La recette : l’avocado burger

L’avocado burger, phénomène des réseaux sociaux. (photo Yessica Duque)

 

Depuis quelques années, l’avocat a fleuri sur les comptes Instagram et blogs des influenceurs food et lifestyle. Pour cause, il est un réel atout santé, bourré de bonnes graisses et d’antioxydants. C’est pour cette raison que nous vous proposons une version revisitée du burger classique, en remplaçant uniquement le pain par un avocat. Cette recette saura notamment satisfaire les papilles des adeptes du non-gluten à la recherche d’alternatives savoureuses.. Notez cependant que la culture et l’exportation de l’avocat a un impact désastreux sur la planète. Au Mexique, principal producteur d’avocat, la déforestation en est l’une des principales conséquences. La recette que nous vous proposons ici est donc à consommer avec modération. A vos fourneaux, et bonne dégustation !

 

Ingrédients (pour 1 burger) :

– 1 avocat

– 150g de viande hachée

– 1/2 tomate

– 30g de cheddar

– 1 citron

– Salade

– Oignon rouge

– Graines de sésame

 

Lavez et coupez en rondelles la tomate. Epluchez et tranchez l’oignon rouge.

Coupez l’avocat en deux. Enlevez la peau et dénoyautez-le. Trempez l’avocat dans le jus de citron pour éviter qu’il noircisse.

Salez et poivrez la viande hachée, et mettez en son centre les morceaux de cheddar avant d’en faire une boule.

Faites cuire le steak haché à la poêle selon votre convenance.

Remplir d’abord l’avocat avec une ou deux rondelles de tomates. Déposez ensuite le steak haché, puis les oignons rouges et quelques feuilles de salade.

Refermez le burger avec l’autre partie de l’avocat.

Saupoudrez de graines de sésame.

Dégustez sans attendre.

 

Alice Ancelin

 

Pour compléter

Burger Mania

On a testé pour vous : le « Beyond Meat »

L’hamburger à la conquête du monde

Yémen : trois questions à l’avocat pénaliste auteur de la plainte déposée contre Mohammed Ben Salmane

A l’origine de la plainte déposée contre Mohammed Ben Salmane lundi soir, il y a un avocat pénaliste, Me Joseph Breham. En invoquant la Convention contre la torture, que la France a ratifiée en 1987, l’avocat accuse le prince héritier de complicité d’actes de torture.

Dans une interview accordée à "Celsalab", Me Joseph revient sur la plainte qu'il a déposée contre Mohamed Ben Salmane pour "complicité d'actes de torture" de l'Arabie Saoudite au Yémen.
Dans une interview accordée à « Celsalab », Me Joseph  Breham revient sur la plainte qu’il a déposée contre Mohamed Ben Salmane pour « complicité d’actes de torture » de l’Arabie Saoudite au Yémen.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arrivé dimanche à Paris pour une visite officielle, le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed Ben Salmane pourrait bien garder un goût amer de son voyage. La cause ? Cette plainte déposée par l’avocat pénaliste Joseph Breham pour « complicité d’actes de torture », en raison de l’implication de l’Arabie Saoudite dans la guerre au Yémen. L’avocat pénaliste représente une association yéménite de défense des droits humains. Que peut-on attendre de cette plainte ? Nous avons posé la question à Me Joseph Breham.

Que contient la plainte que vous avez déposée contre Mohammed Ben Salmane ?

Nous avons porté plainte contre Mohammed Ben Salmane pour des faits de torture au Yémen. La coalition menée par l’Arabie saoudite a sciemment attaqué des populations civiles yéménites. Selon Amnesty International, la coalition s’est rendue responsable de 60% des crimes commis. Selon le comité contre la censure des Nations unies, ces attaques sont une violation de la Convention contre la torture.

On peut également parler de crimes de guerre, mais nous avons préféré parler de torture pour des raisons d’ordre procédural : le crime de guerre peut bénéficier en France de la notion de compétence universelle, mais selon quatre critères. Notamment, le parquet peut s’y opposer. La convention sur la torture nous permet d’attaquer légitimement Mohammed Ben Salmane, et même nous en donne l’obligation, dès lors qu’il pose le pied sur le sol français.

La France est soupçonnée de soutenir indirectement les exactions commises au Yémen en vendant des armes à l’Arabie saoudite… Votre plainte peut-elle avoir des répercussions sur la France ?

Non, il ne devrait pas y avoir de répercussions sur la France. Il n’y a pas, sauf si l’on retrouve un morceau d’arme française sur des documents qui vont servir l’instruction, de répercussions possibles pour la France. Quant à la question des répercussions sur les relations diplomatiques entre la France et l’Arabie saoudite, je ne m’en préoccupe pas. Je m’occupe du droit international, ce n’est donc pas mon problème. Cela dit, j’ai l’espoir qu’Emmanuel Macron évoque le sujet des exactions commises au Yémen avec le prince héritier. Je n’ai cependant pas pas la prétention de penser que c’est ma plainte qui le décidera à le faire.

Que risque Mohammed Ben Salmane ?

La procédure va prendre plusieurs années. Mohammed Ben Salmane encourt désormais des poursuites judiciaires, une mise en examen et un jugement devant les juridictions françaises. Nous espérons que la plainte sera instruite par le Tribunal de grande instance de Paris. En théorie, les peines peuvent aller jusqu’à 20 ans de prison.

Colin Gruel