Cinéma : la crise des réfugiés au coeur de la Berlinale

La 66ème édition de la Berlinale, le festival du cinéma allemand, commence ce jeudi 11 février à Berlin. Depuis sa création en 1951, il a fait des grandes problématiques contemporaines sa marque de fabrique. Cette année, plusieurs films et de nombreuses initiatives se focalisent sur les vagues migratoires.

Dieter Kosslick, président du festival, le 2 février 2016. / AFP / ODD ANDERSEN

Dieter Kosslick, président du festival, le 2 février 2016. / AFP / ODD ANDERSEN

C’est un jeu de mots bien trouvé. « Recht auf Glück », littéralement « droit au bonheur » ou « droit à la chance » – chance et bonheur se disent de la même façon en allemand – est le thème de la 66ème édition de la Berlinale qui commence ce jeudi 11 février à Berlin. « Nous croyons que c’est l’un des souhaits les plus importants de l’homme. Le droit au bonheur, c’est le droit à une patrie, à l’amour, à l’autodétermination, au travail, à la vie et à la survie », a indiqué mardi 9 février le président du festival Dieter Kosslick en guise de présentation.

Montrer les difficultés du monde

En choisissant de faire la part belle à la crise des réfugiés, la Berlinale reste fidèle à sa réputation, celle d’un festival en lien avec l’actualité. « La Berlinale a été fondée en 1951, soit six ans après la fin du nazisme. C’était une époque où l’Allemagne était en ruine et où des milliers d’Allemands avaient fui le pays. La tolérance et la proximité avec le réel sont depuis le début des thèmes fondamentaux de ce festival », explique au CelsaLab, Katharina Neumann, responsable de la Berlinale en charge de la programmation sur le thème des réfugiés.

Et pour cause : plus d’une douzaine de films en lice se penchent sur l’immigration, la guerre ou l’oppression. Le documentaire Fuocoammare du réalisateur Gianfranco Rossi, qui a passé sept mois à Lampedusa, se plonge dans l’enfer des migrants de l’île italienne. Autre exemple : le long métrage tunisien Inhebbek Hedi, produit par les frères Dardenne, met en scène un homme contraint au départ suite à un mariage arrangé avec une femme qu’il n’a pas choisie. « Le rôle du cinéma et en particulier de la Berlinale, c’est de montrer les difficultés du monde et d’apporter des perspectives », explique Katharina Neumann.

Des initiatives pour les réfugiés

En coulisse aussi, le festival met à l’honneur les réfugiés. Le Forum de la Berlinale propose une table ronde et une sélection de documentaires sur le sujet. Par ailleurs, diverses organisations associées au festival viennent en aide aux réfugiés. « Pour la première fois, dans une perspective d’intégration, dix-huit réfugiés travaillent ici comme bénévoles. Ils sont aussi invités à des projections, grâce à un système de parrainage, et des dons sont récoltés pour les victimes de la torture », indique Katharina Neumann. Une buvette tenue par des réfugiés proposera également des menus du Moyen-Orient.

Au total, plus de 400 films de 77 pays seront projetés pendant 10 jours. Dix-sept films sont en compétition pour l’ours d’or 2016. La remise des prix, prévue pour 14 catégories, aura lieu le 21 février.

Léo Pierrard

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *