Victoires de la musique: ils ont gagné, on les a oubliés

Les 31e Victoires de la musique seront décernées ce vendredi 12 février. Parmi les nommés, on retrouve Kendji Girac, Zaz, Louane ou encore les Frero Delavega. Des têtes d’affiche connues, de nouveaux artistes destinés à percer. Mais qu’en est-il des gagnants des années précédentes ? Pour certains, la gloire a été de courte durée. Le Celsalab vous offre trois exemples des oubliés des Victoires de la musique.

Les anglophones les appellent les « one hit wonders »; des artistes qui ont été récompensés pour un tube, un seul avant de retomber dans l’anonymat le plus total. Même si l’air de ces chansons reste encore dans toutes les têtes, les artistes se sont évaporés de la scène française. Un tube et puis s’en va…

  • Cœur de loup, Philippe Lafontaine

Un des meilleurs exemples, c’est Philippe Lafontaine. Propulsé sur le devant de la scène avec son tube « Cœur de loup », il est nommé révélation de l’année aux Victoires de la musique 1989. Son tube aux influences jazz est vendu à 476.000 exemplaires. C’est un succès fulgurant pour ce Belge venu de Charleroi, mais assez vite, il disparaît des écrans radars. Son dernier album date de 2003.

 

  • La Tribu de Dana, Manau

Autre exemple avec « La tribu de Dana« . Hymne du rap celtique, chanté par le groupe Manau, ce tube sort en 1999 et fait fureur. L’album Panique Celtique est consacré aux Victoires de la musique cette même année et se vendra à 1 million d’exemplaires. Après la sortie d’un second album au succès mitigé, Manau tombe dans l’oubli.

  • Une récompense atypique : Kamini

Si parfois les artistes ne sortent pas du lot après avoir été nommés, c’est aussi parce que leur présence pouvait sembler incongrue. Et ce prix n’aura pas suffi à booster leur carrière.

C’est le cas de Kamini, qui a reçu le prix du meilleur clip vidéo en 2007. « Marly Gomont » n’était au départ qu’une vidéo amateur qui a fait le buzz. Une victoire qui a créé quelques critiques, puisque le rappeur picard était en compétition avec Ayo et son clip « Down on my knees« , Vincent Delerm avec Sous les avalanches ou encore Diam’s avec « La boulette ». Depuis 2009, on n’a plus entendu parler du rappeur.

https://www.youtube.com/watch?v=aR6_p77gmJ4

Alors même si gagner un prix aux Victoires de la musique représente la plupart du temps un tremplin pour la carrière des artistes, c’est loin d’être automatique, et une récompense ne suffit pas à s’imposer sur le long terme.

Camille Roudet

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *