La sélection du Prix Nobel de la Paix, une décision compliquée et souvent controversée

Vendredi le Comité du Prix Nobel de la Paix révélera le lauréat pour l’année 2019. Une annonce très attendue puisque Greta Thunberg, militante écologique, fait partie des favorites cette année. Mais face à l’état du monde actuel, comment décider quelle personnalité ou organisation doit être récompensée pour ses combats ? Antoine Jacob, journaliste et auteur du livre, Histoire du prix Nobel, explique que le choix n’est pas aussi simple que ça.

Tensions, démissions, … les membres du Comité souvent en désaccord.

Les jurés ont un peu plus de six mois pour faire leur choix. Cette année, plus de 300 candidatures ont été déposées. Avant l’été, les membres du jury devaient avoir fait le tri de ces candidatures et se retrouver avec 4 ou 5 candidats. Les candidatures peuvent parfois être farfelues et inimaginables. “Cette année déjà, on sait que ce ne sera pas Donald Trump ou Kim Jong Un”, même s’ils étaient présents dans la liste. Les cinq membres de la commission doivent se mettre d’accord sur une seule et même personne ou entité. Parfois, plusieurs personnes sont nominées, mais “on retrouve des personnes avec des causes communes.”

Pourtant, il est déjà arrivé que des membres démissionnent à la suite de conflit et de désaccord sur le choix du lauréat. En 1994, à la suite de la nomination du Palestinien Yasser Arafat et des Israéliens Yitzhak Rabin et Shimon Peres, Kaare Kristiansen, membre de la commission des Nobel décide de démissionner. Cet ancien chef du Parti chrétien populaire et cofondateur d’un groupe proche d’Israël, n’était pas “d’accord avec le choix de Yasser Arafat”. 

En 2012, le choix de l’Union Européenne n’a pas fait l’unanimité non plus. Même si deux demandes d’adhésions à l’Union Européenne ont été faites, le pays n’est toujours pas membre. Les norvégiens ont deux fois dit non à l’entrée dans l’UE par référendum.

Les discussions entre les deux parties sont toujours compliquées. Lorsque l’Union Européenne fait partie des finalistes pour le prix Nobel de la Paix, cela fait plusieurs années, qu’ils sont sur la liste. Les membres du jury qui souhaitaient en majorité récompenser l’institution, ont donc tout simplement attendu “que la juré qui était opposée à cette nomination tombe malade pour voter en faveur de l’UE”. 

Des choix consensuels pour faire accepter des choix plus controversés 

Pour Antoine Jacob, on peut voir en fonction des années que certains choix sont plus consensuels que d’autres. « On peut remettre un prix pour le travail accompli comme les Casques Bleus ou le Haut Commissariat pour les Réfugiés, ce sont des gens consensuels. Et l’année d’après on va retrouver des personnes un peu plus polémiques« .

Les choix du comité Nobel de la Paix ont souvent été critiqués. On se rappelle encore de la sélection de Barack Obama en 2009 alors président des Etats-Unis depuis moins d’un an. Cette décision avait fait beaucoup parler puisque les jurés avaient fait ce choix seulement pour les “beaux discours de Barack Obama sur l’armement ou le monde musulman”. Mais aucun acte concret n’avait encore été fait par le président américain. 

Le comité fait quand même en sorte de nominer des personnalités inconnues du grand public. Ce coup de projecteur peut être utile aux couronnés pour faire parler de leur combat mais aussi pour les protéger.

Shirin Ebadi, avocate et juge iranienne pour les Droits de l’Homme a été récompensée par le comité. Avec ce prix, elle est « devenue une personnalité publique dans le monde entier, ce qui peut donc lui éviter d’être persécutée ou exécutée« .

Le but du Prix Nobel de la Paix est avant tout de récompenser « la personne qui aura le plus ou le mieux contribué au rapprochement des peuples, à la suppression ou à la réduction des armées permanentes et à la tenue et la promotion des conférences de paix ». Ce prix donne donc aux lauréats un coup de main et les aide à mettre en avant leur combat même si parfois, on peut critiquer le choix des jurés.

 

Le gouvernement n’avance toujours pas sur le statut des accompagnants d’élèves handicapés

Des professeurs manifestent contre la réforme Blanquer, le 17 juin 2019 à Paris. – STR / AFP

Un rapport parlementaire préconisant la revalorisation du statut des accompagnants d’élèves en situation de handicap a été remis ce mardi au gouvernement. Depuis des années, les demandes de ces travailleurs restent sans réponse concrète de la part de l’exécutif.

Leur rôle aux côtés des élèves handicapés est essentiel au quotidien. Pourtant, le travail des accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH) n’est toujours pas reconnu et les formations manquent cruellement. Le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, avait d’ailleurs appelé à la professionnalisation du secteur. Sophie Cluzel, la secrétaire d’Etat en charge des personnes handicapées, avait elle assuré que la question de leur statut serait l’une « des priorités du quinquennat ». Pourtant, aucune avancée significative n’a été observée en ce sens à la rentrée 2019, qui a été vécue comme un cap extrêmement éprouvant à gérer pour bon nombre d’entre eux, alors que leur situation continue de se précariser.

Aurélie, membre du collectif AESH En action, est accompagnante d’élève en situation de handicap depuis bientôt 10 ans. Après cinq années exercées sous contrat aidé, elle a signé un nouveau contrat public avec l’Education nationale, en cours depuis maintenant 4 ans. Mais elle n’observe toujours aucune amélioration au quotidien. « Notre rôle est d’amener l’élève vers l’autonomie, mais sans faire partie de l’équipe enseignante. On est moins considéré parce qu’on est juste de passage. Souvent, les professeurs ne sont même pas prévenus de notre venue ».

Exerçant à Agen, dans le Lot-et-Garonne, Aurélie touche 730€ pour 23h travaillées par semaine. Depuis l’application de la réforme Blanquer, une série de mesures du gouvernement visant à redéfinir le fonctionnement de l’école, elle bénéficie d’un CDD de trois ans renouvelable une fois avant de pouvoir prétendre signer un CDI, contre un CDD d’un an renouvelable six fois auparavant. « Le gouvernement juge que ces contrats sont robustes, mais avec des salaires pareils, c’est surtout une précarité à vie et sans formation », explique-t-elle.

Une déstructuration de la profession

Nouveauté de cette rentrée, les pôles inclusifs d’accompagnement localisés (PIAL) avaient pour objectif de réorganiser les équipes d’accompagnants. Mais en réalité, ces nouvelles entités sont venues déstructurer une profession déjà précaire. « C’est le jeu des chaises musicales. On nous demande de nous démultiplier, on est balancé entre plusieurs établissements avec plus d’élèves à gérer. Cela a complètement déshumanisé notre métier », déplore Aurélie.

Souvent considérés comme du « sous-personnel », de plus en plus d’AESH préfèrent claquer la porte face au manque de reconnaissance qu’ils subissent. La formation reste quasiment inexistante dans le milieu et oblige les accompagnants à se former par leurs propres moyens. « Le gouvernement a revu à la baisse les critères de sélection. Ils embauchent désormais à partir du baccalauréat, même si la personne n’a aucune expérience antérieure auprès d’élèves en situation de handicap », déclare-t-elle.

La détresse de ces accompagnants a d’ailleurs connu un point d’orgue en cette nouvelle rentrée : des milliers d’AESH sont encore en attente d’une affectation ou d’un salaire. Face à ces problèmes récurrents, les rectorats restent souvent muets et le personnel est livré à lui-même. Soutenus par des associations de parents d’élèves, AESH En action demande que des mesures concrètes soient prises en urgence pour la reconnaissance de leur statut, mais également pour éviter que les élèves handicapés subissent les conséquences de cette précarité.

Valentin Berg

Le ministre de l’Intérieur, éternel fusible du gouvernement

Christophe Castaner sur la sellette suite à l’attaque au couteau à la préfecture de police de Paris. / Toufik-de-Planoise, Wikipédia.
Si la position de “rempart” du Premier ministre vis-à-vis du président de la République n’est plus à démontrer, le ministre de l’Intérieur est lui aussi sur la sellette lors de chaque crise politique majeure. Décryptage d’une fonction instable.

“Christophe Castaner fragilisé après les révélations sur l’attaque à la Préfecture de police”, titre BFMTV ce lundi 7 octobre, à la suite de l’attentat qui a fait quatre morts vendredi 4 octobre à la Préfecture de police de Paris. Dans quelques jours, cela fera un an que ce proche d’Emmanuel Macron a pris la tête du ministère de l’Intérieur. Une période durant laquelle il a déjà dû gérer de nombreuses crises, des actes des “gilets jaunes” à l’incident de l’usine Seveso de Rouen, en passant par la mort de Steve Maia Caniço.  Chacune de ces crises a été l’occasion pour l’opposition, de droite comme de gauche, de réclamer la démission du ministre, et la dernière en date ne fait pas exception.

Mais Christophe Castaner est loin d’être le seul ministre de l’Intérieur a avoir essuyé des demandes de démission durant son passage place Beauvau. “Je n’ai jamais vu un ministre de l’Intérieur dont on ne demande pas la démission tous les deux mois”, a réagi ce lundi au micro de franceinfo Marc Trévidic, ancien juge d’instruction au pôle antiterroriste et président de Chambre à la cour d’appel de Versailles. Ces demandes de démission par les élus d’opposition « relèvent d’une logique et d’une règle du jeu propre aux rapports de force politiques« , explique au Celsalab Jean Petaux, politologue à Sciences-Po Bordeaux, « c’est de bonne guerre et c’est le jeu« .

Sacrifier son premier flic ou attendre que la crise passe

Revient alors au président de la République la décision de se défaire ou non du ministre pointé du doigt. Et c’est, là encore, une décision éminemment politique selon Jean Petaux :  le chef de l’Etat « doit alors apprécier si cela en vaut la peine« ,  s’il doit « sacrifier « son premier flic » ou, au contraire, faire le « gros dos » et attendre que cela passe en opposant une fin de non-recevoir à cette demande« . Dans le cas de Christophe Castaner, le politologue estime qu’il est « peut-être trop tôt pour « actionner le coupe-circuit » Castaner« , mais juge qu’il sera envisageable si la crise s’éternise : si la crise « prend une ampleur telle que dans le rapport « coût / avantage » […], le prix politique à payer serait nettement trop élevé« .

Et c’est notamment Christian Fouchet qui paie ce prix en 1968 à la fin de la crise du mois de mai. Charles de Gaulle dissout l’Assemblée et limoge son ministre de l’Intérieur à qui il aurait fait cette remontrance : « Vous n’avez pas osé faire tirer « .  Cinquante ans plus tard, Christophe Castaner a, lui, osé commander l’usage des lanceurs de balles de défense (LBD) durant les manifestations des « gilets jaunes », et cette instruction lui est activement reprochée.

Une longévité moyenne de 594 jours

Le portefeuille de l’Intérieur fait partie, aux côtés de l’Environnement et l’Économie, des plus instables du gouvernement, avec une longévité moyenne d’un an et sept mois pour un ministre en fonction, d’après les analyses du Parisien. La complexité de la tâche du « premier flic de France » pourrait expliquer ce court service. Il doit gérer toutes les « questions se rapportant à la sécurité de l’Etat et au maintien de l’ordre » sur le territoire national, et cela comprend les attentats, les manifestations mais également toutes les tâches de maintien de l’ordre public quelles qu’elles soient. Et subir les accusations de laxisme ou de répression. Une mission qui a « épuisé, tendu, stressé » Bernard Cazeneuve sous le gouvernement Valls, selon un proche cité par l’Obs, et épuisé Gérard Collomb qui en a eu « marre de passer pour le facho de service », relate France Soir.

Une responsabilité politique plutôt que fonctionnelle

Afin d’assurer le bon fonctionnement de son administration, le ministre de l’Intérieur doit faire appel à un grand nombre de subordonnés, à divers échelons et sur l’ensemble du territoire. On compte ainsi 289 000 fonctionnaires au ministère de l’Intérieur en 2019, des agents dont le ministre est considéré comme responsable. Selon Jean Petaux, « c’est une responsabilité politique et non fonctionnelle« , « de la même manière que, jadis, lorsqu’un train déraillait le président de la SNCF présentait sa démission au gouvernement, quand ce n’était pas le ministre des Transports lui-même », développe-t-il. Cette pratique s’est aujourd’hui perdue « et on ne peut que le déplorer« , estime le politologue. Quoi que l’on en pense, une telle pratique, si elle était systématique, n’aurait pas permis aux hommes politiques de poser très longtemps leurs valises place Beauvau.

 

Elsa Assalit

Extinction Rebellion : « Les militants ne sont pas des gros babos qui ont trois chiens dans leur garage »

Les militants du mouvement écologiste Extinction Rebellion occupent depuis lundi après-midi la place du Châtelet à Paris. Des assemblées générales, des prises de paroles, des séances de méditation y ont lieu dans une ambiance bon enfant. Une centaine d’activistes se retrouvent ici pour dénoncer l’inaction du gouvernement face au réchauffement climatique. Parmi eux, Maxime Ollivier, venu de Toulouse pour soutenir cette action de désobéissance civile.

Maxime Ollivier est venu de Toulouse pour occuper la place du Châtelet. Il n’a pas hésité à dormir dans une tente cette nuit. (crédit: Camille Kauffmann)

Sous des bâches installées quai de la Mégisserie pour se protéger de la pluie, Maxime Ollivier s’agite. Cet activiste de 22 ans est à l’aise avec tout le monde: il est le coordinateur d’un des six points de blocage de la place du Châtelet, à Paris. « Extinction Rebellion est un mouvement très horizontal et décentralisé, mais nous désignons chaque jour des référents pour que ça ne soit pas l’anarchie », explique-t-il en grignotant un bout de pain trouvé dans le frigo improvisé du mouvement écologiste.

Étudiant à Sciences po Toulouse, il a été séduit par l’antenne locale d’Extinction Rebellion et a fait le déplacement pour participer à l’occupation de la place parisienne. Sensibilisé à la cause environnementale depuis un stage en Malaisie, où il a vu les dégâts causés par la déforestation, Maxime Ollivier a eu une prise de conscience quand Nicolas Hulot a démissionné de son poste de Ministre à la transition écologique, fin août 2018. Au vu des ses études, le poste de Nicolas Hulot représentait son « life goal » : « pour moi c’était le poste qui permettait de faire changer les choses. Et le fait qu’un homme avec de telles convictions démissionne parce qu’il n’arrive pas à faire changer les choses de là où il est, ça m’a donné le déclic. » A la suite de sa démission, des marches pour le climat ont été organisées à Paris notamment. Celles de Toulouse tardaient à venir, Maxime a pris les choses en main et a organisé les marches pour le climat dans sa ville. « Je me suis dit que j’étais peut-être plus à l’aise au sein des contre-pouvoirs ». Cela fait plus un an qu’il multiplie les actions. Car si son engagement est récent, il n’en est pas moins intense.

« J’avais l’impression d’être dans la [série] Casa de papel ! »

Une action qui a marqué son parcours militant et personnel : l’occupation à la Défense de la Société Générale. Il faisait partie des 2.000 personnes en avril dernier à bloquer les tours des multinationales. Habillés en costume pour passer inaperçu, avec des faux badges de la société, les activistes se sont glissés à l’intérieur de la banque, « mais la sécurité s’est rendue compte qu’on était des activistes et a bloqué tous les accès. Je me suis retrouvé pendant 10 heures, assis, à bloquer l’intérieur de la banque. J’avais l’impression d’être dans la Casa de papel ! C’était ouf. C’était le premier blocage de masse. Il y avait même des gens qui avaient  pris des couches au cas où on n’aurait pas accès aux toilettes ! D’ailleurs, j’en ai dans mon sac.”

Il fait également partie des premiers à avoir rénové une clinique désaffectée pour créer le quartier général de La Bascule dans le Morbihan. Un lobby citoyen autogéré qui réfléchit à des propositions pour le climat,  sensibilise les citoyens à l’écologie, et forme des futurs candidats aux municipales de 2020. Après y avoir vécu quatre mois, il a repris ses études de communication à Toulouse mais reste sur le qui-vive. Il n’a pas hésité à rejoindre l’action de cette semaine. Son engagement le surprend lui-même: « Je me rends compte que c’est un peu fou :  je vais sécher une semaine de cours pour venir  à Paris et dormir dans une tente place du Châtelet. » Mais Maxime est convaincu de la nécessité d’agir et s’appuie sur des arguments de collapsologie « notre modèle socio-économique va s’effondrer parce qu’il est fondé sur une croissance infinie dans un monde fini. C’est rationnellement impossible. »

« Je suis une espèce de pont entre les deux milieux : pas tout à fait hors du système et pas non plus à 100 % dedans »

Si Maxime Ollivier est là aujourd’hui, c’est non seulement pour défendre ses idées et faire réagir le gouvernement, mais aussi pour faire changer l’image de l’activiste écolo. Le cliché du militant qui ne travaille pas l’agace « J’ai envie de montrer que les gens qui font du militantisme ne sont pas des gros babos qui n’ont plus de lien avec leur famille et qui ont trois chiens dans leur garage, beaucoup de gens pensent que c’est ça, un activiste. Moi je suis étudiant à Sciences po et j’ai fait deux ans de classe préparatoire. »

Selon lui, l’image du militant est souvent écornée et caricaturée. D’un ton calme, il explique que Ségolène Royal a fait de la désinformation en accusant les membres d’Extinction Rebellion d’être violents et de desservir la cause écologique, suite au blocage du centre commercial Italie 2, samedi dernier. « On est en train de mettre en place une cagnotte pour acheter des lunettes à Ségolène Royal pour qu’elle lise la 9ème clause d’XR qui est : “non violence” », explique-t-il d’un air désabusé.

Le mode d’action d’Extinction Rebellion, non-violent et ludique, a convaincu Maxime Ollivier, qui se prend à rêver d’un avenir plus ambitieux pour cette ONG encore jeune. A terme, il souhaite que l’organisation soit présente dans toutes les villes de France et qu’elle agisse localement, « en empêchant la construction d’un élevage intensif de poules en Bretagne, par exemple. »

 

Camille Kauffmann