs  déchets et adopter des comportements responsables.

 

 

Simon Tachdjian & Thomas Coulom

Augustin Épaud, l’indécision européenne

Augustin Épaud a 18 ans, et il vient d’intégrer l’Académie de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille, en parallèle de sa licence d’histoire. Les élections européennes seront ses premières en tant qu’électeur.

À 18 ans, Augustin Épaud, étudiant en première année d’histoire à la faculté de Lille, s’apprête à voter pour la première fois aux élections européennes du 26 mai. L’Europe, un sujet sur lequel il tente de s’informer, sans vraiment y comprendre grand chose. « Je ne me sens pas particulièrement européen », avoue-t-il, « pourtant j’ai conscience de la chance qu’on a de vivre dans l’Union Européenne, surtout en tant que jeune. Mais selon moi, l’Europe n’est pas assez concrète ». Opacité, éloignement, manque de communication et d’attractivité… Autant de défauts que cite Augustin Épaud lorsqu’on lui demande quelle image il se fait de l’Europe. Il ira voter, il l’assure, mais ne sait pas encore pour qui. Aucun des candidats ne l’a véritablement séduit, et le contenu des programmes manque selon lui de visibilité. « Je pense voter « écolo », car c’est une des grandes préoccupations actuelles et c’est au niveau européen que les choses peuvent bouger », glisse-t-il néanmoins. Il doute que le scrutin mobilise largement les électeurs. « Je n’ai pas de crainte ni d’espoir particulier. J’espère juste que l’extrême-droite ne fera pas un score trop élevé ».

Auguste Canier & Anne-Cécile Kirry